Aller au contenu

Coléoptère

« Ces petits coléoptères peuvent être très abondants sur les genêts et les ajoncs »

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Cucujiformia
Super famille : Chrysomeloidea
Famille : Chrysomelidae
Sous-famille : Galerucinae
Tribu : Luperini
Genre Calomicrus
Espèce : Calomicrus circumfusus

Identification : Le Lupérus à bordure brune (Calomicrus circumfusus) est un petit coléoptère au corps ovale. Ses élytres sont bruns à large bande centrale jaune. Son pronotum est transverse, de couleur jaunâtre, à marques noires d’étendue variable à la base et sur le disque. Les antennes et les pattes sont grêles. Les antennes sont brunes à premiers articles orangés. Les pattes sont brunes à tibias plus clairs.
Le mâle a des antennes et des pattes un peu plus longues que celles des femelles. Ses élytres sont parallèles, tandis que ceux des femelles sont un peu élargis à l’apex. Le dernier sternite est impressionné et entaillé à l’apex chez les mâles, légèrement convexe et sans entaille à l’apex chez les femelles.

Taille : 3 à 4 mm.

Habitat : Landes, prairies, broussailles, forêts ouvertes.

Répartition géographique :

Période d’observation : D’avril à octobre avec un pic en juillet-août.

Hivernation : Larves.

Plantes hôtes : Ajoncs (Ulex spp.), Genêts (Genista spp., Cytisus spp. et Spartium junceum).

Oeufs : Ils sont pondus par lots dans le sol, parmi les racines des plantes hôtes.

Larves : Elles se nourrissent des racines des plantes hôtes.

Nymphose : Dans une cellule souterraine après hivernation.

Régime : Les adultes se nourrissent du feuillage des plantes hôtes.

Espèces semblables :
Certains Phyllotreta lui ressemblent mais leur fémurs 3 est élargi, modifié pour le saut.

Sources :
Coléoptères phytophages d’Europe, Chrysomelidae, Gaëtan du Chatenet, Nap éditions
UK Beetles
INPN
GBIF
iNaturalist

2021

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Staphyliniformia
Super famille : Staphylinoidea 
Famille : Staphylinidae
Sous-famille : Tachyporinae 
Tribu : Tachyporini
Genre : Sepedophilus
Espèce

Identification : Les Staphylins de ce genre ont un corps fusiforme, très large en avant, l’abdomen se terminant en pointe. Le corps est poilu, y compris le pronotum.
Les coléoptères de ce genre ne sont généralement pas identifiables sur photo. Il en existe plus de 20 espèces en France.

Habitat : Sous les écorces et dans la litière des forêts, sur les souches, le bois mort…

Espèces semblables : A compléter en fonction des variantes de couleurs rencontrées.
Le genre Tachyporus a le pronotum glabre.

Sources :
Le Monde des insectes
Myrmecofourmis.fr fourmis et insectes

2021

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Cucujiformia
Super famille : Curculionoidea
Famille : Curculionidae
Sous-famille : Entiminae
Tribu : Sitonini
Genre : Charagmus
Espèce : Charagmus gressorius

Identification : Charagmus gressorius a le corps un peu allongé, d’aspect velouté. Il est de couleur brune, plus ou moins nuancé de gris. Les côtés du corps sont pâles, à séparation nette sur la tête et le thorax. Le dessus est composé de petites squamules rondes. Le scutellum possède deux touffes de soies pâles, divergentes et dirigées en avant. Le pronotum présente une ligne médiane blanche, étroite et très nette. Le rostre est assez long. Les yeux sont nettement ovales.

Taille : 7 à 10mm.

Plantes hôtes : Genista anglica, Ornithopus perpusillus, divers Lupinus.

Espèces semblables :
Charagmus intermedius a sur le prothorax une bande médiane blanchâtre large et peu tranchée, les yeux sont moins longuement ovales.
Charagus griseus a les yeux plus saillants et ronds ou en ovale court, la ligne médiane blanche du prothorax est très confuse ou nulle.
Le genre Sitona et Charagmus variegatus ont le rostre un peu plus court.
Le genre Coelositona a les squamules du dessus ressemblant à des poils, le pronotum est renflé à l’arrière.
Tanymecus palliatus a de plus longues antennes, notamment le scape, il ne possède pas ces deux touffes de poils sur le scutellum (les autres genres non plus d’ailleurs).

Sources :
Sitonini de Belgique
Clé Sitonini

2021

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Cucujiformia
Super famille : Curculionoidea
Famille : Curculionidae
Sous-famille : Curculioninae
Tribu : Stoerini
Genre : Pachytychius
Espèce : Pachytychius hordei

Identification : Pachytychius hordei a un corps ovale et brillant. Le thorax est large, à squamules jaunâtres sur les côtés. Les élytres sont en grande partie nus, à poils squamuleux serrés à la base, à l’apex et sur les côtés, formant deux bandes plus ou moins longues. L’écusson est très petit, indistinct. Les antennes et les pattes sont rousses, les pattes avec une pubescence jaunâtre serrée. Le rostre est fortement courbé, noir ou rouge, lisse et brillant.

Taille : 2 à 3 mm.

Répartition géographique : Zone méditerranéenne.

Période d’observation : De mars à juin.

Plantes hôtes : Graminées.

Espèces semblables :
Pachytychius asperatus a le prothorax moins large et recouvert de soies couchées et peu denses.
Pachytychius haematocephalus et P. sparsutus ont les élytres entièrement recouverts de squamules.

Sources :
Coléoptères Curculionides troisième partie (faunedefrance.org)

2021

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Cucujiformia
Super famille : Curculionoidea
Famille : Curculionidae
Sous-famille : Entiminae
Tribu : Trachyphloeini
Genre : Trachyphloeus
Espèce : Trachyphloeus alternans

Identification : Trachyphloeus alternans est un petit coléoptère de couleur beige. Son pronotum est plus rétréci en avant qu’en arrière. Les élytres sont ovales, courts et larges et possèdent des soies squamuleuses une interstrie sur deux. Le rostre est plus large que long, fortement rétréci jusqu’à l’apex sur le dessus. Les scrobes sont visibles de dessus seulement sur la moitié antérieure du rostre et, vus de profil, n’atteignent pas les yeux. Les antennes sont courtes, le scape fortement élargi à l’apex. Le1er article du funicule est très large, le second à peine plus long que large. L’apex des tibias 1 est trilobé (plus distinct chez la femelle) et possède des épines brunes de longueur inégale.

Taille : 1,3 à 3 mm.

Habitat : Biotopes chauds et secs.

Répartition géographique : Commun dans toute la France. Toute l’Europe jusqu’à la Scandinavie, Caucase, Algérie.

Particularité : C’est une espèce qui se reproduit surtout par parthénogénèse, les mâles existent mais sont rares.

Période d’observation : Toute l’année.

Larve : Elle se développe dans les racines de l’Hélianthème commun (Helianthemum nummularium).

Espèces semblables :
Trachyphloeus monspeliensis et Trachyphloeus  meregallii ont le second article du funicule nettement plus long que large.
Trachyphloeus  gallicus et Trachyphloeus  caussenardus se rencontrent dans le sud est de la France et sont très complexes à séparer d’alternans.
Trachyphloeus  jeanni a les scrobes en vue de profil atteignant le bord inférieur de l’œil, visibles de dessus sur toute leur longueur, les protibias possèdent un élargissement apical antéro-externe.
Trachyphloeus  granulatus, Trachyphloeus  aristatus et Trachyphloeus  olivieri ont l’apex des protibias tronqué obliquement, avec une lisière de fines soies faune rougeâtre.
Trachyphloeus  setiger, Trachyphloeus  bifoveolatus et Trachyphloeus  angustisetulus ont les protibias arrondis à l’apex, armé d’épines noires de longueur égale, le rostre est séparé du front par un sillon transversal.
Les autres portent des soies dressées sur toutes les interstries (parfois rares sur les interstries pairs pour spinimanus et notatipennis).
Le genre Romualdius a l’apex du tibia 1 arrondi, avec une épine, puis une frange d’épines noires.
Le genre Cathormiocerus a les scrobes qui atteignent le bord de l’œil, et qui sont glabres jusqu’à ces derniers (attention c’est aussi le cas d’après la clé fdf de Trachyphloeus jeanni). Il possède une grosse épine à l’apex du tibia 1 qui est arrondi, mais les autres épines sont fines.
Le genre Caenopsis a les joues (derrière l’œil) nues, sans squamules, et les yeux sont situés plus en avant sur la tête.

Sources :
Le Monde des insectes
Trachyphloeini.pdf
Faune de France 74, p 383

2021

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Staphyliniformia
Super famille : Staphylinoidea 
Famille : Staphylinidae
Sous-famille : Omaliinae
Tribu : Omaliini
Genre : Dialycera
Espèce : Dialycera distincticornis

Identification : Dialycera distincticornis a un corps oblong, de couleur jaunâtre à brune. La tête est généralement plus foncée que le reste du corps. L’abdomen est plus pâle à l’apex. Les antennes, les pièces buccales et les pattes sont jaunâtres. Le cou est séparé de la tête par une impression étroite derrière les ocelles. Les tempes sont arrondies. La marge dorsale de l’œil possède des rides longitudinales. L’antennomère 4 est petit, aussi long que large, le 5 et le 6 sont plus larges que le 4, légèrement transversaux, l’antennomère 6 est plus étroit que le 5 et le 7, l’antennomère apical est aussi large que le 10, environ aussi large que long. Le pronotum est un peu plus large que long, plus large au milieu, sa marge antérieure arrondie, légèrement plus étroite que la marge postérieure. Les angles postérieurs sont arrondis ou obtus, avec une dépression superficielle près d’eux. La ponctuation est plus forte que sur la tête, plus clairsemée sur la base, l’apex et les côtés. Le scutellum est imponctué. Les élytres sont convexes, à peine plus larges que longs, 1,6 fois plus long que le pronotum, les bords latéraux légèrement élargis, la marge postérieure presque rectiligne.

Répartition géographique : L’espèce est donnée du sud de la France, de la péninsule ibérique, d’Italie et de la côte Adriatique.

Espèces semblables :
J’ai eu bien du mal à le trouver, et on m’a aidé pour le faire. Visiblement, la forme des articles antennaires est caractéristique. Je n’en ai pas vu non plus avec ces rides au-dessus de l’œil.
J’ai pris quelques notes en parcourant la galerie d’insecte.org :
Les Bibloporus ont une tête de forme plus triangulaire et des pattes plus robustes
Les Bibloplectus ont aussi un tête plus triangulaire et semble avoir le dernier article antennaire un peu plus allongé
Le genre Omalium a les antennes noires.
Le genre Phyllodrepa semble avoir les antennes noires à la base ou à l’apex.
Le genre Phloeonomus n’a pas le 6ème article antennaire plus petit que le 5 (c’est peut être aussi le cas des autres).

Sources :
Le Monde des insectes
(PDF) Revision of Acrulia Thomson, 1858 and Dialycera Ganglbauer, 1895, with taxonomic notes on related genera and description of a new genus from the Caucasus (Coleoptera: Staphylinidae: Omaliinae: Omaliini)

2021

 

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Cucujiformia
Super famille : Curculionoidea
Famille : Curculionidae
Sous-famille : Curculioninae
Tribu : Ellescini
Genre Dorytomus
Espèce

Les coléoptères de ce genre ne sont pas aisés à identifier sur photo. Je classerais ici ceux pour qui l’identification n’est pas possible ou trop incertaine.

Genres semblables :
A compléter en fonction des individus rencontrés.
Anthonomus pomorum a l’écusson blanc.

2021

Celui-ci a été photographié au même endroit qu’un mâle de D. longimanus. Il s’agit peut-être d’une femelle de cette espèce, mais les clés ne sont ps simple à utiliser (voir ici p1438). il faut une vue de dessous pour voir la frange du prosternum. Sur insecte.org, il est précisé que ce genre est très complexe (sauf le mâle longimanus qui est caractéristique avec sa première paire de patte très grande).

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Cucujiformia
Super famille : Curculionoidea
Famille : Curculionidae
Sous-famille : Curculioninae
Tribu : Styphlini
Genre : Orthochaetes
Espèce : Orthochaetes setiger

Identification : Orthochaetes setiger a un corps oblong de couleur rousse. Ses élytres peuvent posséder sur le disque un anneau noir, parfois plein, ou des macules noires allongées. Ils ne sont pas étranglés en arrière de la base. Le corps est recouvert de soies blanches. Sur la tête, le rostre, le pronotum et les interstries pairs elles sont courtes et couchées. Sur les intestries impairs, qui sont saillants, elles sont plus longues et dressées. Le rostre est arqué et possède 4 carènes. Le funicule antennaire est composé de 6 articles, la massue est noire.
Il existe plusieurs variantes en plus de la forme nominale :
v. plagiatus : élytres entièrement noirâtres, avec la suture concolore ou rougeâtre. Se rencontre partout en France.
v. discoidalis  : diffère de la forme typique par l’arrière-corps plus court, plus fortement rétréci en arrière à partir du milieu : les interstries pairs subconvexes, les impairs seulement un peu plus relevés. Les soies moins dressées, le disque des élytres orné d’une tache transversale noire,
interrompue par la suture. Se rencontre dans les Alpes méridionales.
v. rubricatus : arrière-corps plus fortement élargi encore que chez discoidalis, plus brusquement rétréci postérieurement, le sommet plus long, plus acuminé, le disque des élytres avec un anneau transversal noir. Les interstries comme ceux de la forme typique. Se rencontre dans les Pyrénées.

Taille : 2,5 à 3,5 mm.

Habitat : Sous les mousses, dans les vieilles souches de pins. Europe centrale, Angleterre, Belgique, Suisse, Italie du Nord, Autriche.

Répartition géographique : Toute la France pour la forme typique, en plaine comme en montagne.

Période d’observation : Toute l’année.

Espèces semblables :
Orthochaetes cerdanicus a les élytres noirs à bords roux, mesure 2mm, a les élytres un peu plus courts. Il n’a été trouvé que dans les Pyrénées-Orientales, au sommet du Cambre d’Aze, au-dessus de Mont-Louis, sous les pierres, vers 2600 m d’altitude.
Orthochaetes insignis et extensus n’ont pas les soies des élytres dressées, elles sont courbées vers le bas.
Le genre Styphlus a un funicule antennaire de 7 articles, avec la massue rougeâtre, les élytres sont plus ou moins étranglés latéralement derrière la base.
Le genre Cotaster a le pronotum et les élytres avec de gros points de ponctuation.

Sources :
Le Monde des insectes
Coléoptères Curculionides troisième partie (faunedefrance.org)

2021

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Staphyliniformia
Super famille : Staphylinoidea 
Famille : Staphylinidae
Sous-famille : Pselaphinae
Tribu : Euplectini
Genre
Espèce :

Les staphylins de cette sous famille ne sont pas toujours identifiables sur photo. je classerais ci ceux pour lesquels le nom de genre n’est pas trouvable.

Sources :
Le Monde des insectes

2021

Celui-ci pourrait appartenir à deux genres : Euplectus ou Plectophloeus.
Pour les différencier :
– Elytres ornés chacun de 3 ou parfois 4 fossettes basales. Base du 1er tergite ornée d’une dépression transverse limitée de chaque côté par une carénule plus ou moins développée = Euplectus
– Elytres ornés chacun de 2 fossettes basales. Base du 1er tergite sans dépression transverse ni carénule = Plectophloeus
Il m’aurait fallu une vue plus rapprochée pour être certaine du nombre de fossettes à la base des élytres.
J’ai tenté d’éliminer les autres genres qui sont ressemblants :
Les Amauronyx semblent avoir l’abdomen et les élytres plus élargis, la forme de la tête semble légèrement différente.
Les Batrisodes et les Bryaxis ont l’abdomen et les élytres plus arrondis.
Batrisus formicarius a la plus grande largeur du pronotum au centre de celui-ci.
Boreaphilus pyrenaeus n’a pas la massue antennaire aussi grosse, ses mandibules sont plus fines.

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Cucujiformia
Super famille : Cucujoidea
Famille : Coccinellidae
Sous-famille : Chilocorinae
Tribu : Chilocorini
Genre : Chilocorus
Espèce : Chilocorus bipustulatus

Identification : La Coccinelle des landes (Chilocorus bipustulatus) a un corps très rond et très convexe, glabre et luisant, de couleur noire, parfois rougeâtre, avec 3 taches rouges alignées formant une bande transverse un peu avant le milieu des élytres.

Taille : 3-4 mm.

Habitat : Milieux ouverts et bois clairs, souvent sur les arbres et arbustes.

Période d’observation : Toute l’année, plus active au printemps et en été.

Hivernation : Adulte.

Larve : Elle se nourrit de pucerons et de cochenilles.

Espèces semblables :
Exochomus quadripustulatus n’a pas les taches disposées de la même manière. Elle en possède une en forme de virgule près de la base des élytres, et une autre ronde après la moitié de élytres. La largeur de ces taches varie, elles peuvent être très fines.

Sources :
Le Monde des insectes
INPN
Wikipédia

2021