DIPTÈRES (mouches et moustiques)

Dernière mise à jour il y a 6 mois par tifaeris

Les Diptères comprennent des insectes plus fréquemment appelés mouches, moustiques… Comme leur nom l’indique, ils n’ont qu’une paire d’ailes fonctionnelle.

Leur tête est globuleuse ou hémisphérique. Elle comporte 2 grands yeux à facettes qui occupent la majeure partie de la tête. Le nombre d’ocelles, lorsqu’il y en a, est toujours de 3. Les pièces buccales sont de type suceur-piqueur ou suceur-lécheur et forment une trompe. Les antennes sont différentes selon les sous-ordres.

Le thorax est formé de trois segments. Le prothorax, très court, porte la première paire de pattes. Le mésothorax, très grand, porte les 2 ailes antérieures et la seconde paire de pattes. Puis le métathorax, étroit, porte la troisième paire de pattes. L’écusson, bien développé, est parfois muni de prolongements en forme d’épines.

L’abdomen, de configuration très variable, est formé de quatre à huit segments.

Les pattes, simples, ont des tarses de cinq articles pourvus de pelotes adhésives qui leur permettent de se poser sur toutes sortes de surfaces.

Le corps des diptères est généralement pourvu de nombreuses soies dont le nombre et la disposition varie et servent à l’identification des familles, genres et espèces.

Les 2 ailes antérieures sont membraneuses et nervurées, le plus généralement transparentes, souvent marquées de taches élégantes et bariolées. Les nervures longitudinales étant généralement plus nombreuses que les transversales, il en résulte que leur champ est divisé en cellules allongées qui ont reçu divers noms.
Elles sont accompagnées de 2 petites pièces membraneuses, les cuillerons ou balanciers, qui sont en fait la 2ème paire d’aile atrophiée des insectes. Elle est tout de même utile aux diptères pour le vol, même si elles sont très réduites.

Ce sont des insectes à métamorphose complète. Presque tous sont ovipares, mais certains mettent au monde des larves vivantes.

Les œufs sont en général de couleur blanche ou jaunâtre, mais leur forme varie considérablement selon les espèces. Ils sont déposés sur les végétaux, les animaux, dans la terre, à la surface de l’eau ou sur les viandes en putréfaction.

Leurs larves, vermiformes, peuvent se développer dans l’eau, la terre, le bois pourri, les plantes, ou vivent en parasite dans le corps de divers animaux. Elles sont toujours dépourvues de pattes articulées mais possèdent parfois des excroissances (pseudopodes) ou des rangées de soies ou d’épines abdominales qui facilitent leurs déplacements. On rencontre 2 types de larves :
Les céphalées, allongées et lisses, très rarement épineuses, sont pourvues d’une tête écailleuse qui tranche nettement, par sa couleur brune ou noire, sur la couleur blanchâtre ou jaunâtre du corps. Les pièces buccales sont toujours reconnaissables. La tête porte des antennes et des yeux, mais jamais d’ocelles. Les stigmates sont le plus ordinairement placés d’une manière symétrique et par paires le long du corps, de chaque côté des flancs, sous forme de petits points noirs, arrondis, plus ou moins apparents.
Les acéphales n’ont pas de tête écailleuse. Leur corps, atténué en avant, est élargi plus ou moins en arrière ou vers le milieu. Elles sont munies de cils, de petites épines crochues ou de véritables poils plus ou moins longs, simples ou barbelés. Les stigmates sont au nombre de deux paires, parfois même d’une seule paire. L’une de ces deux paires est placée à la partie postérieure du corps. L’autre paire, qui peut manquer, est placée au bord du premier segment du corps.

A chaque type de larve correspond une forme spéciale de transformation en nymphe.
Les céphalées muent plusieurs fois et lors de la dernière mue deviennent des nymphes véritables qui ressemblent à l’insecte adulte. Celui-ci, au moment de l’éclosion, sort par une ouverture linéaire de la région dorsale du prothorax.
Chez les acéphales, la transformation en nymphe a lieu dans la propre peau de la larve. Cette peau se condense, se durcit et forme une véritable coque ou pupe. Dans cette pupe, la larve devient une nymphe tendre qui, au bout d’un temps plus ou moins long, se transforme elle-même en insecte parfait. Celui-ci, au moment de l’éclosion, sort de la pupe par une ouverture circulaire.

On peut rencontrer les diptères dans la plupart des biotopes du milieu terrestre de surface, ainsi que dans des milieux souterrains et aquatiques d’eau douce.

La plupart des espèces sont diurnes, mais certaines sont crépusculaires ou nocturnes.

Ils peuvent être saprophages, saproxylophages, coprophages, mycétophages, nécrophages, phytophages ou hématophages.

Ils hivernent ou hibernent le plus souvent à l’état de nymphe, de pupe ou de larve, mais certains adultes peuvent aussi hiverner.

Les Diptères (Diptera) sont divisés en 2 sous-ordres : les Nématocères (Nematocera) et les Brachycères (Brachycera).

Nématocères

Les Nématocères  ont des antennes multiarticulées (de 6 à 40 articles) qui sont généralement plus longues ou aussi longues que la tête et le thorax réunis. La tête est prognathe avec des palpes maxillaires longs (de 4 à 6 articles).
Les larves sont eucéphales (elles possèdent une tête bien visible).
Les nymphes sont mobiles, voire très mobiles.

Liste des familles


Brachycères

Les Brachycères  ont des antennes réduites et aristées, qui possèdent 3 articles indépendants. Elles sont moins longues que la tête et le thorax réunis. La tête est orthognathe. Les palpes maxillaires sont courts (1 ou 2 articles).
Les larves sont acéphales.
Les nymphes sont le plus souvent enfermées dans la dernière exuvie larvaire (pupe).

Liste des familles

Sources :
http://www.ecosociosystemes.fr/dipteres.html
http://aramel.free.fr/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Accueil_principalLarousse insectes et araignées.
http://ephytia.inra.fr/fr/Home/index

11 commentaires sur “DIPTÈRES (mouches et moustiques)”

  1. j’ai pris une photo d’un insecte dans la Drôme en août 2016, je n’arrive pas à déterminer de quel dyptère il s’agit (Stratiomyidae – mouche soldat) à priori, mais laquelle ?
    le lien ci-dessous avec la photo dans flickr

      1. Coucou, j’avais répondu directement sur le fil de discussion des amis du DDO, tu n’as pas du le voir ! Tu as bon pour la famille à priori, mais je ne me suis pas encore penchée sur ces espèces là. Pour être sure (peut-être) de son ID, il faut parcourir galerie et surtout forum du monde des insectes pour voir quels critères il faut repérer. A noter que cela prend parfois plusieurs heures !

    1. Apiculteur, je prends dans mes pièges à frelons asiatiques une petite mouche avec un gros abdomen jaune citron. Je n’arrive pas à l’identifier. Pouvez vous me renseigner? Merci

    2. Magnifique, quelle belle collection ! Bravo pour ce travail.
      J’ai pourtant cru un instant que j’allais pouvoir identifier dans les « mouches domestiques » celle qui m’a fait chercher sur internet celui où celle qui aurait pu m’aider à reconnaître la mouche que je viens de voir chez moi à Beaulieu (région de Montpellier)
      Puis-je vous faire parvenir une photo….des fois que j’y sois passé à côté ?
      Merci en tous cas pour le bon moment que j’ai passé à faire défiler vos images.
      Bien cordialement, Francis

    3. Bravo pour ce superbe inventaire de diptères, ordre souvent délaissé à tort par les entomologistes amateurs (dont je fais partie), et dont certains membres sont très difficiles à déterminer !

      Plus largement, je vous félicite pour votre site internet qui couvre énormément de champs naturalistes, qui est très bien documenté et qui comprend un nombre impressionnant de photographies. Je le découvre ce jour mais il comptera parmi mes références à l’avenir. Merci et bonne continuation
      Amitiés naturalistes,

      Vincent

      1. Bonjour Vincent,

        Merci beaucoup pour votre message encourageant !
        Je trouve les diptères fascinants, parfois difficiles à identifier en effet, mais c’est aussi le jeu 🙂

        En espérant que ce site puisse vous aider pour certaines identifications,

        Amitiés et bon courage pour la période en cours,

        Jessica

Laisser un commentaire