Aller au contenu

Orthoptère

Ordre : Orthoptera
Sous-ordre : Ensifera
Infra-ordre :
Super famille : Tettigonioidea
Famille : Tettigoniidae
Sous-famille : Tettigoniinae
Tribu : Platycleidini
Genre Platycleis
Espèce : Platycleis albopunctata

Identification : La Decticelle chagrinée (Platycleis albopunctata albopunctata) est de couleur gris brun. La carène médiane du pronotum est nette dans le tiers postérieur. Les élytres sont relativement larges à l’apex, à taches diffuses, n’atteignant pas les genoux postérieurs ou les dépassant peu.
Le mâle a les cerques à dent interne fine, située vers le tiers apical.
La femelle a un ovipositeur en forme de faucille.

Taille : 16 à 23 mm pour le mâle, 20 à 24 mm pour la femelle.

Habitat : Pelouses sèches à herbes denses, talus, landes basses, jusqu’à 2300m.

Répartition géographique : Toute la France.

Période d’observation : De juin à novembre avec un pic en août et septembre.

Espèces semblables :
Il existe en Suisse et en Corse deux sous espèces très proches qu’il est très complexe de différencier sur photo. Le chant du mâle ou l’ovipositeur de la femelle sont nécessaires.
Les autres espèces du genre se rencontrent surtout sur les départements du pourtour méditeranéen et/ou atlantique et ont des élytres généralement plus longs, dépassant les genoux postérieurs.
La Decticelle carroyée (Tessellana tessellata) est généralement plus petite, les élytres sont un peu plus étroits avec une bande noire plus contrastée, l’oviscapte de la femelle est plus court et plus fortement recourbé.
Le Dectique des brandes (Gampsocleis glabra) peut être vert ou brun. La carène médiane du pronotum est très effacée. L’ovipositeur de la femelle est très différent, long et tronqué obliquement. Les cerques du mâle sont triangulaires et dentés très près de la base. L’angle du front semble un peu plus aigu.

Sources :
Le Monde des insectes
Cahier d’identification des orthoptères de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.

2021

2020

Ordre : Orthoptera
Sous-ordre : Ensifera
Infra-ordre :
Super famille : Tettigonioidea
Famille : Tettigoniidae
Sous-famille : Phaneropterinae
Tribu : Barbitistini
Genre Barbitistes
Espèce 

Je classerais ici les individus de ce genre que je n’ai pu identifier à l’espèce.

Sources :
Insecte.org

2020

Cet individu est une femelle juvénile qui ne possède pas encore les épines de l’apex de l’ovipositeur. Mais la forme de l’ovipositeur ne colle ni avec Leptophyes qui a un ovipositeur pointu à l’apex, ni avec Isophya chez qui l’ovipositeur est arrondi sur le bord inférieur. C’est donc un Barbitistes, mais d’après le Cahier d’identification des orthoptères aucun Barbitistes ne se trouve en Ariège. Il pourrait donc s’agir de fischeri qui se trouve à l’est ou de serricauda qui se trouve à l’ouest. Le biotope colle mieux à serricauda mais on ne peut en être certain à ce stade.

Ordre : Orthoptera
Sous-ordre : Caelifera
Infra-ordre : Acrididea
Super famille : Acridoidea
Famille : Acrididae
Sous-famille : Gomphocerinae
Tribu : Gomphocerini
Genre : Chorthippus
EspèceChorthippus dorsatus dorsatus

Identification : Le Criquet vert-échine (Chorthippus dorsatus dorsatus) est de couleur variable, brun ou vert olivâtre uniformes ou brun à bande dorsale vert vif. L’abdomen du mâle est souvent rougeâtre. Il possède des fovéoles temporales et ses antennes ne sont pas élargies à l’apex. Les carènes latérales du pronotum sont infléchies. Les élytres atteignent ou dépassent les genoux postérieurs et possèdent un lobe basal. Les champs médians et intercubital ne sont pas particulièrement élargis. Le champ radial est faiblement et règulièrement élargi, la nervure radiale est droite.

Taille : 14 à 18 mm pour le mâle, 19 à 25 mm pour la femelle.

Habitat : Large gamme de milieux herbacés, préférant les milieux humides comme les prairies en bordures de zone marécageuse, de 0 à 2500m.

Répartition géographique : Du nord de l’Espagne au sud de la Fennoscandie, jusqu’en Sibérie et au Kazakhstan à l’est. En France, il est présent presque partout sauf à l’extrême nord, plus rare voire absent en Bretagne.

Période d’observation : De juin à novembre, avec un pic entre juillet et septembre.

Espèces semblables :
Le Criquet marginé (Chorthippus albomarginatus albomarginatus) a les carènes latérales du pronotum un peu plus droites, le champ radial est brusquement élargi et la nervure radiale est sinueuse (moins net chez la femelle), il est généralement moins coloré, de couleur beige ou verte, l’abdomen du mâle n’est jamais rougeâtre.
Le Criquet des joncs (Chorhippus jucundus) a une répartition beaucoup plus restreinte sur le pourtour méditerranéen. Il est de couleur uniformément vert métallique avec les tibias postérieurs rouge-orangé.
Les Euchorthippus ont les carènes latérales du pronotum bien parallèles.
Les Pseudochorthippus ont en principe les élytres raccourcis, n’atteignant pas les genoux. Il faut se méfier des formes macroptères. La femelle macroptère de Pseudochorthippus parallelus a les nervures longitudinales des tegmina plus parallèles et plus rectilignes sur toute leur longueur.

Sources :
https://www.insecte.org/
Cahier d’identification des orthoptères de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.
Guide des sauterelles, grillons et criquets d’Europe occidentale, Les guides du naturaliste

2021

2020

Ordre : Orthoptera
Sous-ordre : Caelifera
Infra-ordre : Acrididea
Super famille : Acridoidea
Famille : Acrididae
Sous-famille : Oedipodinae
Tribu : Locustini
Genre : Psophus
EspècePsophus stridulus stridulus

Identification : L’Oedipode stridulante (Psophus stridulus stridulus) a un corps robuste, de couleur noire, brun foncé ou grise. Sa tête est arrondie de profil, Son pronotum bombé régulièrement, sans échancrure dans la carène médiane.Elle possède une nervure intercalée dans le champ médian. Les ailes postérieures sont rougeâtres à orangées, sombres à l’apex.
Les mâles sont plus sombres, les tegmina dépassent largement l’abdomen.
Les femelles sont plus claires, les tegminas n’atteignent pas les genoux postérieurs.

Taille : 19 à 25 mm pour le mâle, 23 à 35 mm pour la femelle.

Habitat : Endroits chauds et ensoleillés, de préférence en montagne, de 280 à 2600m mais surtout au delà de 700m.

Répartition géographique : Pyrénées, Massif central, Alpes, Jura et Nord-Est.

Comportement : Le mâle émet en vol un puissant claquement de crécelle qu’il produit avec ses ailes postérieures. Mais il est aussi capable de voler sans bruit. Les femelles sont aussi capables de produire ce son, en vol comme au repos.

Période d’observation : De juin à novembre avec un pic en août et septembre.

Espèces semblables :
Le pronotum régulièrement bombé permet d’éliminer les autres espèces

Sources :
Cahier d’identification des orthoptères de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.
Guide des sauterelles, grillons et criquets d’Europe occidentale, Les guides du naturaliste

2020

Ordre : Orthoptera
Sous-ordre : Caelifera
Infra-ordre : Acrididea
Super famille : Acridoidea
Famille : Acrididae
Sous-famille : Catantopinae 
Tribu : Podismini
Genre : Miramella
EspèceMiramella alpina subalpina

Identification : La Miramelle subalpine (Miramella alpina subalpina) est de couleur fondamentale vert éclatant, avec une bande noire longitudinale sur les côtés du pronotum et une pilosité claire et dressée sur le corps. Les élytres sont courts et bien séparés sur le dos, de couleur brun rouge à brun noir. Le dessous des fémurs postérieurs est rouge.

Taille : 16 à 23 mm pour le mâle, 22 à 31 mm pour la femelle.

Habitat : Milieux frais et humides, de 430 à 2650m, surtout entre 1000 et 1500m.

Répartition géographique : Pyrénées, Alpes, Jura, Massif central, Vosges.

Période d’observation : De juin à octobre avec un pic entre juillet et septembre.

Espèces semblables :
La Miramelle des frimas (Melanopus frigidus) et la Miramelle tessinoise (Nadigella formosanta) ont les élytres lancéolés et se touchant ou presque sur le dos.
Le genre Podisma n’est jamais vert et les tibias 3 sont bleuâtres.
La Miramelle insubrienne (Odontopodisma decipiens) a les élytres, les genoux postérieurs et l’extrémité de l’abdomen roses, le dessous des fémurs postérieurs est jaune.

Sources :
Cahier d’identification des orthoptères de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.
Guide des sauterelles, grillons et criquets d’Europe occidentale.

2021

2020

Ordre : Orthoptera
Sous-ordre : Ensifera
Infra-ordre :
Super famille : Tettigonioidea
Famille : Tettigoniidae
Sous-famille : Tettigoniinae
Tribu : Pholidopterini
Genre : Pholidoptera
Espèce : Pholidoptera griseoaptera

Identification : La Pholidoptère cendrée (Pholidoptera griseoaptera) est de couleur générale brun gris à brun rouge, la face ventrale de l’abdomen est jaune. Les lobes latéraux du ptonotum sont rebordés d’un très fin liseré grisâtre.
Le mâle a des cerques assez courts, à bord externe presque droit et dentés au quart basal. Ses élytres sont courts et mesurent environ 5 mm.
La femelle a l’oviscapte relativement court et courbé. Ses élytres sont très courts et mesure à peine plus d’1 mm.
Les jeunes sont bruns avec une bande dorsale beige liserée de brun noir.

Taille : 15 à 20 mm pour le mâle, 16 à 20 mm pour la femelle.

Habitat : Lisières forestières, clairières, fourrés, haies, jusqu’à 2100m.

Répartition géographique : Presque partout en France sauf dans l’extrême sud est et en Corse.

Période d’observation : De juin à novembre, avec un pic entre juillet et septembre.

Espèces semblables :
Pour l’individu présenté ici, la forme des élytres, des cerques et la répartition ont été d’une grande aide dans ce groupe pas toujours facile.
Les autres du genre ont la bordure blanche du pronotum plus large et des cerques plus longs pour les mâles et un oviscapte plus long pour les femelles.

Sources :
Cahier d’identification des orthoptères de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.
Guide des sauterelles, grillons et criquets d’Europe occidentale.

2022

2021

2020