Mazères 07 février 2021

Ce matin, nous faisons un tour dans les plaines de Montaut d’Ariège. Nous observerons beaucoup de passereaux dans les champs, bruants, pipits, quelques cochevis et alouettes. Quelques bergeronnettes aussi, et un joli busard saint-martin, ainsi que des buses et des faucons. Un joli groupe d’une 100aine de vanneaux huppés et (au moins) un oedicnème criard.

Peu d’images, j’en profite pour glisser ici cette Bergeronnette grise (Motacilla alba) et ce Busard Saint-Martin (Circus cyaneus).

L’après-midi, petite balade au bord du Raunier. Les ficaires sont bien en fleur sur la parterre encore bien recouvert de feuilles mortes.

Cette femelle de syrphe, femelle car elle a les yeux espacés, profite du nectar. C’est une Meliscaeva auricollis. C’est une espèce qui passe l’hiver sous la forme d’adulte, elle se met donc en activité les jours où la température est clémente. Ses larves se nourrissent de pucerons sur les arbres et les arbustes.

Sur une feuille non loin, cette tenthrède, Aglaostigma aucupariae. Les larves de cet hyménoptère ressemblent à des chenilles, cette espèce apprécie particulièrement les Galium.

Un peu plus loin sur le chemin, ces bouts de bois attirent mon attention. On trouve toujours des choses sous les morceaux de bois.

En le retournant, j’observe plusieurs collemboles.

Entomobrya nicoleti, espèce assez pâle, avec des taches distinctives au bout de l’abdomen et une bande assez discrète sur les côtés du corps.

Entomobrya albocincta, au pattern typique.

Deux Isotomurus graminis, sans dessins particuliers.

En retournant le bout de bois, un petit morceau d’écorce s’est détaché. Dessous, une colonie de Dolichoderus quadripunctatus. Cette espèce est arboricole, la fourmilière devait se trouver sur une branche affaiblie qui est tombée durant la mauvaise saison. Après quelques photos, je replace le bout d’écorce et remet la branche doucement dans le bon sens, comme lorsque je l’ai trouvée.

Un peu plus loin, un autre bout de bois. Celui là, ça fait plus longtemps qu’il est au sol.

En le retournant, j’observe quelques cloportes. Des Oniscus asellus surtout. Cette grande espèce n’est pas capable de se rouler en boule. Sa technique pour se défendre est de se plaquer contre le substrat, s’aplatissant, devenant alors difficile à déloger de celui-ci.

Quelques jeunes.

Un adulte (ou plutôt deux).

Autre cloporte incapable de se rouler en boule : Philoscia muscorum. Lui ne se plaque pas sur le substrat, mais préfère la fuite en cas de danger ! Il court très vite.

Un diptère, d’une espèce d’ordinaire bien orange. Ici, peut-être qu’elle a émergé il y a peu. Suillia variegata. La larve se nourrit de champignons et de matières en décomposition.

Dernière trouvaille, cette petite araignée de 2 mm. Une Theridiidae, Episinus angulatus. Elle tisse près du sol une toile en forme de « H ».

4 commentaires sur “Mazères 07 février 2021”

Laisser un commentaire