Aller au contenu

Hyménoptère

« Cette petite tenthrède pond ses oeufs dans les tiges de rosiers sauvages ou cultivés, laissant une cicatrice en ligne droite »

Ordre : Hymenoptera
Sous-ordre : Symphyta
Infra-ordre :
Super famille : Tenthredinoidea
Famille : Argidae
Sous-famille : Arginae
Tribu :
Genre Arge
Espèce Arge ochropus

Identification : La Tenthrède du rosier (Arge ochropus) partage son nom vernaculaire avec d’autres espèces de tenthrèdes. Son abdomen est entièrement jaune. Sa tête est noire. Le thorax est noir dessus, jaune sur les côtés. Les antennes sont noires et formées de 3 articles, le dernier très long. Les ailes sont hyalines à ptérostigma et cellule intercostale noirs. Les pattes sont jaunes à tarses nettement annelés de noir.
La femelle a les antennes glabres et possède une « scie » au bout de l’abdomen.
Le mâle a les antennes velues et ne possède pas d’ovipositeur.

Taille : 7 à 10mm.

Répartition géographique :

Période d’observation : De juin à août.

Plantes hôtes : Rosa spp.

Oeufs : Ils sont pondus dans les tiges, en une rangée, laissant apparaitre une cicatrice longitudinale.

Larve : Elle est de couleur orangée, blanche sur les flancs, et est recouverte de pustules noires. La tête est orange.

Régime : Feuillage pour la larve, nectar et pollen pour les adultes.

Espèces semblables :
Les Tenthredinidae du genre Athalia ont le même type de coloration, mais elles possèdent bien plus d’articles antennaires.

Sources :
Symphytes d’Europe, Jean Lacourt, NAP éditions
Le Monde des insectes
Sawflies
INPN
iNaturalist

2021

Ordre : Hymenoptera
Sous-ordre : Apocrita
Infra-ordre : Aculeata
Super famille : Formicoidea
Famille : Formicidae
Sous-famille : Myrmicinae
Tribu : Pheidolini
Genre : Pheidole
Espèce : Pheidole pallidula

Identification : Pheidole pallidula est une petite espèce de fourmis de couleur jaune clair à brun foncé. Son pétiole est en 2 parties. Les antennes comportent 12 articles dont une massue de 3 articles. Il y a deux castes d’ouvrières : les major, avec une très grosse tête. Les minor, plus petites, avec de longues antennes.

Taille : 1,5 à 2mm pour les ouvrières minor, 3,5 à 5mm pour les ouvrières major (ou soldats).

Habitat : Zones caillouteuses, vignes, landes, garigues dans les milieux ensoleillés, mais aussi en forêt. Elle s’accommode bien des milieux anthropisés.

Répartition géographique : Europe du sud, moitié sud de la France. Très commune sur le littoral méditeranéen.

Essaimage : Juin-juillet.

Nid : Il se situe dans le sol ou sous les pierres. Il est composé de plusieurs ouvrières et de 1 à 4 reines. Les ouvrières recherchent leur nourriture au sol et dans la végétation basse. Les major sortent peu du nid, défendant l’entrée, découpant les aliments rapportés et aidant au transport des charges loudes et volumineuses.

Régime : Omnivore (invertébrés, cadavres, graines).

Espèces semblables :
Pour les soldats :
Pheidole megacephala est présente dans les serres du jardin des plantes à Paris.
Pheidole teneriffana colonise localement le littoral méditerranéen (mais visiblement pas en France) ou des immeubles chauffés. La tête des major est entièrement ridée.
Les ouvrières major du genre Messor n’ont pas une tête aussi grosse et sont plus grandes.
Pour les minor (à compléter car ces informations proviennent du guide et je n’ai encore jamais identifié de minor seules) :
Certaines Temnothorax sont semblables, mais leurs déplacements sont plus lents.
Le genre Tetramorium a une tête fortement striée longitudinalement et les épaules carrées.

Sources :
Le Monde des insectes
Clef d’identification des fourmis de France
Fourmis d’Europe occidentale | Delachaux et Niestlé

2021

Ordre : Hymenoptera
Sous-ordre : Apocrita
Infra-ordre : Aculeata
Super famille : Formicoidea
Famille : Formicidae
Sous-famille : Myrmicinae
Tribu : Crematogastrini
Genre Crematogaster
Espèce : Crematogaster sordidula

Identification : Crematogaster sordidula est une petite fourmi au corps velu de couleur brun clair à sombre. Son pétiole est en deux parties et inséré sur le dessus du gastre qui est en forme de cœur.

Taille : 2-3 mm.

Habitat : Divers types de milieux, en général bien ensoleillés. Préfère les terrains drainant bien les pluies.

Répartition géographique :

Essaimage : Juillet-août.

Nid : Il se trouve dans le sol, sous les pierres, jusqu’à 50 cm de profondeur. Les ouvrières recherchent leur nourriture au sol, sur les pierres et la végétation basse à la tombée de la nuit, lorsque la chaleur baisse. Une colonie peut compter plusieurs milliers d’ouvrières.

Régime : Omnivore (arthropodes et substances végétales sucrées).

Espèces semblables :
Pour la France :
Crematogaster auberti n’a pas cette pilosité dressée sur le corps (seulement à l’apex des segments abdominaux).
Crematogaster scutellaris a la tête rouge.
• Le genre Plagiolepis a le pétiole en une seule partie.

Sources :
Le Monde des insectes
Clé des Fourmis de France
Fourmis d’Europe occidentale, Guide Delachaux
iNaturalist
INPN
Les Crematogaster du Maroc (Hym., Formicidae). Clé de détermination et commentaires, Henri Cagniant

2022

2021

Ordre : Hymenoptera
Sous-ordre : Apocrita
Infra-ordre : Aculeata
Super famille : Apoidea
Famille : Megachilidae
Sous-famille : Megachilinae
Tribu : Anthidiini
Genre : Anthidium
Espèce : Anthidium florentinum

Identification : Anthidium florentinum est une abeille trapue aux yeux colorés. Elle est de couleur noire et jaune, avec beaucoup de jaune aux pattes. Elle possède 2 cellules cubitales. Les axilles sont arrondies, alignées avec le scutellum. Elle n’a pas de pulvillus entre les griffes.
La femelle possède une brosse ventrale jaunâtre à blanche. Son clypéus est jaune. Elle possède des dents latérales sur T5 et T6.
Le mâle est plus gros que la femelle. Il possède des épines jaunes latérales sur T4 et T5. T6 possède une épine latérale noire. Les côtés de T7 sont épineux aussi, avec une tache jaune latérale, et une petite dent noire au centre du tergite.

Taille : 12 à 13 mm pour la femelle, 15 à 17 mm pour le mâle.

Comportement : Les mâles sont territoriaux et agressifs (mais ils ne possèdent pas de dard).

Période de vol : Juillet-août.

Nidification : Cette espèce fait partie des abeilles dites cotonnières. La femelle gratte le feuillage de plantes duveteuses avec ses mandibules. Elle forme ainsi une boule de poils qu’elle transporte jusqu’à son nid, un trou dans le sol, dans un arbre ou dans un mur. Ce duvet servira de cellule qui sera garnie de nectar et de pollen. Un œuf sera pondu dans la cellule. L’entrée est ensuite rebouchée avec du coton végétal. La femelle peut ainsi confectionner 10 loges.

Espèces semblables :
Celle-ci a été confirmée sur insecte.org.
Ce genre me parait assez complexe, il semble que la disposition des épines sur l’abdomen du mâle soit caractéristique, mais je n’en suis pas sure. La disposition des taches sur le thorax et la tête sont à vérifier lors de comparaisons, mais je ne sais pas si ces critères varient ou pas.
Les Anthidiellum sont plus petits, le scutellum a la marge postérieure droite et anguleuse sur les côtés, ils possèdent des pulvillus.
Le genre Icteranthidium a l’axille pointu ou plus développé, l’apex séparé du scutellum (parfois formant juste une petite encoche), le T7 est de forme rectangulaire, les lobes du pronotum forment une extension en avant de la tegulae (attention ce dernier point n’est pas toujours facile à voir notamment à cause des poils).
Le genre Pseudoanthidium a l’axille pointu ou plus développé, l’apex séparé du scutellum.
Le genre Rhodantidium possède des pulvillus entre les griffes et n’a pas cette tache noire sur le tibia 3.
Le genre Stelis a l’axille pointu, les femelles ne possèdent pas de brosse ventrale.

Sources :
Le Monde des insectes
Clé simplifiée des genres d’Apoïdes de la zone SAPOLL
Clé des genres de la super-famille des Apoidea
Clé illustrée des genres de la super famille des Apoidea
Anthidium – IDmyBee
Anthidini de France
Exotic Bee ID
Pollinis
Les Anthidiini d’Algérie

2020

Ordre : Hymenoptera
Sous-ordre : Apocrita
Infra-ordre :
Super famille : Ichneumonoidea
Famille : Ichneumonidae
Sous-famille : Ichneumoninae
Tribu : Ichneumonini
Genre : Eutanyacra
Espèce : Eutanyacra crispatoria

Identification : Eutanyacra crispatoria femelle a le corps assez robuste, de coloration noire avec le scutellum jaune. L’abdomen est noir à rougeâtre et possède un nombre variable d’épaisses bandes jaunes sur les premiers tergites. Les pattes sont robustes, jaunes à fémurs plus ou moins noircis. Les antennes sont noires à anneau jaune, la partie avant l’anneau est orangée. Le thorax est souligné d’une bande orangée partant de la tegulae. Les yeux sont bordés de jaune.
Le mâle est plus élancé, ses pattes et son abdomen sont plus largement jaunes, il a des marques jaune sur le thorax. Se antennes sont entièrement sombres.

Espèces semblables :
Pour la femelle :
Le genre Diphyus (en particulier palliatorius et trifasciatus sont assez semblables) ne semble pas avoir cette bande claire qui souligne le thorax en partant de la tegulae. Si cette bande est présente, alors elle est bien jaune et nette jusqu’à l’avant du thorax, ou alors plus fine, en tout cas elle semble différente. Lorsque les antennes présentent un anneau jaune, le jaune ne s’étend pas jusqu’à la base des antennes.
Acroricnus seductor n’a pas les fémurs 3 entièrement noirs.
Certains Ichneumon sont assez ressemblants, y compris pour les antennes, mais je n’en ai pas trouvé avec exactement la même coloration (notamment certains ont les hanches jaunes et ne possèdent pas cette bande jaune orangé sur le thorax qui démarre de la tegulae).

Sources :
Le Monde des insectes
BioImages – Virtual Fieldguide (UK)

2021

Ordre : Hymenoptera
Sous-ordre : Apocrita
Infra-ordre : Aculeata
Super famille : Vespoidea
Famille : Vespidae
Sous-famille : Eumeninae
Tribu :
Genre : Eumenes
Espèce : Eumenes papillarius

Identification : Eumenes papillarius est une grande guêpe noire et jaune avec le premier tergite très fin et allongé. Son thorax est compact.
La femelle possède 12 articles antennaires et 6 segments au gastre. Le tergite 2 présente une lamelle apicale sombre. La face ventrale du scape est en partie jaune. Les crêtes scutellaires sont jaunes. Elle possède de longs poils sur T1 et T2.
Le mâle possède 13 articles antennaires et 7 segments au gastre.

Taille : 15 mm.

Nid : Il est en forme d’urne et la femelle y dépose des chenilles paralysées pour nourrir la larve.

Espèces semblables :
Pour la femelle :
Le genre Katamenes est très semblable, il est plus grand et n’a pas de lamelle à l’apex de T2.
Eumenes coronatus a aussi de longs poils sur T1 et T2, mais son scape est entièrement noir, y compris sur la face ventrale.
Les autres n’ont apparemment pas d’aussi longs poils sur T1 et T2 mais ce n’est pas toujours facile à voir.
Eumenes dubius a aussi la lamelle de T2 sombre, la face ventrale du scape en partie jaune et les crêtes scutellaires jaunes, mais elle est moins poilue.
Eumenes subpomiformis possède aussi ces critères de la lame de T2, des crêtes scutellaires et du scape jaune dessous (mais généralement ce dernier est entièrement jaune dessous), sur les images que j’ai pu voir elle ne possède pas de taches jaunes sur le mesoscutum et le clypéus est plus largement jaune (mais ça c’est peut être variable).
Les autres n’ont soit pas les crêtes scutellaires jaunes, soit la lamelle apicale de T2 jaune ou translucide, soit le scape noir.

Sources :
Le Monde des insectes
ACCUEIL – Insectes de mon jardin 56… Bzh (eklablog.com)

2020

Ordre : Hymenoptera
Sous-ordre : Symphyta
Infra-ordre :
Super famille : Tenthredinoidea
Famille : Tenthredinidae
Sous-famille : Athaliinae
Tribu : Athaliini
Genre : Athalia
Espèce : Athalia circularis

Identification : Athalia circularis a l’abdomen entièrement orange. Le thorax est noir dessus, la partie inférieure est très variable : elle peut être entièrement noire à entièrement orange, mais le plus souvent elle est orange avec une bande noire à la base du mésépisternum. Les pattes 1 et 2 sont entièrement oranges, parfois le tibia 2 possède un anneau sombre à l’apex. Le clypéus est mat et pubescent, il est blanc ainsi que le labre. La nervure costale est jaune dans le tiers basal, la subcostale n’est jaune qu’à la base.

Taille : 4 à 8 mm.

Habitat : Souvent dans des endroits humides.

Répartition géographique : Toute l’Europe.

Période de vol : De mai à octobre.

Plantes hôtes : Lamiacées, Plantains, Véroniques.

Espèces semblables :
Athalia longifoliae ne se distingue de circularis que par la structure de la scie de la femelle. Cette espèce n’a été observée en France que rarement avant 1969, sa présence en France est douteuse.
Athalia ancilla a la nervure subcostale jaune dans le tiers basal, comme la costale, le tibia 2 est annelé de noir à l’apex, le labre et le clypéus sont oranges.
Athalia bicolor a le clypéus orange, le premier tergite noir et la partie inférieure du thorax entièrement noire.
Athalia rufoscutellata a le premier tergite noir et la partie inférieure du thorax entièrement noire.
Athalia rosae a le scutellum et le lobe médian du mesonotum oranges.
Athalia scutellariae a l’apex des tibias 1 et 2 annelés de noir.
Athalia lugens a une ligne noire sur toute la longueur des tibias 3.
Athalia paradoxa, Athalia doderoi, A. nevadensis, A. liberta et A. cornubiae ont la nervure costale bien noire sauf à la base, les tibias 1 et 2 annelés de noir à l’apex.
A. chevini et A. cordata ont la partie inférieure du thorax largement noire.
Le genre Hennedyia possède 20 ou 21 articles antennaires.
Les Euura et les Nematus ont de plus longues antennes (les articles sont plus allongés).
Monophadnus spinolae et Monostegia abdominalis ont les premiers articles antennaires noirs.
Les Selandria n’ont pas les tarses annelés.
Les Argidae n’ont que 3 articles antennaires.

Sources :
Le Monde des insectes
Home – Sawflies
NatureSpot
Symphytes d’Europe, Jean LACOURT

2020

Ordre : Hymenoptera
Sous-ordre : Apocrita
Infra-ordre : Aculeata
Super famille : Formicoidea
Famille : Formicidae
Sous-famille : Formicinae
Tribu : Lasiini
Genre Lasius
Espèce 

Identification : Le genre Lasius comprend des fourmis qui ne sont pas toujours identifiables sur photo. Elles ont un pétiole en une partie. Le gastre est composé de 5 segments. Elles possèdent une dépression sur le thorax. Le scape est inséré très près du clypéus, les ocelles sont peu visibles.

Genres semblables :
Celles qui sont entièrement jaune sont facilement reconnaissable, le autres genres de cette couleur ayant un pétiole en deux parties ou mesurant moins de 2mm.

Sources :
Le Monde des insectes
clef d’identification des fourmis de France (free.fr)

2020

Celle-ci a le pétiole échancré, qui d’après la clé en ligne amènerait à Lasius bicornis, mais cette espèce est censé avoir le premier tergite glabre, ce qui n’est pas le cas ici. Donc sans examen approfondi, il n’est pas possible de lui donner un nom d’espèce. En plus plus loin dans la clé, d’autres espèces ont ce pétiole échancré.

Ordre : Hymenoptera
Sous-ordre : Apocrita
Infra-ordre : 
Super famille : Chalcidoidea
Famille : Pteromalidae
Sous-famille : Pteromalinae
Tribu :
Genre Arthrolytus
Espèce 

Identification : Le genre Arthrolytus comprend plusieurs espèces qui ne sont pas toujours identifiables sur photo. Je classerais ici celles que l’on ne peut nommer.
Ce sont de petits hyménoptères avec une grosse tête transverse. Les antennes de 13 articles (dont 2 petits anelli) sont insérées bas sur la face. Les notauli sont incomplets. Les ailes peuvent être hyalines ou avec une bande sombre. Les pattes sont assez robustes, surtout les fémurs.
Les femelles ont un abdomen ovale et pointu à l’apex. Leur formule antennaire est la suivante : long scape, pédicelle, 2 anelli, 6 articles funiculaires, 3 articles pour la massue (11263).
Les mâles ont un abdomen plus arrondi, moins effilé à l’apex. Leur formule antennaire peut être 11263, 11272 ou 11281.

Taille : 2-3 mm.

Répartition géographique : Largement distribué dans le monde, sauf en Australie et en Afrique.

Biologie : Selon les espèces, parasitoïdes de Cynipidae et Curculionidae ou hyperparasite d’Ichneumonidae ou Eurytomidae qui se trouvent dans les galles.

Genres semblables :
A compléter en fonction des individus rencontrés. Le mâle de 2020 semble inconfondable.

Sources :
Le Monde des insectes
European species of Arthrolytus
(PDF) World species of Arthrolytus

2020

D’après les documents en sources, on pourrait pour ce mâle éliminer incisus qui a l’antenne plus filiforme, glandium et maculipennis car les fémurs ne sont pas métalliques. Il reste ocellus et nanus. Il est dit qu’ocellus mâle a les fémurs métalliques, mais d’après les dessins les antennes collent mieux avec ocellus, ainsi que l’angle de la veine stigmale. En combinant clés et descriptions des documents, le mâle des deux espèces aurait la base de l’abdomen pâle.

Ordre : Hymenoptera
Sous-ordre : Apocrita
Infra-ordre : Aculeata
Super famille : Apoidea
Famille : Crabronidae
Sous-famille : Philanthinae
Tribu : Cercerini
Genre Cerceris
Espèce : Cerceris quadricincta

Identification : Cerceris quadricincta est un hyménoptère à abdomen boudiné. Il est de couleur noire à taches jaune doré. Le bord postérieur du tergite 2 et des suivants possède une bande jaune. L’aire dorsale du propodeum est striée. Le lobe médian du clypéus est bombé.
La femelle possède 6 segments au gastre et 12 articles aux antennes. Elle possède du jaune sur le clypéus, les côtés de la face, l’écusson frontal et de petites taches postoculaires. Elle a souvent deux taches jaunes sur le propodeum. Le T1 est noir, T2 et T5 à très larges bandes jaunes non échancrées, T3 et T4 à bandes jaunes plus étroites. Elle possède généralement des bandes jaunes sur les sternites 2 à 4. Les scapes sont jaunes, les funicules noirs dessus, ferrugineux dessous. Les pattes sont jaunes, les fémurs 1 et 2 tachés de noir dans leur moitié basale, l’apex du fémur 3 taché de noir, les tibias 3 à face interne noirâtre à l’apex, les tarses 3 noirâtres. Le bord interne des mandibules possède 2 dents, la seconde plus forte. Le bord apical du clypéus possède 2 faibles dents sur les côtés. L’aire pygidiale est rétrécie à l’extrémité qui est étroitement arrondie.
Le mâle possède 7 segments au gastre et 13 articles aux antennes. Le thorax est généralement taché de jaune au collare, aux tegulae et au postscutellum, mais les tegulae et le collare sont parfois noirs. Le propodeum est généralement noir. Les taches postoculaires sont souvent absentes. Les bandes de T2 et T6 sont plus larges que les autres, celle de T2 en général peu échancrée en avant (si elle l’est, en large arrondi). Au moins les sternites 3 et 4 ont des taches ou des bandes jaunes. Les fémurs 1 et 2 sont plus ou moins noircis à la base, le fémur 3 à l’apex. Les tibias sont largement jaunes, sauf le 3 qui est taché de noir à l’apex. Le bord antérieur du clypéus est bordé de noir, avec une dent médiane peu développée et pas de carène longitudiale médiane sur la moitié inférieure. Le 2ème article du funicule est deux fois plus long que large. Le dernier article est un peu courbé et à poils courts à l’apex sur le dessous. La face inférieure du funicule est ferrugineuse sur la moitié basale, puis noire, le dernier article ferrugineux dessous.

Taille : 8 à 10mm pour la femelle, 6 à 9mm pour le mâle.

Répartition géographique : Europe méridionale, en France, plus abondante dans la moitié sud.

Biologie : Elle creuse son nid dans le sol et y amène de petits coléoptères (Bruchidae et Curculionidae).

Espèces semblables :
Pour les mâles :
Cerceris arenaria est le plus semblable, mais la dent médiane du clypéus est plus saillante, le dernier article antennaire est plus nettement courbé, avec quelques longs poils à l’apex sur le dessous, l’échancrure de T2 est souvent plus profonde, arrondie ou anguleuse.
Cerceris quadrifasciata a les tegulae et le thorax noirs (c’est aussi le cas de certaine quadricincta), les sternites noirs, et de longs poils sur les fémurs postérieurs (face ventrale).
Cerceris flavilabris, ferreri, quinquefasciata, bellona et interrupta ont le funicule antennaire clair sur tout le dessous.
Cerceris ruficornis a les pattes entièrement jaunes.
Cerceris flavicornis, tenuivittata, et media ont l’aire dorsale du propodeum ponctuée.
Cerceris albofasciata et specularis ont l’aire dorsale du propodeum lisse et brillante.
Cerceris rufipes a l’aire pygidiale souvent tachée de jaune, les premières bandes des tergites sont étroitement interrompues, plutôt jaune blanchâtre, les funicules antennaires sont ferrugineux, obscurcis dessus sur la moitié apicale, l’espèce est plus grande (11 à 18 mm), le clypéus n’est pas denté au bord antérieur, avec une petite fossette sur son disque, le dernier article des antennes est long et courbé, le métatarse 2 est un peu courbé en vue de profil.
Cerceris cunicularia a la partie supérieure du clypéus, en vue de profil, continuant en ligne droite le profil de la carène interantennaire (il n’est donc pas bombé).
Cerceris interrupta a le clypéus généralement avec une fine carène longitudinale médiane dans sa moitié inférieure, son bord antérieur, nettement denté au milieu, est d’un ferrugineux clair.
Cerceris eversmanni ne se trouve que dans les Alpes de Haute-Provence et les Hautes-Alpes, son funicule est presque entièrement noir.

Sources :
Le Monde des insectes
Société entomologique de France. Annales de la Société entomologique de France. 1832. (quelestcetanimal-lagalerie.com)
J.BITCH&al(FdeFr82)Hym.SphecidaeV2.pdf (faunedefrance.org)

2020