Scandinavie 2021 : Kautokeino, bords de la Tana, 04 août

Ca y est, nous sommes arrivés en Norvège. On a stoppé hier soit très près de la frontière.

Il y a beaucoup de vent ce matin, mais le temps est ensoleillé. Au moins ça calme les moustiques ! Autant en Suède, nous étions tranquille (en tout cas dans les zones que l’on a fréquenté, je ne pense pas que c’était le cas partout), mais là, impossible de manger dehors la veille. Comme il va pleuvoir au moins jusqu’au lendemain au Varanger, on prends notre temps en faisant un petit tour dans la zone.


Localisation de la zone près de Kautokeino.

Les Bergeronnettes printanières (Motacilla flava) sont omniprésentes ! Beaucoup de groupes passent en vol. C’est le grand rassemblement avant la migration. C’est que celles qui ont niché ici ont beaucoup de route à faire. Voici une petite jeune.

Quelques Pouillots fitis (Phylloscopus trochilus), plus solitaires, vadrouillent d’arbre en arbre.

Voici une grosse Guêpe, la Guêpe norvégienne (Dolichovespula norwegica) qui se reconnait aux taches rousses sur les premiers segments abdominaux. Ces taches peuvent toutefois manquer. Une autre espèce en possède, la Guêpe rousse (Vespula rufa), mais chez elle le roux prend bien plus de place sur les tergites, et elle a ce qu’on appelle l’espace malaire plus réduit. Il s’agit de l’espace entre le bas de l’œil et la mandibule. Facilement visible sur une photo de profil. Chez nous, la guêpe norvégienne est plutôt montagnarde, mais ici elle est assez commue.

*Oiseaux observés dans cette zone*
– Bergeronnette printanière (Motacilla flava) : plusieurs groupes
– Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) : 1 au sol la veille au soir
– Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica) : 2 farfouillant au sol la veille au soir
– Grive litorne (Turdus pilaris) : 1 qui s’envole lors de notre passage
– Pipit indéterminé (Anthus sp) : plusieurs en vol, probablement des farlouse
– Pouillot fitis (Phylloscopus trochilus) : 2 dans les arbres
– Sizerin flammé (Acanthis flammea) : en vol

Nous reprenons la route. Seconde étape de la journée, les bords de la rivière Tana.

On trouve un arrêt à l’heure du repas, juste au bord de la route, près de la rivière. Nous avons table, poubelle et un sentier pour descendre sur les berges caillouteuses. Parfait ! On fait un premier repérage. Quelques bergeronnettes printanières sont en berge et des hirondelles de rivage volent au-dessus de la rivière. Un jeune garrot à œil d’or pêche près des berges plus loin.


Localisation de la rivière Tana.

On remonte pour le repas. Pendant qu’on mange, une Bergeronnette grise (Motacilla alba) chasse les insectes volants autour de la voiture ! Il faut dire que les Bibio pomonae sont partout. Vraiment partout ! Ca vole dans tous les sens, et puis ce sont de gros diptères. En volant, ils laissent pendre leurs pattes arrières dans le vide. J’en profite pour faire quelques images de la bergère.

Un Pouillot fitis (Phylloscopus trochilus) fait un bref passage dans les arbres. il me semble qu’il avait perdu les plumes de sa queue. Il semblait tout de même assez agile.

Nous redescendons au bord de la rivière. Je tente quelques images des Hirondelles de rivage (Riparia riparia), entreprise assez difficile. Elles sont très rapides, changent de direction de manière très brusque, et la lumière manque un peu. Je n’ai sorti qu’une image.

Pendant le repas, nous entendions le doux chant des Plongeons catmarin (Gavia stellata). On les observait plonger depuis la table. En redescendant, l’un d’eux a suivi le cours de la rivière et est passé à notre niveau (en gardant ses distances tout de même).

Décidément, beaucoup d’oiseaux viennent se nourrir dans le coin. Quelques Sternes arctiques (Sterna paradisaea) nous font de jolis passages.

D’un coup, un oiseau gris brun fonce à toute allure vers l’autre rive. Vu l’accueil que lui ont fait les sternes arctiques et les goélands cendrés, la taille et le vol, je pense que c’était un faucon. Le calme finit par revenir. Les goélands cendrés passent en vol près de nous, en regardant ce que l’on fait. Mais non, nous ne sommes pas des pêcheurs, donc pas intéressants ! Deux chevaliers guignettes se poursuivent au-dessus de la rivière. Des groupes de sizerins passent en vol.

J’en profite pour faire un peu de macro. Bien que les 3/4 des bestioles et plantes photographiées ne soient pas encore identifiées, il y en a quelques unes que je connaissais déjà.

Les Bibio pomonae, omniprésents (et ça sera le cas partout ou presque au Varanger). A gauche une femelle, avec des yeux assez petits et une tête allongée. A droite un mâle, avec ses yeux énormes !

Une autre Guêpe norvégienne (Dolichovespula norwegica), très poilue.

Puis des Parnassies des marais (Parnassia palustris).

Une photo du coin.

Nous remontons et nous préparons à avancer, la pluie au Varanger s’étant décalée et transformée en quelques averses. Un dernier regard sur le bouleau, et j’aperçois une forme suspecte. J’attrape l’appareil. Je n’ai eu le temps de faire qu’une photo de ce Jaseur boréal (Bombycilla garrulus).

*Oiseaux observés dans cette zone*
– Garrot à œil d’or (Bucephala clangula) : 1
– Plongeon catmarin (Gavia stellata) : 2
– Chevalier guignette (Actitis hypoleucos) : 2
– Goéland cendré (Larus canus) : +/- 5
– Sterne arctique (Sterna paradisaea) : +/- 5
– Bergeronnette grise (Motacilla alba) : +/- 3
– Bergeronnette printanière (Motacilla flava) : +/- 10
– Corneille mantelée (Corvus cornix) : 4
– Hirondelle de rivage (Riparia riparia) : +/- 20
– Jaseur boréal (Bombycilla garrulus) : 1
– Pouillot fitis (Phylloscopus trochilus) : 1
– Sizerin flammé (Acanthis flammea) : +/- 15

Nous arrivons à Varangerbotn en fin d’après midi. Les températures ne sont pas les mêmes ! 8 degrés et vent du nord, ressenti 3 ou 4 degrés. Il faut rajouter des couches ! Nous allons voir aux observatoires à côté du musée. Pas d’images mais pas mal d’observations : 1 Grue cendrée (Grus grus), 3 Chevaliers arlequins (Tringa erythropus), 1 Chevalier gambette (Tringa totanus), une 10aine de Combattants variés (Philomachus pugnax), 3 Huitriers pie (Haematopus ostralegus), 4 Bécasseaux variables (Calidris alpina), 2 Pies bavardes (Pica pica), 1 Grand corbeau (Corvus corax), 2 Corneilles mantelées (Corvus cornix), 2 Bergeronnettes printanières (Motacilla flava), 1 Pouillot fitis (Phylloscopus trochilus), 7 Sizerins flammés (Acanthis flammea), 1 Chevalier sylvain (Tringa glareola), 3 Goélands cendrés (Larus canus), 1 Goéland marin (Larus marinus) et beaucoup de Goélands argentés (Larus argentatus). Énormément de limicoles tout au fond, mais bien trop loin pour les identifier.

Direction ensuite l’aire de Gornitak pour la nuit. Nous observons encore pas mal d’oiseaux, dont (de nouveau pour aujourd’hui) une 10aine de Harles bièvres (Mergus merganser).

19 commentaires sur “Scandinavie 2021 : Kautokeino, bords de la Tana, 04 août”

  1. Je suis très admiratif de ce que vous faites, voyages, photos et reportage ! Je pourrais envisager l’an prochain de faire le nord de la Norvège, et de me mettre dans vos pas ! J’aimerais en savoir davantage sur votre organisation, le mode de déplacement et d’hébergement, le coût global… Auriez-vous le temps de me renseigner ?

    Dans l’emplacement « site web » on me demande une URL, je ne sais que faire. Voici mon site web : http://www.yvan-lebreton.com

Laisser un commentaire