Aller au contenu

Glossaire

Espèce recherchant les environnements, sols ou substrats acides
Fruit sec d'une plante dont le fruit ne s'ouvre pas à maturité (indéhiscent), dont la paroi (péricarpe) n'est pas soudé à la graine qui est unique
Se dit d'organes insérés isolément sur un axe, à des niveaux différents
Partie terminale de l'étamine qui renferme le pollen.
Extrémité, pointe, sommet
Appareil reproducteur, en forme de disque ou de coupe largement ouverte, de certains champignons ascomycètes, notamment des lichens.
Lichenologie : petits compartiments séparés par des fissures
Se dit d'un organe présentant latéralement à sa base des éléments en forme de petites oreilles
Qui est placé à l'aisselle d'une feuille
Plumeux, avec des rameaux de chaque côté du tronc
Qualifie une feuille dont le pétiole se divise en trois, chacune de ces parties portant trois folioles
Qui a de très courtes ailes
Pièce florale en forme de feuille généralement réduite se trouvant à la base d'une inflorescence, du pédoncule d'une inflorescence ou du pédicelle d'une fleur faisant partie d'une inflorescence
Petite bractée située sur le pédoncule floral (et non à sa base)
Qui évite le calcaire, les terrains calcaires
Ensemble des sépales d'une fleur
Inflorescence formée de fleurs sessiles (=sans pédoncule) serrées les unes contre les autres et regroupées sur un réceptacle, simulant parfois une fleur unique
Partie femelle d'une fleur comprenant un style, un stigmate et un ovaire. Il forme, seul ou soudé à d’autres carpelles, le pistil chez les angiospermes. Lorsqu'il n'y a qu'un seul carpelle, carpelle et pistil désignent le même objet.
Relatif à la tige d'un végétal
Formant une touffe compacte à sa base (Botanique)
Partie postérieure de l'aile antérieure chez les Hémiptères (accolée au scutellum)
Dont la base forme deux arrondis, à l'image d'un cœur
Partie de la fleur formée par l'ensemble de ses pétales
Qui réalise sa croissance sur une écorce
Inflorescence à fleurs toutes disposées sur un même plan, les pédoncules portant les fleurs n'étant pas insérés au même endroit sur la tige, et donc ayant des longueurs différentes
Chez les oiseaux, arrête dorsale de la mandibule supérieure du bec
Botanique : Se dit de feuilles dont le limbe se prolonge le long de la tige Mycologie : Se dit des lamelles de champignons dont l’insertion se prolonge sur le pied
Se dit d'une espèce dont les fleurs unisexuées mâles (à étamines) et femelles (à pistil) sont portées par des pieds différents.
Parasite qui vit à l'intérieur du corps de son hôte
Organe mâle de la fleur, généralement constitué du filet et de de l'anthère. Chez les fleurs hermaphrodites, les étamines sont situées entre le pistil et les pétales.
Chacune des petites fleurs dont la réunion sur un réceptacle semble former une fleur unique
Qui a l'aspect d'une feuille Lichénologie : thalle formé de lames lobées ressemblant plus ou moins à des feuilles, facilement détachable du substrat auquel il est parfois fixé par des rhizines. Ces thalles possèdent un cortex inférieur et un cortex supérieur
Chacune des petites feuilles qui forment une feuille composée.
Botanique : fruit sec, déhiscent, formé par un carpelle isolé
Creusé de petites fossettes
Chez les grands oiseaux marins, partie de la mandibule inférieure comprise entre l'angle goniaque et l'extrémité du bec
Qui présente de nombreux plis contournés en parlant d'une surface généralement circulaire
Crampon formé par le cortex inférieur du thalle au contact du substrat
Organisme recherchant l'ensoleillement, ayant d'importants besoins en lumière pour se développer
Botanique : Se dit d'une fleur portant à la fois les organes mâles (étamines) et femelles (pistil)
Couche interne ou inférieure des lichens
Groupement de fleurs
Ensemble de bractées formant à la base de certaines inflorescences une sorte de collerette
Petite excroissance à la surface du thalle des lichens
Longueur de l'Aile Antérieure
Se dit d'une fleur dont le tube de la corolle est prolongé en un pétale unique
- Chez les Poaceae (graminées), Cyperaceae et Juncaceae, languette membraneuse située à la jonction de la gaine foliaire et du limbe des feuilles. - Chez les Asteraceae (composées), corolle en forme de languette (faisant penser à un pétale, mais c'est en réalité une fleur)
Qui a de grandes ailes
Qui ressemble à un chapelet ou à un collier
Plante dont les fleurs mâles et les fleurs femelles sont distinctes, mais portées sur le même pied
Chez les oiseaux, remplacement de l'intégralité du plumage, généralement après la saison de reproduction.
Chez les oiseaux, mue au cours de laquelle seulement une partie du plumage est remplacée. Elle n'affecte jamais les rémiges primaires et secondaires, ni les couvertures primaires. L'amplitude est variable pour les autres plumes.
Qui a l'aspect d'une fourmi
Sillons longitudinaux du mésonotum de certains hyménoptères Lien externe
Qui se nourrit d'un nombre limité d'aliments spécifiques
Apothécie circulaire déprimée ayant une protubérance en son centre, cette dernière délimitée par une zone circulaire
Botanique : Petite excroissance en forme d'oreille, en général à la base des feuilles
Enveloppe contenant des œufs
Inflorescence en grappe dont les axes secondaires, plus ou moins ramifiés, décroissent de la base vers le sommet
Qui possède un pétiole (= partie rétrécie d'une feuille reliant le limbe à la tige)
Espèce recherchant la lumière
Ensemble des éléments reproducteurs femelles d'une fleur, composé d'un ou plusieurs carpelles, pouvant être libres ou soudés.
Chez les Cladonia, partie dressée portant les fructifications. Ils sont en forme de corne, de trompette, simples ou ramifiés.
Qui butine plusieurs genres de plantes à fleur de manière non spécialisée
Minuscules pores présents sur la surface externe de certains lichens, favorisant l'absorption d'humidité
Fructification fongique arrondie ou en forme de bouteille, de nature asexuée
Espèce végétale qui résiste bien aux incendies ou même qui en tire profit
Organe de fixation des lichens foliacés, jouant le rôle de racines
Qui se nourrit de matière organique en décomposition
Qui se développe dans le bois en décomposition
Organisme se nourrissant de bois en décomposition
Dont la tige longue et grêle s'appuie sur des supports
Qui vit sur les rochers, dans les terrains pierreux
Chacun des éléments foliacés, généralement verts, dont la réunion compose le calice et supporte la corolle de la fleur
Brosse de récolte du pollen des hyménoptères apoïdes butineurs, généralement située sur les tibias et tarses postérieurs, sauf chez les Megachilidae où elle est située sous l'abdomen
Forme de coupe ou de trompette du sommet des podétions de certains lichens du genre Cladonia
Qui est en forme de dents de scie
Botanique : Directement rattaché à l'axe (sans pétiole pour les feuilles, sans pédicelle pour les fleurs)
Petite silique (fruit déhiscent séché) dont la longueur ne dépasse pas trois fois sa largeur
Fruit sec, déhiscent, souvent allongé, dont la cavité portant les graines se divise en deux par une fausse cloison. Caractéristique des plantes crucifères (Brassicaceae), présent aussi chez quelques autres familles (Papaveraceae, Fumariaceae...)
Organe à l’aspect farineux ou granuleux présent à la surface du thalle de certains lichens. Une soralie est un ensemble de sorédies
Petite granulation présente à la surface du thalle permettant la reproduction végétative des lichens
Entomologie : Orifice des trachées, organes respiratoires Botanique : Extrémité du carpelle destinée à la réception du pollen
Botanique : Partie allongée du carpelle reliant l'ovaire et le stigmate
Partie végétative du lichen constituée des divers partenaires de la symbiose. Le partenaire fongique représente plus de 90% de la biomasse lichénique
Qui a besoin d'une température élevée pour vivre
Se dit d'une fleur composée d'un tube cylindrique se terminant par 5 lobes
Qui se produit au printemps
Se dit d'organes insérés en cercles et à un même niveau
Qui s'enroule en spirale en grimpant autour d'un support
Qui vit dans des lieux secs
Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique. Les ZNIEFF sont justifiées par la présence d'espèces dites « déterminantes », c'est-à-dire des espèces suffisamment intéressantes pour montrer que le milieu naturel qui les héberge présente une valeur patrimoniale plus élevée que les autres milieux naturels environnants.