Cols de Pailhères et du Pradel 12-13 juin 2021

Un week-end au frais, à la montagne ! Petit compte-rendu de ce que nous avons vu.

Col de Pailhères

Le vendredi soir il y a quelques passages de nuages bas au col, ce qui donne une très belle ambiance. Les prairies sont fleuries et nous entendons plusieurs oiseaux chanter, accenteurs mouchets, linottes mélodieuses, coucou gris et pipits spioncelles. Nous voyons même Mr Monticole de roche de très près, à une 10aine de mètres, pendant deux à trois secondes.

Quelques Pipits spioncelles (Anthus spinoletta) le long d’une route secondaire.

Le lendemain, nous prenons un sentier derrière le col. Au début nous longeons des pentes remplies de genêts en fleur ! Deux Pies-grièches écorcheurs passent en vol. Et nous photographions cette femelle Tarier pâtre (Saxicola rubicola).

Un peu plus loin, les genêts laissent un peu de place aux prairies et aux pins à crochets épars.

Nous y croisons deux Chevreuils et ce Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) qui passe en vol. Quelques Pipits des arbres chantent aussi.

Plus loin, les pins se font de plus en plus nombreux.

Un Accenteur mouchet (Prunella modularis) pris entre les branches.

Arrivés à la fin de notre boucle, les pins redeviennent rares et laissent place aux prairies, avec une vue sur le pic du Tarbésou.

Là, nous photographions deux Pipits des arbres (Anthus trivialis).

Ainsi que deux Becs-croisés des sapins (Loxia curvirostra) qui ne se laisseront pas approcher. Ici le mâle.

Nous nous dirigeons vers les zones rocheuses un peu plus loin.

Là nous croisons un Merle à plastron (Turdus torquatus).

Monsieur Monticole de roche (Monticola saxatilis) qui chante, mais dans une lumière vraiment horrible…

Quelques Traquets motteux (Oenanthe oenanthe) très distants.

Nous descendons ensuite en bas du col, près d’une grande mare envahie de végétation. Le panorama est très beau !

Là, je photographie un Agrion à fer de lance (Coenagrion hastulatum).

Beaucoup de Lézards des murailles (Podarcis muralis) se chauffent au soleil sur les pierres. Nous voyons aussi une Vipère aspic toute noire, mais je n’ai pas eu le temps de la photographier correctement !

Beaucoup de hêtres mais aussi quelques pins dans le secteur. En voici un tout jeune !

Col de Joux

Rapide passage à ce col que je ne connaissais pas. Nous laissons la voiture au niveau de la barrière sur la piste forestière et terminons à pied. Le chemin grimpe assez fort dans les bois. Avant l’ascension, je photographie un Grand collier argenté (Boloria euphrosyne), facilement reconnaissable avec le dessous des ailes (le point noir sous l’aile postérieure et l’unique tache nacrée dans la bande jaune discale sont caractéristiques).

Dans le bois, cette Géomètre à barreaux (Chiasmia clathrata) sur une crotte (bouse de vache il me semble). C’est la première fois que je vois ce papillon sur des déjections !

Je photographie aussi un Ichneumonidae en train de pondre dans un tronc de conifère, ou plutôt dans les larves qui se trouvent dans ce tronc je suppose ! Mais je ne l’ai pas encore identifié.
Arrivés en haut, la vue est très belle. Nous entendons beaucoup de Bouvreuils pivoines, Accenteurs mouchets, Fauvettes à tête noire, Rougegorge familier. Nous voyons même quelques Tarins des aulnes (Spinus spinus).

En redescendant, un Pic noir s’envole vraiment très près de nous. Il part en trombes dans la forêt, lance un puissant « Kiouuuu » puis disparait. Il devait être perché très haut, caché par les branches. Je pense que s’il n’avait pas bougé, nous ne l’aurions même pas vu.

Col du Pradel

Dernière destination du week-end, le col du Pradel. Nous espérions revoir les Pies-grièches écorcheurs de la dernière fois. Elles étaient bien là, mais très distantes. Nous prenons le chemin qui monte en premier et observons des Linottes mélodieuses (Linaria cannabina). Elles se déplacent en couple. La femelle récupère des matériaux pour le nid sous la surveillance du mâle.

Un passage qui n’a pas plu à tout le monde, celui de l’Épervier d’Europe (Accipiter nisus).

Accenteur mouchet (Prunella modularis) dans les genêts.

Nous apercevrons aussi un Tarier des prés, une famille de Tariers pâtres, une Fauvette des jardins qui chante à tue-tête, quelques fauvettes grisettes, des Craves et un coucou gris.

Pour terminer, dans la piste forestière de l’autre côté, ces quelques clichés de Roitelet huppé (Regulus regulus).

Nos verrons un autre Chevreuil, deux écureuils roux, des mésanges noires et huppées, un grimpereau à priori des bois, des pinsons des arbres, des bouvreuils (entendus), des pigeons ramiers. Puis un gros rapace s’est envolé près de nous alors que nous marchions sur le sentier. Tout s’est passé très vite, impossible de déterminer l’oiseau. Plus loin sur le chemin, nous voyons un amas de plumes de pigeon ramier. Peut-être que ce gros rapace était un Autour des palombes. Il y en a dans le secteur mais ils sont d’une discrétion extrême.

17 commentaires sur “Cols de Pailhères et du Pradel 12-13 juin 2021”

  1. Encore merci pour ce beau partage: Très jolies photos notamment d’espèces que, dans le Nord, nous ne voyons que de passage en hivers. En particulier les Pipits spioncelles et les Becs-croisés, Merles à plastron .
    Les macros de l’agrion a fer de lance sont aussi très belles, sans oublier les magnifiques paysages ´
    C’est toujours un régal de découvrir vos beaux reportages

    1. Merci beaucoup c’est très gentil !
      C’est vrai qu’en montagne on a pas mal d’espèces différentes, on se régale à chaque fois.
      Il y en a une que je n’ai toujours pas photographié correctement, la grive litorne ! Moins fréquente dans le sud même si on en a quelques unes en hiver, vous devez en voir plus souvent que moi !

  2. Très beaux paysages et très belles photos d’oiseaux, les trois photos que j’apprecie particulièrement, c’est le Pipit spioncelle, le Monticole de roche, et le Geomètre à barreaux que je n’ai pas encore eu l’occasion de voir !
    Bravo, c’est magnifique !

    1. Merciii beaucoup Bernard !
      J’ai hésité à garder la photo de monticole tant la lumière était dure. On l’a vu de tellement près le vendredi soir, par temps couvert sur fond de montagne, mais on mangeait avec aucun appareil de prêt… Bon je pense que nous n’aurions pas eu le temps de le photographier de toute manière, il a été surpris de nous voir lorsqu’il s’est perché !

Laisser un commentaire