Domaine des oiseaux 09-10 janvier 2021

La neige est bien tombée ce week-end, surtout dans la nuit de samedi à dimanche, c’était l’occasion de faire quelques images sous les flocons, ce qui n’est pas si courant que ça ces derniers temps. Les lacs sont en grande partie gelés, les canards et oies concentrés dans les zones d’eau libre.

Les Oies cendrées (Anser anser) arrivent en masse, certaines se posent sur la glace. Dans le groupe il y a deux bernaches nonettes et une oie à tête barrée.

Certaines arrivent à pied.

Voici la petite Oie à tête barrée (Anser indicus), très probablement échappée de chez un collectionneur. A l’origine, c’est une espèce d’Asie centrale, de Chine, de Mongolie, qui migre vers le nord de l’Inde et alentours en hiver. Elle a été introduite en Europe pour l’ornementation. Un passage d’oie sauvage qui s’est éloignée de ses contrées d’origine n’est pas impossible, mais difficile à déterminer dans ce cas précis et bien moins probable qu’un individu échappé de captivité. En tout cas, elle est très jolie !

Deux espèces de canards sont en groupe dans les flaques et mettent l’ambiance avec leurs sifflements de parade. Les mâles ont un très beau plumage.

Les Canards colverts (Anas platyrhynchos).

Et les Sarcelles d’hiver (Anas crecca). Notre plus petit canard de surface.

Celle-ci porte une bague au bec. Grace aux numéros, l’observation a pu être transmise, et nous apprenons qu’elle a été baguée en novembre 2020 dans le département des Pyrénées-Orientales.

Quelques Grandes aigrettes (Ardea alba) isolées sont restées aux abords des lacs, tandis que beaucoup de leurs congénères se sont sans doute déplacées vers des prés ou des eaux pus dégagées.

Sur un autre lac, des Gallinules poules d’eau (Gallinula chloropus) passent d’une zone non gelée à une autre en marchant sur la glace. Glissade garantie même avec ces longs doigts. Celle-ci rejoindra très rapidement la terre ferme, bien plus praticable !

Ce Ragondin (Myocastor coypus) semblait un peu surpris, ce n’est pas souvent qu’il voit son lac gelé ! Arrachés à leur contrée natale d’Amérique latine pour servir l’industrie de la fourrure, ceux qui ont pu sauver leur peau et s’installer à l’état sauvage chez nous se sont bien adaptés aux conditions hivernales du coin.

Les passereaux doivent aussi s’adapter. Les Rougegorges familiers (Erithacus rubecula) arpentent les pelouses et les chemins en quête de petits invertébrés. En sous-bois, la neige n’a pas trop recouvert le sol, c’est un peu plus simple pour eux.

Ce Roitelet triple-bandeau (Regulus ignicapilla) s’affaire dans les buissons de ronces et d’ajoncs.

Heureusement , il y a la mangeoire pour donner un coup de pouce ! Les Sittelles torchepot (Sitta europaea) cachent sans relâche des graines de tournesol dans les anfractuosités des troncs d’arbres, s’autorisant tout de même de temps à autre un en-cas bien mérité.

Les Verdiers d’Europe (Chloris chloris) sont très méfiants comme à leur habitude. Mais dès que l’un d’eux franchit le pas et va dans la mangeoire, tout le groupe suit !

D’autres, comme l’Accenteur mouchet (Prunella modularis), préfèrent chercher leur nourriture au sol. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle aussi le « traîne-buisson » ! Au pied des mangeoires, il trouve des restes intéressants.

Les Pinsons des arbres (Fringilla coelebs) aiment aussi beaucoup chercher leur pitance au niveau du sol. Mais certains se risquent prudemment à la mangeoire, tandis que d’autres goutent aux strobiles d’aulnes.

Plusieurs fois, des Pics épeiche (Dendrocopos major) se sont perchés sur les troncs d’arbre alentour. Ici, le mâle, avec sa nuque rouge. Chez la femelle, la nuque est noire.

Une espèce était bien plus présente que d’habitude. Le Merle noir (Turdus merula). Il n’y en avait pas non plus des dizaines, mais en principe on en aperçoit un ou deux de loin, assez peu fréquemment au pied de la mangeoire. Là, ils étaient 4 à picorer au pied et à retourner les feuilles alentours. J’en ai profité, c’est une espèce que j’adore et je n’ai pas si souvent que ça l’occasion de les photographier.

19 commentaires

    1. Merci Jean-François ! Ca faisait un moment que les sorties étaient trop pauvres en images pour en faire un résumé. Et puis ces vacances d’hiver ne se sont pas déroulées comme prévu. Vivement que ça s’arrange !
      Bises !

      J'aime

  1. Mes meilleurs vœux et merci pour cette belle promenade, qui « nous manquait » en effet !
    J’aimerais avoir votre talent photographique pour immortaliser mes sorties ornitho-entomo-mammalogiques comme vous le faites, en particulier dans la Réserve du Gros Banc de Merville-Franceville (14), notre « domaine des oiseaux » normand ! Nous avons parfois la chance d’y observer des phoques (veaux-marins & gris), et toujours de nombreuses espèces d’oiseaux. Bravo pour votre travail qui outre ses qualités esthétiques évidentes permet aussi de faire progresser les naturalistes amateurs dont je fais partie.
    Et vivement le printemps pour les insectes !
    Amitiés naturalistes,
    Vincent

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ce commentaire ! C’est une chance d’avoir les phoques près de chez vous ! Vous devez aussi avoir pas mal de limicoles. Je ne dirais pas que c’est du talent, mais plutôt de la pratique, on apprends au fur et à mesure. Et il y a aussi une part de chance, même s’il faut un peu la provoquer. Mais ça vous le savez déjà !
      Vivement le printemps en effet, en espérant qu’il ne soit pas similaire au dernier. En attendant, depuis que je photographie les très petits insectes et les collemboles, je ne m’ennuie jamais (mais je croule sous les identifications 🙂 ). Mais au bout d’un moment les « gros » me manquent aussi.
      Amitiés,
      Jessica

      J'aime

      1. En dehors de très images si agréables à suivre, ce sont tes identifications qui me laissent pantois ! Bravo et bonne continuation…

        J'aime

  2. Magnifique, je vois qu’au DDO il ne fait pas chaud, le bout des doigts doivent être gelés, pas facile de faire de belles photos comme celles-ci dans de telles conditions, bravo Jessica !

    Aimé par 1 personne

  3. Mes encouragements pour continuer en 2021, belles observations naturalistes, photos toujours magnifiques, une source d’inspiration que je ne suis pas encore près d’égaler. J’avoue vous envier un peu, il y a une belle diversité d’espèces sur vos étangs ; les petits près de chez moi son bien plus pauvre, je dois étendre mon rayon d’investigation… Au plaisir et merci.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup ! Je dois avouer que c’est une chance d’habiter près du domaine. L’Ariège est bien placée aussi, près des Pyrénées et aussi de la méditerranée. Il faut reconnaitre que ça aide pour faire des images. Mais la nature est belle partout là où elle est préservée !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s