Delta de l’Ebre et réserve de Sebes 07 mai 2018

La journée débute à Punta de la Banya dans un épais brouillard qui tardera à se lever. Il y a de magnifiques pluviers argentés sur la plage. Ils sont impossibles à approcher, voici quand même une image de loin, le plumage nuptial est vraiment superbe.

On fait un petit tour sur le bord de mer, en longeant la réserve.

Quelques sternes caugek de passage.

Un jeune goéland d’Audouin est venu tourner autour de nous, il semblait très curieux !
Quelques bécasseaux sanderlings sont sur la plage, mais le matin la lumière n’est pas très bonne. Ou alors très tôt pour faire de jolis contrejours, mais il y avait bien trop de brume. L’ambiance est là tout de même.

Quelques flamants roses en vadrouille, il y en a pas mal ici et là dans les lagunes.
De retour au parking, un gravelot à collier interrompu, plus lointain que ceux d’il y a deux jours.

Sur une petite dune, quelques psammodromes algires se chauffent au soleil.

Ils ne sont jamais loin des pieds de salicorne où ils se réfugient au moindre mouvement suspect.

Nous prenons la route pour changer de coin.

On croise très rapidement une femelle rougequeue à front blanc.

Dans les rizières, les sternes hansel sont nombreuses, mais rarement à portée d’objectif à un endroit où l’on peut s’arrêter.

Non loin, un petit groupe d’ibis falcinelle. Eux aussi se nourrissent dans les rizières, et préfèrent garder leurs distances.
Nous partons donc en direction de Cardó, itinéraire 6 de ce super PDF qui nous avait déjà servi l’année dernière : https://issuu.com/terresdelebretravel/docs/observationoiseauxterresdelebre

Le paysage est totalement différent, ici, c’est la montagne. La météo n’est pas fameuse, le ciel est très couvert, mais l’endroit est très joli.
Ici l’ancienne station thermale de Cardó.
Niveau oiseaux, nous entendons énormément de serins cini et observons également des monticoles bleus.

Deux vautours fauves sont posés sur les crêtes.

La pluie finit par s’inviter à la promenade. La météo est vraiment très mitigée dans l’ensemble depuis le début du séjour.
On se dirige ensuite vers la réserve de Sebes à Flix.

Cette réserve est située sur les bords de l’Ebre, et est constituée de pas mal de biotopes différents : roselières, ripisylves, garrigues et oliveraies. Elle compte trois observatoires, dont un particulièrement intéressant. Il y a aussi un centre de réintroduction de cigognes blanches.

Sur le sentier avant d’arriver, nous croisons quelques guêpiers d’Europe.

On pars ensuite à l’observatoire. Le sentier fait de planches de bois amène en fait à deux affûts. Les deux sont potentiellement intéressants, le premier juste un peu en plongée pour les photo, mais la zone qu’il surplombe est sympa. Nous ne nous attardons pas trop, car c’est dans le deuxième que nous avons vu les blongios nains l’année dernière. Et il ne nous faut pas attendre longtemps pour croiser notre premier individu ! C’est une femelle.

Puis, quelques temps après, un mâle surgit de la roselière assez proche de l’affût.

Il tend le cou et analyse la situation.

Il finit par s’envoler, mais pour se poser sur quelques tiges au bord de l’eau. Mais elles fléchissent sous son poids, pourtant très faible !

Ça ne lui a pas plu de se mouiller les pattes, du coup il s’envole sur l’autre berge.
La zone abrite aussi deux familles de grèbes castagneux.

Les adultes pêchent surtout des écrevisses et se dépêchent de les amener aux jeunes.

Elles ne sont pas toujours facile à avaler !
D’ailleurs nous avons assisté à une scène assez drôle. Un jeune essayait d’avaler son écrevisse et a attiré l’attention d’une poule d’eau. Elle a suivi le jeune et avançait de plus en plus vite, visiblement intéressée par la proie. L’adulte qui accompagnait le petit a plongé, et la poule d’eau a fait un énorme bond ! Il a du lui piquer les pattes ou les fesses pour la faire fuir. Elle est retournée vaquer à ses occupations tranquillement ensuite.
Entre deux passages éclair de blongios, ils sont assez nombreux sur site ça fait plaisir, nous observons des rousserolles turdoïdes. On les entends bien aussi !

L’une d’entre elle vient à plusieurs reprises se servir de matériaux pour la construction du nid.

Puis un autre blongios apparait.

Cette fois, il s’envole d’une traite sur l’autre rive.

Nous retournons dans l’affût précédent. Là, une bouscarle de cetti se perche un moment à découvert.
Une mésange charbonnière vient chercher des bestioles sur le perchoir de devant.

Elle a des toiles d’araignées plein le bec.

Elle s’en va ensuite dans les roseaux.

Nous assistons ensuite à une autre scène sympa. Un mâle rousserolle turdoïde chante. Une deuxième rousserolle s’approche, puis bat des ailes à la manière d’un jeune. le mâle grimpe sur le dos de ce qui est vraisemblablement une femelle, mais cela à duré si peu de temps que je ne pense pas qu’il y ait eu accouplement. Elles se sont expliquées sur une tige de roseaux, puis le mâle est reparti chanter et la femelle a récupéré des matériaux. Il y a très peu de lumière c’est dommage.

Nous retournons à la voiture sous le chant des guêpiers.

5 commentaires sur “Delta de l’Ebre et réserve de Sebes 07 mai 2018”

Laisser un commentaire