Aller au contenu

Chevelure dorée (Acronicta auricoma)

Publié le 27 novembre 2022

Dernière mise à jour il y a 2 mois

Denis & Schiffermüller, 1775

La chevelure dorée tient son nom des longues soies oranges que possèdent la grande majorité des chenilles de cette espèce

Ordre  : Lepidoptera
Sous-ordre  : Glossata

Infra-ordre  : Heteroneura
Super famille  : Noctuoidea
Famille  : Noctuidae
Sous-famille  : Acronictinae
Tribu  :
Genre  Acronicta
Espèce  Acronicta auricoma 

Difficulté de détermination

Statut de conservation

Non évalué

Identification

La Chevelure dorée (Acronicta auricoma) a les ailes antérieures de couleur gris brunâtre, traversées par plusieurs lignes et bandes plus claires et plus sombres. La ligne postmédiane est la plus nettement visible, très dentée et sombre. Près de la base et du tornus se trouve une ligne noire longitudinale assez épaisse. La tache orbiculaire est grande et à contours noirs, souvent avec un point plus sombre dedans. La réniforme est plus discrète. La frange est grise entrecoupée de noir. Les ailes postérieures sont brunes à marge et nervures un peu plus sombres. Le dessous des 4 ailes est gris brunâtre discrètement piqueté de brun plus sombre.
Les deux sexes ont les antennes filiformes et ne se distinguent que par la forme de l’abdomen, plus gonflé chez la femelle que chez le mâle.

Autres noms

Viminia auricoma

Étymologie

• Le nom de genre « Acronicta » viendrait du grec « akronux » qui signifie crépuscule. « Akronus » vient lui-même de « acros » qui signifie « élevé, extrême, le plus haut » et « nux » qui signifie « nuit ». Le genre n’est pourtant pas crépusculaire, l’origine du choix de ce nom reste un mystère.
• « Auricoma » vient du latin « aurum » qui signifie « or » et « coma » qui signifie « chevelure », en référence aux longues soies orangées du corps de la chenille (soies qui peuvent, selon les individus, être plutôt noires ou blanchâtres)
• Le nom français de « chevelure dorée » vient lui aussi des longues soies orangées de la chenille.

Taille

33 à 42 mm d’envergure, jusqu’à 40mm de long pour la chenille

Habitat

Forêts mixtes claires ainsi que leurs lisières et leurs clairières, jusqu’à 2200m mais plus commune en dessous de 400m. Également dans des biotopes plus secs par endroits, notamment aux Pays-Bas (sols sablonneux et dunes côtières).

Répartition géographique

Comportement

Les adultes volent de nuit. La chenille est active de jour comme de nuit.

Période d’observation

Il y a deux générations à basse altitude et dans le sud de son aire (la seconde souvent partielle).

Hivernation

Chrysalide

Plantes hôtes

Polyphage

Betulaceae : Aulne glutineux (Alnus glutinosa), Bouleau peu élevé (Betula humilis), Bouleau pubescent (Betula pubescens), Noisetier (Corylus avellana)
Fagaceae : Hêtre commun (Fagus sylvatica), Chênes (Quercus sp.)
Salicaceae : Peupliers (Populus sp.), Saules (Salix sp.)
Adoxaceae : Viorne lantane (Viburnum lantana)
Asteraceae : Centaurée jacée (Centaurea jacea), Centaurée scabieuse (Centaurea scabiosa), Cirse des champs (Cirsium arvense), Séneçons (Senecio sp.)
Caprifoliaceae : Knauties (Knautia sp.)
Cistaceae : Ciste jaune (Cistus halimifolius), Ciste à feuilles de sauge (Cistus salviifolius)
Ericaceae : Callune (Calluna vulgaris), Airelle myrtille (Vaccinium myrtillus), Myrtille des marais (Vaccinium uliginosum)
Euphorbiaceae : Euphorbe petit-cyprès (Euphorbia cyparissias)
Fabaceae : Sainfoin cultivé (Onobrychis viciifolia), Origan commun (Origanum vulgare), Vesces (Vicia sp.)
Lamiaceae : Menthe à feuilles longues (Mentha longifolia), Sauge commune (Salvia pratensis), Thym faux pouliot (Thymus pulegioides)
Oletaceae : Troëne commun (Ligustrum vulgare)
Polygonaceae : Bistorte (Bistorta officinalis), Patiences (Rumex sp.)
Primulaceae : Lysimaque commune (Lysimachia vulgaris)
Urticaceae : Ortie dioïque (Urtica dioica)
Rosaceae : Reine-des-prés (Filipendula ulmaria), Prunellier (Prunus spinosa), Églantiers (Rosa sp.), Roncier (Rubus fructicosus), Framboisier (Rubus idaeus)

Cycle

Les œufs sont pondus en petits groupes sur les feuilles de la plante hôte. Une fois leur développement terminé, les chenilles tissent leur cocon dans des feuilles ou des brins d’herbes reliés entre eux par de la soie. Certains papillons éclosent en juillet-août, mais la plus grande partie ne sortira qu’au printemps suivant. Les cocons tombent souvent au sol avec leur support en automne.

Œufs

Ils sont ronds et assez plats, à structure côtelée. D’abord blancs, ils deviennent ensuite rouge rosé à taches blanches. La partie côtelée semble former un voile protecteur distinct de l’œuf lui-même.

Chenille

Au dernier stade, son corps est gris foncé, d’un noir velouté sur le dessus. Chaque segment possède plusieurs verrues portant de longues soies plus ou moins raides. La paire de verrues centrale est plus grosse que les autres et de couleur orange, parfois blanche. Les verrues adjacentes aux centrales sont souvent colorées elles aussi, mais elles sont beaucoup plus petites. La couleur des soies varie du noir au blanchâtre, il n’est pas rare que celles partant des verrues oranges soient de cette même couleur. La tête et la plaque pronotale sont noir brillant. Les stigmates sont blancs cerclés de noir.

Chrysalide

Elle est de couleur brun sombre, à crémaster garni de courtes soies raides

Parasitoïde

• Plusieurs espèces de Tachinidae
• Probablement plusieurs espèces d’Ichneumonidae et de Braconidae

Réseau trophique

La chenille sert de garde-manger aux larves de divers parasitoïdes, à d’autres arthropodes et aux oiseaux. Ses crottes participent à la minéralisation du sol, indispensable aux plantes pour qu’elles puissent absorber les éléments nutritifs grâce à leurs racines.
Le papillon peut lui aussi être la proie d’oiseaux et d’autres arthropodes comme les araignées.

Régime

La chenille se nourrit de feuilles, je n’ai rien trouvé en ce qui concerne l’alimentation du papillon (ni même s’il se nourrit)

Espèces semblables

Pour le papillon (à compléter) :
• La Noctuelle de l’érable (Acronicta aceris) est plus grande en moyenne avec des ailes antérieures un peu plus pointues. Les ailes postérieures sont blanches. La coloration générale des ailes antérieure peut aider mais ce n’est pas évident. Ces dernières sont en moyenne moins fortement contrastées, avec les lignes transversales moins sombres que chez certaines A. auricoma. La couleur de fond est d’un gris pur et non gris brunâtre. La ligne sombre à la base de l’aile antérieure est plus fine et non bordée d’écailles brunes comme c’est le cas chez beaucoup d’A. auricoma.
• La Noctuelle du Ményanthe (Acronicta menyanthidis) est souvent plus contrastée. Elle possède une orbiculaire plus petite généralement sans point sombre dedans (mais certaines A. auricoma n’en possèdent pas).
• La Noctuelle de l’Euphorbe (Acronicta euphorbiae) et Acronicta cinerea ne possèdent pas de trait noir près du tornus de l’aile antérieure (mais attention car ce trait noir n’est pas toujours bien visible chez A. auricoma). L’aile postérieure des mâles de A. euphorbiae et de A. cinerea est blanche.
• La Noctuelle de la patience (Acronicta rumicis) possède une bande en zigzag transversale blanche au bord interne de l’aile antérieure, au-dessus du tornus. Elle ne possède pas la ligne noire près du tornus de l’aile antérieure.

Pour la chenille de dernier stade :
• La Noctuelle du Ményanthe (Acronicta menyanthidis) a les verrues du dessus du corps concolores avec ce dernier et possède une bande rouge à jaune sur les flancs qui contraste bien (attention car certaines chenilles d’A. auricoma possèdent aussi une bande colorée sur les flancs).

Sources

• Guide des papillons nocturnes de France, Delachaux et Niestlé
• Guide des chenilles d’Europe, Delachaux et Niestlé
Le Monde des insectes
oreina.org
Plant Parasites of Europe
Lepiforum e.V.
Pyrgus.de
Wikipedia, the free encyclopedia
Ecology of Commanster
Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France – Jean-Baptiste Godart
De Vlinderstichting | Home
Le blog de jean-yves cordier
INPN
GBIF
lepinet.fr
Lepiforum e.V.
NIC.FUNET.FI

2021

Laisser un commentaire