Scandinavie 2021 : Dumme Mosse 17-18 août

Nous arrivons à la réserve de Dumme Mosse en fin de journée.

Nous voyons rapidement du monde sur la piste, avec jumelles et longues vues. La Chouette lapone (Strix nebulosa) est encore là ! Une dame nous laisse regarder dans sa longue vue car elle est perchée très loin. Elle est vraiment magnifique avec ses yeux jaunes. Elle regarde partout autour d’elle.


Localisation de Dumme Mosse

On patiente et on la regarde avec les jumelles. Elle s’envole plusieurs fois pour changer de perchoir. C’est vraiment un oiseau très grand ! Elle finit par se rapprocher assez près du chemin.

Après un moment à changer de perchoir et à regarder autour d’elle, en faisant quelques tentatives de chasse en tombant au sol, elle finit par disparaitre dans les bois. Bon ben, là, on en espérait pas tant ! C’était génial ! J’ai été impressionnée de voir à quel point elle n’était pas farouche. Après cette séance, on discute un peu avec les suédois, qui sont vraiment très sympa. Quand tout à coup, on entends des cris de l’autre côté du chemin, venant de la tourbière de derrière. A la lisière du bois, il y a une jeune chouette qui appelle l’adulte ! Elle est déjà grande et sait voler. On nous la montre à la longue vue car elle est loin. Et pendant ce temps là, on entends le cri des grues qui survolent la réserve et se posent dans les tourbières. Puis ensuite, c’est un élan qui sort de la forêt au loin. C’est vraiment génial ici !

Entre deux chouettes, j’ai aussi photographié une Mésange boréale (Poecile montanus) qui a trouvé un sacré butin : une chenille de sphinx du pin ! Elle est vite allée se cacher dans un bouleau en contrebas pour déguster sa proie. Puis, l’heure se faisant tardive, un jeune Pic épeiche (Dendrocopos major) rejoint son trou pour la nuit. Il a regardé à plusieurs reprises par la fenêtre, je pense qu’il se demandait ce que faisait tout ce monde devant chez lui !

On décide de dormir dans le coin et de refaire un tour le lendemain.

Au petit matin, on retourne sur le chemin au même endroit que la veille. J’en profite pour faire quelques photos du coin.

Vous reconnaitrez l’arbre mort du pic devant le premier observateur !

La piste forestière (interdite aux véhicules sauf ayant droit), et un chemin de balade bifurquant dans les bois.

On attends pendant deux bonnes heures, mais rien ne se passe. Au bout d’un moment, quelques personnes s’avancent et nous indiquent que la chouette a été observée un peu plus loin. Du coup, on les suit. Depuis le sentier, on observe plusieurs jeunes dans les arbres. Il y en a 3 en tout, plus l’adulte ! Elles sont assez pépères, il y en a même une qui dort dans un arbre.

Notez le mimétisme du plumage. Il est très facile de passer à côté sans les voir ! Surtout si elles ne vous regardent pas.

Un peu plus loin, c’est l’adulte que nous observons. Elle finit par s’envoler… Pour revenir un peu plus près avec un rongeur dans les serres ! Elle reste là un moment, puis repart avec sa proie.

Le soleil perce, ce qui ne nous aide pas vraiment pour la photo. On décide de partir faire 3 courses à Jonköping puis de casser la croûte, on reviendra faire un dernier tour cet après-midi avant de commencer notre redescente…

Pendant le repas, nous sommes en bonne compagnie ! Voici des Choucas des tours (Coloeus monedula).

De retour à la réserve, je fais un peu de macro atour du parking. La forêt s’y prête vraiment. Par contre, je dois encore tout identifier ! Collemboles, psoques, acariens, araignées… Il y en avait des choses !

Le seul que je connaissais est ce Bdellidae.

Dans la zone, il y a une famille de Rougegorge familier (Erithacus rubecula). Cela ne fait pas longtemps que les jeunes sont sortis du nid !

On décide ensuite de refaire un tour dans la réserve. Sur la tourbière depuis la grande piste, rien. On emprunte le sentier dans les bois, rien. Il n’y a presque plus personne non plus. Ce sentier fait une boucle, on peut au bout d’un moment rejoindre la piste principale et revenir au parking. Bof, j’avoue que je préfère les petits sentiers au cœur de la forêt. On décide donc de faire demi-tour. On avance en se disant qu’on a quand même été très chanceux de voir ces chouettes d’aussi près et pendant pas mal de temps. Et là… perchée juste au-dessus du chemin, sur les branches basses… Une jeune chouette ! Qui nous regarde ! Puis une autre, juste derrière elle ! On stoppe net pour faire des images et la regarder. Elle tourne la tête dans tous les sens, nous regarde, puis regarde derrière elle, vers le sol. Elle se fiche vraiment qu’on soit là ! Les jeunes s’étirent, appellent, se grattent… Elles changent de perchoir, tout en restant près du sentier. Un régal.

Au bout d’un moment, à force de changer de perchoir, les deux jeunes finissent par s’éloigner du chemin. Elles sont tout de même encore bien visibles. On les observe encore un peu. L’une d’elle fait une tentative de chasse en plongeant au sol ! Mais elle remonte sans rien. Il va falloir qu’elle s’entraine, leur émancipation a déjà commencé ! Mais il y a je pense pas mal de proies dans le secteur. On décide de partir. Quelle joie de les avoir vues ! C’est notre 6ème année de Scandinavie, c’est bien la première fois que l’on croise des chouettes lapones. Jean-Marc, on ne te remercieras jamais assez, car c’est grâce à toi que l’on a pu voir ces observations et se rendre sur place ! N’hésitez pas à aller voir sa page photo, Voyages naturalistes.

La forêt des chouettes.

Vidéo des jeunes chouettes.

Dernière image au parking, une Sittelle torchepot (Sitta europaea).

*Oiseaux observés*
Chouette lapone (Strix nebulosa) : 1 adulte et 3 jeunes
Épervier d’Europe (Accipiter nisus)
Grue cendrée (Grus grus) : entendues + 3 en vol
Pigeon ramier (Columba palumbus)
Pic épeiche (Dendrocopos major) : entendu
Pic noir (Dryocopus martius) : entendu
Coucou gris (Cuculus canorus) : dans les bois
Grimpereau des bois (Certhia familiaris) : entendu
Grive draine (Turdus viscivorus)
Merle noir (Turdus merula) : adultes et jeunes
Mésange boréale (Poecile montanus) : famille
Pie-grièche à tête rousse (Lanius senator) : sur une clôture
Rougegorge familier (Erithacus rubecula) : adultes et jeunes
Sittelle torchepot (Sitta europaea) : plusieurs en forêt

C’est la fin de ce voyage. Les courts arrêts suivants ne seront pas très productifs, ou alors avec beaucoup d’espèces à identifier. C’était une fois de plus un périple extraordinaire. Vivement le prochain !

28 commentaires sur “Scandinavie 2021 : Dumme Mosse 17-18 août”

Laisser un commentaire