Aulus-les-Bains 22 juin 2019

Très sympathique sortie herpétologie et entomologie à Aulus-les-Bains avec l’ANA (Associations des Naturalistes de l’Ariège).

Le temps que tout le monde arrive, je cherche déjà les bestioles sur la végétation d’un grillage. Et je fais ma première Heliophanus aeneus. La femelle possède deux gros points blancs espacés au bout de l’abdomen et les fémurs de ses pédipalpes sont noirs, le restant étant jaune clair comme chez la plupart des femelles de ce genre.

On commence la balade en longeant des prairies. Sur un tronc d’arbre, une grosse mouche, la Mésembrine du Midi (Mesembrina meridiana). Cette mouche est assez commune, ses larves se nourrissent d’excréments. On les observe souvent se chauffant au soleil ou sur les bouses.

Notre animateur a rapidement trouvé une Vipère aspic (Vipera aspis). Celle-ci est sur le point de muer, elle a l’œil vitreux.

Un syrphe que je ne vois pas très souvent : la Rhingie chammpêtre (Rhingia campestris). Sa face est très allongée. Les larves de cette espèce se nourrissent aussi d’excréments. Elle ne m’a pas laissé le temps de faire de meilleure photo.
Une petite punaise discrète, Plagiognathus arbustorum. On la reconnait facilement aux lignes longitudinales noires sur ses fémurs.

Autre mouche sympathique : Rhagio tringarius. Pour les critères d’identification, voir la fiche correspondante. Elle est commune dans les milieux humides. Sa larve se développe en terre, j’en avais une fois trouvé une en déterrant du plantain et l’avais gardée. Une femelle de cette espèce en est sortie ! (Voir ici).

Une punaise du genre Elasmostethus. Les deux espèces de ce genre ne sont différenciables qu’avec une vue du dessous de l’extrémité de l’abdomen, ce que je n’ai pas fait ici. Je rencontrerais deux individus aujourd’hui.

Une Tordeuse du fraisier (Celypha lacunana) certainement assez vieille vu son apparence.
Un autre grand classique, la belle Scathophage du fumier (Scathophaga stercoraria).
Puis rencontre avec un autre serpent : une Couleuvre à collier, appelée maintenant Couleuvre helvétique (Natrix helvetica). Celle-ci est assez particulière : elle est toute noire ! Ce qui est visiblement assez rare.
Elle fait la morte, c’est un de ses moyens de défense.

Après observation, elle est replacée exactement là où elle a été trouvée. Ce qui est le cas pour chaque serpent.
Non loin de là, une autre couleuvre helvétique ! Mais avec une robe plus classique cette fois. Elle n’adopte pas la même stratégie. Elle se gonfle pour paraître plus grosse.

Eh bien super rencontre avec ces couleuvres !
On continue la petite balade. Je remarque de drôles de rouleaux dans les arbres. Nous avons observés plusieurs « cigares » d’Apoderus coryli sur les chemins, mais ceux là sont différents. Ce sont des coléoptères du genre Deporaus qui les font pour y pondre leurs œufs.
Une Cantharide, Cantharis pellucida. c’est un insecte qui se nourrit d’autres insectes mais aussi de nectar.

Mon regard s’arrête ensuite sur un vrai bijou ! Byctiscus betulae. Lui aussi fait des rouleaux, mais il enroule les feuilles entières. C’est une femelle, le mâle possède une épine de chaque côté du pronotum.

Une superbe mouche que je voulais voir depuis un moment : Clitellaria ephippium, de la famille des Stratiomyidae. Celle-ci est très facilement reconnaissable avec cette tache orange (qui est souvent rouge).

Un gros syrphe se trouve non loin. Une femelle de Volucella inflata.

Voici un mâle de la même espèce, rencontré un peu plus loin.

Une jolie chenille de Boarmie crépusculaire (Ectropis crepuscularia). Je n’ai encore jamais vu le papillon.
On stoppe manger au bord de la rivière. C’est l’occasion de faire quelques paysages. Ceux sans ma signature sont faits par Christophe.

La forêt juste à côté est très belle.

Il y a des loutres ici, la preuve avec cette crotte pleine d’arêtes.

Une autre cantharide mais pas de la même espèce : la Cantharide noirâtre (Cantharis nigricans).

Une belle et grande perle se trouve sur la végétation. Elle appartient au genre Isoperla. Dans les Pyrénées, il y a plusieurs espèces endémiques. Je n’ai pas trouvé assez d’informations pour savoir si on peut aller plus loin sur photo.

Une mouche aux beaux yeux commune au bord des cours d’eaux en zone boisée : Dolichopus ungulatus. La présence de plus d’une soie sur les fémurs 2 et 3 élimine les espèces proches.
Un couple de Polydrusus prasinus.
Joli mâle Pegomya dont on ne pourra pas dire grand chose de plus que le genre malheureusement.

On refait le chemin en sens inverse.
Un Lézard vert (Lacerta bilineata) nous regarde passer.

Une Polistes dominula très occupée sur cette plante. Ici pour confirmer l’espèce, il faut voir la couleur des joues, jaunes, et le dessus des antennes bien orange après la moitié du 3ème article (noires avant).

Notre dernier reptile : une deuxième Vipère aspic. Celle-ci est bien colorée !

Dans la même prairie, quelques insectes tout aussi discrets. Un Crambus des jardins (Chrysoteuchia culmella). Il a ce qui semble être un acarien accroché sous lui.
Très belle tenthrède, Strongylogaster multifasciata. Pour une fois pas extrêmement difficile à identifier.

Un beau mâle Evarcha arcuata.

Plus loin, en longeant un ruisseau, je découvre d’autres insectes.

Un syrphe qui se reconnait à son apparence générale et à sa face proéminente : Cheilosia personata.

Un Oedémère que je n’avais encore jamais vu : Oedemera pthysica.

Autre saltique du genre Evarcha, mais pas la même espèce : Evarcha falcata. Nouvelle espèce pour moi ! Je croiserais deux mâles.

Celle-ci ne passe pas inaperçu dans le feuillage. C’est la Tordeuse de l’oeillet (Olethreutes arcuella).
Très petite chenille arpenteuse, une jeune Boarmie du tilleul (Paradarisa consonaria). Les chenilles plus matures n’ont plus la même coloration.
Caché dans les herbes, un mâle de Panorpe méridionale (Panorpa meridionalis).

Une punaise rouge et noire, la Punaise de l’Asclépiade (Tropidothorax leucopterus).

Encore un coléoptère métallique, Agapanthia intermedia.

Pour terminer une adèle, l’Adèle de la scabieuse (Nemophora metallica). Cette femelle pondait dans la fleur, une Knautie des champs je pense car c’est aussi la plante hôte de l’Agapanthia vu juste à côté.

6 commentaires

  1. Bonjour,
    merci pour ces belles photos et ces identifications ! J’aimerais savoir ce que vous utilisez justement pour l’identification, notamment pour les insectes et les araignées ? pouvez-vous nous donner des références ? Merci par avance pour votre réponse !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour, et tout d’abord merci beaucoup !

      Pour l’identification j’utilise plusieurs choses :

      – D’abord ce site, que j’utilise énormément. La galerie pour les premières recherches, puis le forum en consultant les sujets correspondants aux photos de l’insecte que je pense avoir identifié. C’est une vraie mine d’or, en consultant le forum je vais un peu à la pêche aux indices pour confirmer mon identification et éviter d’éventuels pièges : https://www.insecte.org/

      – Il y a sur le net pas mal de clés d’identifications disponibles, j’ai rassemblé celles que j’ai utilisé jusqu’ici sur cette page, que je met à jour au fur et à mesure des clés trouvées : https://tifaeris.wordpress.com/cles-didentification/

      Et puis j’utilise quelques livres. Pas les généralistes car même s’ils sont bien faits, ils ne sont pas complets. Par exemple un livre sur les coléoptères de France ne peut pas contenir toutes les espèces, donc il est très facile de se tromper et de passer à côté d’une espèce ressemblante.
      Il y a quand même quelques livres exhaustifs que j’utilise et qui sont vraiment très bien. Je les recommande très fortement pour l’identification des groupes concernés :
      – Pour les libellules : http://www.delachauxetniestle.com/ouvrage/guide-des-libellules-de-france-et-d-europe/9782603021538
      – Pour les papillons de jour : http://diatheo.weebly.com/papillons-de-france1.html
      – Pour les punaises Pentatomoidea : https://www.decitre.fr/livres/les-punaises-pentatomoidea-de-france-9782953666113.html
      – Pour les Orthoptères (avec en prime un CD des stridulations) : http://ascete.org/fr/cahier-didentification-des-orthopteres/
      Pour les groupes concernés, j’utilise uniquement ces livres là.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s