Aller au contenu

Vesce de Cracovie (Vicia cracca)

Publié le 16 octobre 2022

Dernière mise à jour il y a 4 mois

Linnaeus, 1753

Cette vesce s’enroule autour des autres plantes pour pouvoir pousser en hauteur et profiter au maximum de la lumière disponible

Famille : Fabaceae

Difficulté de détermination

Statut de conservation

Préoccupation mineure à l’échelle nationale ainsi que régionale.

Identification

La Vesce de Cracovie (Vicia cracca) est une plante légèrement pubescente, à tige grimpante et ramifiée.
L’inflorescence est disposée en grappe axillaire unilatérale de 10 à 40 fleurs bleu-violet s’ouvrant progressivement de bas en haut. Les fleurs sont hermaphrodites et le limbe de l’étendard est aussi long que l’onglet. Elles possèdent 10 étamines soudées entre elles, formant un tube autour du pistil, ce dernier surmonté d’un seul style et d’un seul stigmate.
Les feuilles possèdent 6 à 15 paires de folioles oblongues et sont munies de vrilles ramifiées.
Le fruit est une gousse oblongue et glabre, contenant 4 à 8 graines.

Autres noms

Jarosse, Vesce à épis, Vesce Jargeau, Vesce craque, Vesce cracca, Pois à crapauds.

Étymologie

• « Vicia » vient du latin « vincio » qui signifie « nouer, lier, attacher », en référence à la tige volubile de certaines espèces du genre.
• « Cracca » est le nom spécifique donné par Rivinus, repris par Linné. Son origine est incertaine.

Type végétatif

Vivace herbacée

Taille

20 à 120cm pour la plante, 8 à 12 mm pour les fleurs, 20 à 25mm pour les gousses.

Habitat

Friches, pelouses, prairies, lisières, de 0 à 2200m.

Répartition géographique

Originaire d’Europe, bien naturalisée en Amérique du nord.

Période d’observation

Êtres vivants associés

Acariens Eriophyidae : Aceria euaspis, Aculus retiolatus
Coléoptères Apionidae : Cyanapion gyllenhalii, Cyanapion platalea, Cyanapion spencii, Eutrichapion ervi, Eutrichapion facetum, Eutrichapion punctiger, Eutrichapion viciae, Eutrichapion vorax, Holotrichapion aethiops, Oxystoma cerdo, Oxystoma craccae, Oxystoma dimidiatum, Oxystoma ochropus, Oxystoma pomonae, Synapion ebeninum
Coléoptères Chrysomelidae : Bruchus atomarius, Bruchus brachialis, Bruchus libanensis, Bruchus luteicornis, Bruchus occidentalis, Bruchus rufipes, Bruchus signaticornis, Bruchus venustus
Coléoptères Curculionidae : Eusomus ovulum, Hypera denominanda, Hypera miles, Hypera viciae, Sitona lateralis, Sitona lineellus, Sitona lineatus, Sitona macularius, Sitona suturalis, Tychius quinquepunctatus
Diptères Agromyzidae : Agromyza bicophaga, Agromyza erythrocephala, Agromyza marionae, Agromyza nana, Agromyza vicifoliae, Liriomyza congesta, Liriomyza pisivora, Ophiomyia slovaca
Diptères Cecidomyiidae : Anabremia inquilina, Anabremia viciae, Ametrodiplosis viciae, Asphondylia ervi, Contarinia craccae, Dasineura loewiana, Dasineura spadicea, Dasineura viciae, Lathyromyza schlechtendali, Macrolabis vicicola
Hétéroptères Miridae : Adelphocoris lineolatus, Adelphocoris seticornis, Brachycoleus decolor, Brachycoleus lineellus, Calocoris roseomaculatus, Globiceps fulvicollis, Grypocoris fieberi, Lygus pratensis, Lygus rugulipennis, Megalocoleus molliculus, Notostira elongata, Oncotylus punctipes, Plagiognathus bipunctatus, Plagiognathus chrysanthemi, Stenodema trispinosa, Stenodema virens, Stenotus binotatus, Trigonotylus pulchellus
Hétéroptère Pentatomidae : Eurydema ornata
Homoptères Aphididae : Acyrthosiphon pisum, Aphis craccae, Aphis craccivora, Megoura viciae, Rhopalosiphoninus heikinheimoi
Hyménoptère Argidae : Aprosthema fuscicorne, Aprosthema melanurum
Hyménoptères Tenthredinidae : Euura myosotidis, Pristiphora albitibia, Rhogogaster scalaris, Tenthredo arcuata, Tenthredo notha
Lépidoptère Coleophoridae : Coleophora craccella
Lépidoptères Erebidae : Coscinia cribraria, Dicallomera fascelina, Lygephila pastinum
Lépidoptères Gelechiidae : Aproaerema anthyllidella, Chionodes lugubrella
Lépidoptères Geometridae : Apochima flabellaria, Chiasmia clathrata, Gnophos furvata, Idaea ochrata, Scopula nigropunctata, Scotopteryx chenopodiata
Lépidoptères Lasiocampidae : Malacosoma castrensis, Malacosoma franconica
Lépidoptères Lycaenidae : Callophrys rubi, Celastrina argiolus, Cupido argiades, Glaucopsyche alexis, Polyommatus amandus
Lépidoptères Pieridae : Colias hyale, Leptidea sinapis
Lépidoptères Tortricidae : Grapholita fissana, Grapholita lunulana, Grapholita orobana
Lépidoptère Zygaenidae : Zygaena ephialtes, Zygaena osterodensis, Zygaena romeo, Zygaena viciae
Thysanoptère Thripidae : Firmothrips firmus, Frankliniella intonsa, Kakothrips robustus, Neohydatothrips gracilicornis, Odontothrips biuncus
Nématode : Ditylenchus dipsaci
Champignons : Cercosporella lindaviana, Erysiphe baeumleri, Erysiphe pisi var. pisi, Erysiphe trifoliorum, Leveillula papilionacearum, Leveillula taurica, Peronospora mayorii, Ramularia sphaeroidea, Stagonosporopsis hortensis, Synchytrium aureum, Uromyces fischeri-eduardi, Uromyces verrucosae-craccae, Uromyces viciae-craccae, Uromyces viciae-fabae

Utilisations

Les graines peuvent être réduites en farine avec laquelle on fait des galettes, mais toutes les personnes ne les digèrent pas. Les fleurs peuvent être consommées crues et décorent les plats.
C’est une excellente plante fourragère, riche en protéines.

Reproduction / Dissémination

Elle se reproduit grâce à la pollinisation des arthropodes (hyménoptères, diptères, papillons, coléoptères…). Les graines tombent directement au sol et poussent sur place l’année suivante.

Réseau trophique

Les fleurs sont nectarifères et sont donc une source important de nourriture pour de nombreux insectes. La plante en elle-même est l’hôte de très nombreuses espèces d’arthropodes (listées ci-dessus). Comme toutes les Fabacées, elle possède de petits nodules dans ses racines renfermant des bactéries spéciales, du genre Rhizobium. Ces bactéries vivent en symbiose avec la plante, et en échange de sucres produits grâce à la photosynthèse, elles fixent l’azote atmosphérique et le transforment en composés assimilables par la plante qui produit alors des protéines.

Espèces semblables

Valable pour la Norvège, à compléter pour la France
• La Vesce à feuilles ténues (Vicia tenuifolia) lui ressemble pas mal. Ses fleurs sont plus grandes (généralement plus de 12m), à limbe de l’étendard plus long que l’onglet. La grappe florale est plus longue et les feuilles souvent plus étroites à face supérieure glabre ou à poils apprimés.
• La Vesce des haies (Vicia sepium) a de plus grosses fleurs (12 à 15 mm), groupées par grappes de 1 à 5, plus courtes que la feuille à l’aisselle de laquelle elles sont implantées.
• La Vesce velue (Vicia villosa) a des poils plus longs et le limbe de l’étendard est plus court que l’onglet.
• La Vesce orobe (Vicia orobus) a des fleurs blanchâtres veinées de violet. Ses feuilles ne possèdent pas de vrilles.
• La Vesce de Poméranie (Vicia cassubica) est assez semblable mais est limitée au sud de la Norvège.
• Les Gesses (Lathyrus sp.) peuvent faire penser aux Vesces, mais leur tige est presque toujours ailée, leurs folioles sont plus grandes et moins nombreuses (de 1 à 5), les nervures des folioles s’écartent en éventail à partir de la base, et non tout le long de la nervure principale comme chez les Vesces.

Sources

• Flora Gallica, Biotope éditions
• Guide des fleurs sauvages, Delachaux et Niestlé
• Guide complet des fleurs de montagne, Delachaux et Niestlé
Champis.net
INPN
GBIF
FLOREALPES
Tela Botanica
Isatis N°6, Révision du groupe Vicia cracca/villosa pour la Haute-Garonne
Wikipédia
Identification Assistée par Ordinateur
La Gazette des Plantes
Plant Parasites of Europe

2021

Laisser un commentaire