Scandinavie 2021 : Sur la route, 15 août

Nous nous préparons pour notre prochaine destination : le parc national de Fulufjället. En réalité, on avait prévu d’aller à Sonfjället, qui n’est pas très loin de Fulufjället. Mais au Pasvik, nous avons croisé un photographe naturaliste Français (Jean-Marc, tu te reconnaitras 🙂 ). Après avoir échangé un moment avec lui, il nous indique qu’au parc de Fulufjället, les mésangeais imitateurs sont souvent vus près de la maison de la nature, et pour cause, les employés leur donnent quelques friandises lorsqu’ils passent par là. C’est vrai que sur le site suédois des parcs nationaux, l’une des images de présentation nous montre un mésangeai posé sur la main d’une personne. Nous ne voyons pas ces oiseaux très souvent, même chez eux, donc on va tenter le coup. C’est parti pour 1400km de route.

C’est ce matin que pendant notre petit déjeuner, deux Mésangeais imitateurs (Perisoreus infaustus) (justement) viennent se servir sur le lard devant la baie vitrée. On les observe le peu de temps qu’ils restent. On discute par la même occasion avec l’ornithologue et bagueur du coin, qui nous indique un lac pas très loin où se trouvent des macreuses brunes. On va tenter notre chance avant de partir !

Arrivés près du lac, on se gare et on se poste en berge. Dessus, se trouve des Garrots à œil d’or (Bucephala clangula), Fuligules morillons (Aythya fuligula) et en effet des Macreuses brunes (Melanitta fusca), avec des poussins ! Elles ne sont pas très proches, mais ce sont mes premières. L’une d’elle finit par avancer légèrement vers nous à la nage, puis s’envole, fait une boucle avant de se reposer de l’autre côté du lac. Sympa !

Nous faisons une pause repas au niveau du cercle polaire, près de Vikajärvi. Il y a beaucoup de Tarins des aulnes (Spinus spinus) et de Pinsons du nord (Fringilla montifringilla) dans la forêt. Je photographie un Pipit des arbres (Anthus trivialis).

On continue de rouler (il ne faut pas avoir peur des distances et des kilomètres ici), puis on stoppe à Piteå pour aire le plein. En repartant, un oiseaux semble s’acharner sur quelque chose au sol, dans la pelouse. De loin, je me dis, mais qu’est-ce qu’il a ce choucas a s’exciter comme ça (il y a beaucoup de choucas en ville en Suède). Puis en s’approchant, je me rends compte que ce n’est pas un choucas mais un Cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes) ! En train de dépiauter un fruit d’arolle !

C’est reparti pour la route. On roule jusqu’à Nolbyn pour la nuit, où on stoppe près d’un lac. On commence à manger, puis je vois quelque chose avancer sur l’eau. un mammifère nageur. il fait très sombre, pas facile pour y voir correctement ni pour faire des photos. Il s’avère que c’est un Castor (Castor fiber). Sur la photo de face, on voit sa queue plate ! Les images ne sont pas terribles, mais pour lui aussi c’est mon premier.

10 commentaires sur “Scandinavie 2021 : Sur la route, 15 août”

  1. J’aime bien la Macreuse brune avec son beau miroir, je pourrai presque me raser dedans, vous avez eu de la chance de voir ce Cassenoix moucheté, il est vraiment superbe, il m’a semblé en avoir vu un dans les Alpes de Haute Provence une fois, je n’en suis pas sûr, il était assez loin, quand au Pipit, il a fière allure, le Castor a la tête différente du Ragondin, on drait que ça lui fait comme une petite bosse sur le crâne ?
    Cela dit, très belles photos !

Laisser un commentaire