Pyrénées 03 octobre 2020

La météo de ce samedi matin semble assez bonne, il faut en profiter car dès l’après-midi ça se gâte ! Nous décidons d’aller voir quelques cincles plongeurs sur la rivière.

Les premiers oiseaux que nous verrons sont des Rougequeues noirs (Phoenicurus ochruros). Ils sont assez nombreux ! D’abord ce mâle avec la gorge bien noire.

Il chassait des insectes volant au-dessus de l’eau depuis ces cailloux.

Il a fini par se faire poursuivre par un autre rougequeue, puis s’est posé sur un piquet au bord du chemin. Il semblait apprécier les rayons du soleil.

Un autre amateur de piquet, un jeune ou une femelle.

Sur des cailloux en berge.

Celui-ci a attrapé un gros grillon. Il l’a gobé après avoir enlevé les pattes arrières, trop imposantes et en plus épineuses.

Il s’est ensuite perché sur la haie et a chantonné doucement. Ce qui signifie que c’est un jeune mâle et non pas une femelle !

Sur le chemin, deux Serins cini (Serinus serinus) se régalaient de petites graines.

Le ciel se remplissait peu à peu d’hirondelles. Des fenêtres, des rustiques et des rochers. Quelques unes de ces dernières passeront l’hiver dans les villages alentours. Ici deux Hirondelles de rochers (Ptyonoprogne rupestris).

D’autres habitantes des ruisseaux et rivières : les bergeronnettes. D’abord une Bergeronnette grise (Motacilla alba).

Puis une Bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea).

Pour terminer, les petites bouboules de la rivière, les Cincles plongeurs (Cinclus cinclus).

Séance toilettage.

Retour à la pêche !

Voici ensuite quelques petites bêtes photographiées au domaine des oiseaux entre deux averses. D’abord quelques acariens.

Xenillus tegeocranus.

Xenillus clypeator.
Se distingue du premier par la forme du sensillus (la soie que l’on voit dépasser sur la gauche entre la tête et l’abdomen sur la photo du dessus) et par l’absence de poils internes (poils situés entre les lamellae, près de la base de l’abdomen, qui sont longs et présents chez tegeocranus). Cliquez sur le nom des espèces pour plus de précisions.

Un Parasitidae chassant dans les feuilles mortes, du genre Pergamasus.

Quelques collemboles maintenant !

Sur un bout de bois mort en décomposition, ce Neanura muscorum.

Un autre petit boudiné, sur une branchette plus jeune avec du lichen : Monobella grassei.

Toujours sur le bois, ce Lepidocyrtus curvicollis qui était en train de « brouter ».

Beaucoup plus petit, sous une feuille, cet autre Lepidocyrtus, probablement Lepidocyrtus lanuginosus (mais un Lepidocyrtus violaceus peu coloré est aussi probable).

Sous des feuilles également, des Caprainea marginata.

Pour terminer, ce petit Sminthurinus elegans.

4 commentaires

  1. Quel plaisir de commencer la journée par une ballade avec Jessica, dans ces Pyrénées que j’aime tant… mais qui sont si loin pour moi. Merci pour ce partage et bravo pour la photo du cincle en vol. À très bientôt, JF.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s