Col du Tourmalet 16 juin 2019

Belle journée pour cette sortie au col du Tourmalet. Nous ferons la balade qui pars du petit lac et rejoint le restaurant.

La plupart des paysages sont de Christophe.

Au petit matin.

Une Marmotte des Alpes (Marmota marmota) se chauffe au soleil.
Un troupeau de lamas dévale la pente à toute allure ! Ça fait un peu drôle, on a plus l’habitude de voir des moutons ici (il y en a aussi énormément dans les prairies).
Les chants des Pipits spioncelles (Anthus spinoletta) résonnent dans les pelouses. Ils sont vraiment très distants, je n’ai pu faire que cette image de loin.
Plusieurs couples de Traquets motteux (Oenanthe oenanthe) sont installés dan les zones rocheuses. Ils sont également distants.
Cette année nous n’avons pas vu beaucoup de rougequeue noirs. D’habitude, plusieurs familles sont installées dans ces zones d’éboulis, mais nous ne verrons qu’un ou deux chanteurs près du lac.

Arrivés proche du restaurant, nous tombons sur une famille de Niverolles alpines (Montifringilla nivalis). Précisément ce que nous espérions voir aujourd’hui. Fidèles à elles-mêmes, les jeunes se laissent photographier sans montrer le moindre signe de peur.

Les adultes recherchent des insectes pour les petits. Celui-ci est sorti de derrière la colline le bec plein !


Nous assistons à quelques scènes de nourrissage.


Les crottes de moutons attirent de jolies mouches : les Scatophages du fumier (Scathophaga stercoraria). Plusieurs sont accouplées. Le mâle, bien orange, est vraiment énorme par rapport à la femelle !

Cette crotte là semblait vraiment intéressante !

Un peu plus loin, j’en ai observé une qui tenait dans ses pattes un Bibionidae. En effet, ces mouches sont des carnivores !

Je fais un peu de macro autour du petit lac avant que l’on reparte.


Caché à la base d’un pied de chardon, un coléoptère Cerambycidae : Iberodorcadion fuliginator. Les larves de celui-ci ne se nourrissent pas de bois mort, mais de la base des tiges de graminées. Il s’écoule 2 ans entre le moment de la ponte et celui où l’adulte émerge du sol. Ce coléoptère ne vole pas, ses élytres sont soudés !
Autre coléoptère, Curculionidae : Larinus sturnus. Les larves de celui-ci se nourrissent de cirses, chardons et centaurées.

Pour bien l’identifier, il faut regarder plusieurs caractères morphologiques (voir sa fiche).
Les pissenlits se sont ouverts, beaucoup d’insectes se sont mis à butiner, comme ce Bourdon montagnard (Bombus monticola). Le roux de l’abdomen est très étendu chez cette espèce.

Sur un massif d’orties, j’ai photographié deux Tephritis.
La première se nomme Tephritis conura et se développe sur Cirsium.
Pour la deuxième, on ne peut trancher entre Tephritis hyoscyami et Tephritis hendeliana. Il aurait fallu photographier une femelle et examiner l’ovipositeur.

La détermination de ce genre de mouches est basée en grande partie sur la disposition des taches alaires.

En soulevant quelques pierres, je tombe sur ce Poecilus lepidus, très vif ! Le temps de faire deux images puis il disparaît sous un autre caillou.

Je soulève d’autres cailloux au bord du lac. Sous l’un d’eux, se trouvait un Crapaud accoucheur (Alytes obstetricans) ! Le temps de faire quelques photos puis je le replace devant une grosse pierre sous laquelle il a pu aller se cacher.

*Oiseaux observés*
Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) : 2, accouplement sur les crêtes.
Milan royal (Milvus milvus) : 3 passent en vol.
Vautour fauve (Gyps fulvus) : 5 passent en vol.
Accenteur mouchet (Prunella modularis) : 1 chante dans un genévrier.
Chocard à bec jaune (Pyrrhocorax graculus) : 7 volent en groupe.
Craves à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax) : une 30aine dans une prairie près du sentier, certainement le même groupe vu en vol sur les crêtes plu tôt dans la journée.
Grand Corbeau (Corvus corax) : 1 passe en vol, poursuivi par un chocard.
Linotte mélodieuse (Carduelis cannabina) : 2 se nourrissent dans la pelouse près du lac.
Niverolle alpine (Montifringilla nivalis) : une famille, 2 adultes et 3 jeunes.
Pipit spioncelle (Anthus spinoletta) : 7 au moins, plusieurs chanteurs.
Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) : 3 dont deux chanteurs.
Traquet motteux (Oenanthe oenanthe) : 6, quelques chanteurs et au moins un couple en nourrissage.

Laisser un commentaire