Criquet rouge-queue (Omocestus haemorrhoidalis)

Dernière mise à jour il y a 4 jours par tifaeris

Ordre : Orthoptera
Sous-ordre : Caelifera
Infra-ordre : Acrididea
Super famille : Acridoidea
Famille : Acrididae
Sous-famille : Gomphocerinae
Tribu : Gomphocerini
Genre : Omocestus
Espèce : Omocestus haemorrhoidalis

Identification : Le Criquet rouge-queue (Omocestus haemorrhoidalis) a une coloration variant du brun clair au brun sombre, parfois tirant légèrement sur le verdâtre, souvent bariolée de jaune ochracé, parfois avec une bande dorsale verte. Ses antennes sont filiformes, non élargies à l’apex. Les carènes latérales du pronotum sont anguleuses, le pronotum est un peu plus long que la tête. Les élytres sont assez courts, ne dépassant généralement pas les genoux postérieurs, et sans lobe basal.
Le mâle a l’apex de l’abdomen rouge ou rouge-orangé sur le dessus. Ses élytres ont le champ sous-costal élargi, aussi large ou presque que le champ médian, et le champ cubital s’élargit pour devenir aussi large ou presque que le champ médian.

Taille : Petite espèce, de 11 à 14 mm pour le mâle, de 15 à 20 mm pour la femelle.

Habitat : Pelouses et prairies sèches, landes rocailleuses d’altitude, de 140 à 3000m d’altitude.

Répartition géographique : En gros, en coupant la France par une diagonale partant du sud ouest et allant au nord est, présent du côté est de cette diagonale.

Période d’observation : De juillet à octobre.

Espèces semblables :
Le Criquet des rocailles (Omocestus petraeus) a le pronotum aussi long que la tête, les lobes latéraux sont plus étroits que chez O. haemorrhoidalis. Le mâle ne possède pas de rouge que l’abdomen. Toujours chez le mâle, le champ sous costal des élytres n’est pas élargi, il est bien plus étroit que le champ médian, idem pour le champ cubital qui ne s’élargit pas.
Le Criquet des garrigues (Omocestus raymondi raymondi) a les élytres qui dépassent les genoux postérieurs et très assombris sur le tiers apical (plus visible chez les mâles). Il est présent dans la moitié sud de la France.
Le Criquet tacheté (Myreleotettix maculatus maculatus) a l’apex des antennes élargi, mais c’est assez subtile chez la femelle. Le champ médian des élytres est plus élargi, les carènes latérales du pronotum un peu plus anguleuses.
Le Criquet noir-ébène (Omocestus rufipes) et le Criquet verdelet (Omocestus viridulus) ont les carènes latérales du pronotum très peu anguleuses.
Le Criquet des éboulis (Omocestus defauti) ne se trouve qu’en Corse.
Le Criquet catalan (Omocests antigai) et le Criquet de Bellsmann (Omocestus navasi bellmanni) ont les élytres plus courts (n’atteignant pas les genoux pour le mâle, mesurant la moitié de la longueur de l’abdomen pour les femelles), et ne se rencontrent que dans les Pyrénées-Orientales.
Le genre Stenobothrus a le champ médian des élytres élargi.
Attention car la femelle du Sténobothre occitan (Stenobothrus festivus) qui est semblable à celle d’O. haemorrhoidalis. Le champ médian est censé être élargi mais ce n’est pas forcément toujours flagrant, les carènes latérales du pronotum plus fortement anguleuses dans la prozone, c’est une espèce assez localisée ne dépassant à priori pas 1300m d’altitude.
Le Sténobothre nain (Stenobothrus smiglaticus stigmaticus) n’est pas l’espèce de son genre à posséder le champ médian le plus élargi. Ce détail est parfois difficile à apprécier. Ses carènes du prnonotum sont toutefois moins anguleuses, plutôt flexueuses.
Le Criquet jacasseur (Stauroderus scalaris) et les criquets du genre Chorthippus sont semblables mais possèdent un lobe basal.

Sources :
Insecte.org
Cahier d’identification des orthoptères de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.
Guide des sauterelles, grillons et criquets d’Europe occidentale.
Carnet d’identification des Orthoptères de Midi-Pyrénées

Laisser un commentaire