Aller au contenu

Éristale brouillée (Eristalis intricaria)

Publié le 21 novembre 2022

Dernière mise à jour il y a 6 jours

Linnaeus, 1758

La plupart des éristales miment les abeilles, mais cette espèce ressemble plus à un bourdon, en particulier la femelle

Ordre : Diptera
Sous-ordre : Brachycera
Infra-ordre : Muscomorpha
Super famille : Syrphoidea
Famille : Syrphidae
Sous-famille : Eristalinae
Tribu : Eristalini
Genre : Eristalis
Espèce : Eristalis intricaria

Difficulté de détermination

Statut de conservation

Non évalué
Espèce déterminante ZNIEFF en Ile de France

Identification

L’Éristale brouillée (Eristalis intricaria) ressemble à un bourdon. En effet, son corps est recouvert d’une longue et dense fourrure. Son thorax est brun plus ou moins sombre et son scutellum est jaune. L’arista est plumeuse. La face possède une pilosité claire et une bande noire. Les tibias sont blanchâtres sur leur moitié basale. La nervure r4+5 forme un « U » et la cellule r1 est fermée.
Le mâle a les yeux qui se touchent et son abdomen est entièrement recouvert de poils bruns de densité variable, parfois blancs à l’apex.
La femelle a les yeux espacés et son abdomen est recouvert de poils noirs, blancs sur les derniers tergites.

Taille

11 à 14 mm

Habitat

Zones boisées et marécageuses, près des eaux stagnantes

Répartition géographique

C’est une espèce assez largement répartie mais peu abondante. Plus on va vers le sud de son aire, plus elle est montagnarde.

Comportement

Les mâles sont territoriaux et effectuent des vols stationnaires de surveillance assez haut dans les airs.

Période d’observation

Œufs

Ils sont pondus dans la tourbe humide ou tout autre substrat gorgé d’eau croupissante.

Larve

C’est un ver blanc à brunâtre, qui possède à son extrémité un long siphon respiratoire. Ce dernier lui a valu son nom de ver à queue de rat. On la trouve dans les eaux croupissantes chargées en matière organique, le lisier, les bouses de vaches sur un sol gorgé d’eau…

Réseau trophique

Les adultes participent grandement à la pollinisation, car ils adorent le nectar et le pollen. Ils servent de proie à d’autres arthropodes comme les araignées, les libellules, les mouches chasseuses, les mantes religieuses… Ils peuvent également être mangés par les oiseaux capables de les attraper. Les larves participent à la purification de l’eau en se nourrissant de matière organique en décomposition.

Régime

Les adultes se nourrissent de pollen et de nectar, les larves sont saprophages.

Espèces semblables

Eristalis fratercula a l’arista glabre. Les mâles ont une tache jaunâtre à la base des côtés de T2, et les côtés de T3 sont noirs. Les femelles ont l’abdomen couvert d’une longue pilosité jaunâtre.
Eristalis anthophorina a l’arista glabre et des soies blanchâtres sur les côtés du thorax.
• Le genre Merodon a la cellule r1 ouverte, le fémur 3 est plus épais et avec une projection triangulaire à l’apex (chez les deux sexes), les mâles ont les yeux qui ne se touchent qu’en un point sur le front.
• Le genre Mallota a la cellule r1 ouverte, le pattern de coloration n’est pas exactement le même.
• Les genres Criorhina, Pocota, Sericomyia, Eriozona syrphoides et Volucella bombylans ont aussi un aspect de bourdon, mais leur veine 4+5 n’est pas courbée, et ils n’ont pas exactement le même pattern de coloration.

Sources

• Hoverflies of Northwest Europe, M. P. van Veen
INPN
Quel est cet Animal ?
Faune et flore de la commune d’ Amiens
Wikipedia
• Albums de Steven Falk | Flickr
Naturbasen
Insektarium
GBIF

2021

Laisser un commentaire