Aller au contenu

Œillet armérie (Dianthus armeria)

Publié le 7 juillet 2022

Dernière mise à jour il y a 4 semaines

Linnaeus, 1753

Ce bel et délicat œillet se reconnait à ses pétales étroits et tachetés de blanc. Les longues bractées herbacées sont également caractéristiques.

Famille : Caryophyllaceae

Difficulté de détermination

Statut de conservation

Espèce protégée

Préoccupation mineure en France, mais Quasi menacé en Picardie et Vulnérable dans le Nord-Pas-de-Calais.

Menaces

Bien que classée en Préoccupation mineure, l’espèce décline. En Angleterre, où elle a été largement suivie, elle a disparu de 93% de son aire d’origine entre les années 1950 et 2003. Elle a besoin de milieux ouverts avec peu de végétation herbacée et buissonnante pour se développer. A l’époque, le pâturage extensif (avec une faible densité d’animaux) ainsi que les nombreux chemins non goudronnés et leurs ornières reliant les différentes parcelles lui convenaient très bien. Mais après les années 1950, le drainage et l’amendement des prairies, la destruction des chemins ou leur goudronnage, le développement urbain, le débroussaillage régulier des lisières, sans oublier les pesticides, on fait drastiquement chuter les populations.

Identification

L’Œillet armérie (Dianthus armeria) est une plante velue, surtout dans le haut, sans rejets stériles et à tige raide.
Les fleurs, hermaphrodites, sont regroupées par 2 à 8. Elles sont roses, avec un fin cercle pourpre près du centre, et tachetées de blanc. Chaque fleur est formée de 5 pétales ovales, denticulés et étroits, discrètement poilus à la gorge. Il y a 10 étamines et 2 styles. Elle possède de longues bractées herbacées. Le calice est cylindrique.
Les feuilles sont opposées, étroites et linéaires.
Le fruit est une capsule cylindrique et glabre, s’ouvrant au sommet par 4 dents, contenant de petites graines noires.

Autres noms

Œillet velu, Armoirie, Œillet à bouquet.

Étymologie

Dianthus vient du grec « Dios » signifiant « Zeus (=Jupiter) » et « anthos » qui signifie « fleur », hommage rendu à la beauté de ses fleurs.
Armeria réfère aux fleurs du genre Armeria. Les inflorescences ne se ressemblent pas vraiment (si ce n’est que leurs fleurs sont serrées en capitules denses), et il est possible qu’Armeria réfère en réalité au genre Phlox, un peu plus ressemblant, qui s’appelait à l’époque Armeria (l’actuel genre Armeria se nommait alors Statice).

Type végétatif

Annuel ou bisannuel. Les graines germent au printemps et donnent une rosette de feuilles qui, selon les conditions climatiques, soit passera l’hiver et fleurira l’année suivante, soit fleurira dans la foulée en été.

Taille

15 à 50 cm de haut, 8 à 14 mm de diamètre pour la fleur.

Habitat

Pelouses, friches, bois, côteaux, bords de routes, préfère les sols secs et sablonneux, de 0 à 1200m.

Répartition géographique

Originaire d’Europe, introduite ailleurs.

Floraison

De mai à octobre

Parasites

Coléoptère Buprestidae : Sphenoptera laportei
Diptère Agromyzidae : Amauromyza flavifrons
Lépidoptères Noctuidae : Hadena bicruris, Hadena compta
Lépidoptère Tortricidae : Cacoecimorpha pronubana
Champignons : Erysiphe buhrii, Microbotryum dianthorum, Puccinia arenariae, Thecaphora saponariae, Uromyces dianthi

Réseau trophique

Comme tous les végétaux, l’œillet d’armérie est dit autotrophe, c’est un producteur primaire dans la chaine alimentaire. Il produit du nectar et du pollen enfouis profondément dans la fleur, et ne peut donc être butiné que par les insectes à longue trompe comme les papillons et les bombyles. Quelques chenilles se nourrissent de ses fruits, une larve de coléoptère vit dans ses racines et une larve de diptère vit en tant que mineuse dans ses feuilles.

Reproduction

Elle se reproduit grâce aux insectes qui transportent le pollen de fleurs en fleurs, mais il semblerait qu’en réalité elle pratique largement l’autopollinisation. Les graines sont quant à elles disséminées par transport via le pelage ou le plumage des animaux. Elles ont besoin de subir le froid hivernal pour pouvoir germer.

Espèces semblables

• L’Œillet à delta (Dianthus deltoides) a lui aussi des petites taches blanches sur les pétales et un trait plus foncé vers leur base, formant un cercle. Ses pétales sont tout de même plus larges, les taches blanches plutôt concentrées près du cercle pourpre de la base, et il ne possède pas ces longues bractées herbacées.
• L’Œillet de Séguier (Dianthus seguieri) peut parfois avoir des taches plus pâles que le fond des pétales près de la base de ces derniers. Il possède également un cercle pourpre au centre de la corolle mais ses fleurs sont plus grandes (15 à 25 mm de diamètre) et ses pétales nettement plus larges.

Sources

• Flora Gallica, Biotope éditions
FLOREALPES
Wikipédia
• Dictionnaire étymologique de la Flore Française, A. Gentil
Plante Méditerranéenne
INPN
GBIF
Tela Botanica
Wikipédia
Belles Fleurs de France
Infoflora.ch
ANAB Association Nature Alsace Bossue
Identification Assistée par Ordinateur
Zoom Nature
Plantes à fleurs, arbres et arbustes
Plant Parasites of Europe

2022

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :