Pla de Soulcem 31 mai 2020

Dernier week-end avec la limitation des 100km, on pars se balader à la montagne de proximité. Direction le Pla de Soulcem ! L’endroit est très fréquenté (déjà en temps normal, mais là c’est encore pire). Les oiseaux sont tout de même présents, peut-être plus méfiants que dans les zones plus tranquilles.

Photo de Christophe
Photo de Christophe

En arrivant nous observons rapidement des Traquets motteux (Oenanthe oenanthe).

Les Pipits spioncelle (Anthus spinoletta) chantent et partent à la recherche de nourriture pour les jeunes encore au nid.

Bien nombreux à chanter sur les genévriers et les rhododendrons en fleur, les Accenteurs mouchets (Prunella modularis).

*Oiseaux observés*
– Accenteur mouchet (Prunella modularis)
– Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax)
– Hirondelle de rochers (Ptyonoprogne rupestris)
– Pipit spioncelle (Anthus spinoletta)
– Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros)
– Traquet motteux (Oenanthe oenanthe)
– Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes)

Je finis par passer à la macro, lorsque la soleil sort de derrière la montagne et que la lumière devient trop dure.

Première rencontre avec cette superbe punaise, Jalla dumosa. Une punaise prédatrice, surtout de chenilles et de larves de coléoptères, avec un rostre bien développé.

Les pelouses grouillent de ces taupins : Ctenicera pectinicornis. Les larves vivent dans le sol. Ici c’est un mâle, avec les antennes largement pectinées.

Frêle et joli petit Crambidae, l’Ennychie cordelière (Pyrausta nigrata).

Un Argus frêle (Cupido minimus) en train de s’abreuver.

Sur le chemin, la chaleur a réveillé les Cicindèles champêtres (Cicindela campestris). ce couple était assez sage pour la photo, les individus isolés s’envolant à plusieurs mètres de distance dès que l’on s’approche d’eux. Notez la manière dont le mâle agrippe la femelle de ses mandibules, au niveau de la jonction entre le thorax et l’abdomen.

Ce mâle Salticus scenicus était aussi bien vif et courait sur le sentier.

Belle chenille dorée sur un caillou, le Bombyx du chêne (Lasiocampa quercus). Malgré son nom, elle est très polyphage et se nourrit sur de nombreux arbres, arbustes et aussi de bruyère.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s