Scandinavie 2019 : Skuleskogen 15-16 août

La veille, nous quittons Kvikkjokk après que la pluie nous ait rattrapé. Nous passons la nuit au bord du lac Piellojaure.

L’endroit est assez sympa, nous prenons le petit déjeuner sous les chants des mésanges charbonnières, huppées et boréales. J’arrive même à photographier une Mésange boréale (Poecile montanus) qui s’approche assez près.
Le coin.

Photo de Christophe

Nous roulons ensuite jusqu’au parc de Skuleskogen. Cette fois nous nous garons à l’entrée sud, c’est à partir d’ici que nous pouvons emprunter le sentier le plus court pour aller voir la fameuse faille, Slåttdalsskrevan. Nous arrivons en fin d’après-midi.

On décide d’aller voir la faille ce soir. Il y a environ 3km de marche pour y arriver. Je décide de prendre le macro à la main, et de laisser le téléobjectif dans le sac à dos (on ne sait jamais). Il y a pas mal de monde qui se promène, et en fin de journée l’activité es oiseaux est moindre en général.

Cette forêt est vraiment belle. Nous la traversons sur des chemins de planchettes de bois.

Photo de Christophe

Photo de Christophe

Photo de Christophe
Photo de Christophe

Je photographie une Neriene peltata, qui aime faire sa toile entre les branches d’épicéas. C’est ma première.
Nous observons aussi quelques écureuils roux !

Plus loin, nous laissons les planches de bois pour marcher à même le sol, sur un impressionnant réseau racinaire.

Photo de Christophe

Photo de Christophe

Photo de Christophe
Certaines zones sont envahies de prêles.

Photo de Christophe
Photo de Christophe

Nous traversons une tourbière.
Puis nous passons devant d’impressionnantes mers de cailloux. Ces cailloux bien ronds se sont formés lors de la fonte du glacier il y a environ 10 000 ans. ils étaient alors au niveau de la mer et ont été polis par les vagues. Au fur et à mesure de la fonte des glaces, la terre s’est surélevée, et ces cailloux se sont retrouvés à l’intérieur des terres.

Photo de Christophe
Photo de Christophe

Nous faisons une petite pause peu après, avec de gros rochers plats, des pins qui poussent de façon éparse et des bruyères. Là, se trouvent deux Pinsons des arbres (Fringilla coelebs). Ils ne semblent pas farouches. Je tente de remonter le téléobjectif sur le boitier. Et j’ai bien fait, car les pinsons sont toujours là après ma manipulation et j’arrive à faire quelques images. Je ne me serais pas traîné tous ces kilos sur le dos pour rien !

Nous reprenons notre marche. Un peu avant la faille, nous remontons une zone d’éboulis, et passons « la porte des Trolls ». Impressionnant ! On se croirait vraiment dans le Seigneur des anneaux.

Photo de Christophe
Photo de Christophe

Le sentier se divise en deux. Nous prenons d’abord de la hauteur. On arrive sur un plateau qui surplombe la forêt. Nous avons une vue dégagée sur le parc, sa forêt et ses lacs, ainsi que sur le golfe de Botnie.

Photo de Christophe

Photo de Christophe
Photo de Christophe
Photo de Christophe

En redescendant, nous nous dirigeons vers la faille. Là aussi c’est très impressionnant. Un escalier permet de descendre dedans. Christophe prends le temps de faire des paysages, pendant que je cherche quelques bestioles. Il y a quand même quelques plantes par-ci par là. Sur l’une d’elle, je vois une forme ronde qui se déplace. Un collembole ! C’est un Allacma fusca. Il est vraiment gros, je n’avais pas la bague allonge montée mais on arrive quand même à le distinguer correctement.

Des fougères poussent sur les bords des parois rocheuses. De minuscules punaises se promènent dessus. Ce sont des Miridae.

La première se nomme Monalocoris filicis.

La seconde Bryocoris pteridis.

Ces deux espèces ne se rencontrent visiblement que sur les fougères. Elles se nourrissent de sporanges.

La faille. Celle-ci fait 40m de haut pour 200m de long.

Photo de Christophe
Photo de Christophe

Photo de Christophe

Photo de Christophe
Photo de Christophe

Vue d’en haut.

Photo de Christophe

L’heure tourne, et ici, il ne fait pas jour tout le temps comme au Varanger. On entame le retour. Il fait de plus en plus sombre. Les papillons de nuit commencent à sortir. Je photographie cette superbe Cidarie du peuplier (Eulithis populata).
La nuit noire arrive vite. Alors que nous avançons sur les chemins de planchettes en s’éclairant avec la lampe torche du téléphone, je dirige la lumière sur un tronc d’arbre. Et là, je vois un gros opilion ! Une belle femelle de Mitopus morio.

Nous arrivons près du parking. Je remarque une petite mouche sur un panneau éclairé. Une Lauxaniidae, avec des taches noires sur les ailes. Lyciella decempunctata.

Juste avant de rejoindre la voiture, nous voyons des formes mouvantes au sol.

Toute une flopée de Crapauds communs (Bufo bufo).

Et aussi une Grenouille rousse (Rana temporaria).

Le lendemain, on refait une balade dans la forêt.
Mais cette fois, au lieu de monter vers la gauche en direction de la faille, nous tournons à droite afin de faire une boucle jusqu’au parking.

Photo de Christophe

Un peu avant cette bifurcation, nous observons un pic tridactyle et un pic épeiche, tous deux occupés à creuser les troncs des pins, très en hauteur.

Photo de Christophe

Je photographie deux mouches.

La première appartient au genre Mydaea. Avec le calus huméral jaune, visible près de la tête sur la vue de profil, elle pourrait appartenir à deux espèces : Mydaea setifemur ou Mydaea humeralis. Les deux sont présentes en Suède et je n’ai rien trouvé pour les différencier. Les yeux bien espacés indiquent une femelle (ainsi que le calus jaune, car ce dernier est noir chez les mâles).

La deuxième est un peu plus facile. Il s’agit de Phaonia pallida. La grande soie préapicale du tibia 3 confirme le genre (visible uniquement sur une photo qui est floue, que je ne rajoute donc pas ici. Voir sa fiche pour plus d’infos). La couleur entièrement jaune y compris le front confirme l’espèce. Ici aussi c’est une femelle, avec les yeux espacés. Les larves se développent dans le bois pourri, les champignons et les excréments.

Sur un tronc, une autre Eulithis populata.
Le chemin descend jusqu’au bord du golfe. J’observe la végétation et remarque une mouche très joliment colorée. C’est une femelle de Callomyia amoena. Les mâles sont tout noir avec les yeux rouges. Les larves se nourrissent de mycélium sous l’écorce des troncs d’arbres tombés.

Plus loin sur un tronc, une Eubolie âpre (Mesotype didymata). Nous en avions vu pas mal vers Bleik.
Toujours au bord du sentier, un énorme coléoptère de presque 4cm de long ! C’est une Grande necydale (Necydalis major). Les larves se développent dans les troncs morts de feuillus.

Juste après, on repère un accouplement de Lepture à 4 bandes (Leptura quadrifasciata).


Cette vieille forêt abrite plein d’insectes intéressants. Nous entendons aussi des gélinottes des bois et des pics noirs. Et observons de jeunes rougegorges et un accenteur sur le chemin.

Juste avant de récupérer la voiture, je photographie un Robert le diable (Polygonia c-album) sur la route.

Puis ce Cuivré de la verge d’or (Lycaena virgaureae), mâle, aux couleurs éclatantes.

*Oiseaux observés à Skuleskogen*
Gélinotte des bois (Tetrastes bonasia) : entendues plusieurs dans la forêt, le chant est très particulier, très aigu. On s’attend à tout sauf à ça pour ce genre d’oiseau !
Pic épeiche (Dendrocopos major) : 1 perché très haut dans les arbres le 1er jour, idem le 2ème jour.
Pic noir (Dryocopus martius) : 1 entendu au parking, au moins 1 autre entendu dans la forêt le 2ème jour.
Pic tridactyle (Picoides tridactylus) : 1 le 2ème jour en compagnie du pic épeiche.
Accenteur mouchet (Prunella modularis) : 1 s’envole des broussailles au bord du chemin le 2ème jour.
Bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra) : entendus le 2ème jour.
Grand corbeau (Corvus corax) : 2 près de la faille.
Grimpereau des bois (Certhia familiaris) : entendus le 2ème jour.
Grive indéterminée (Turdus sp) : levées des broussailles en marchant sur le sentier.
Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) : vues depuis le plateau.
Merle noir (Turdus merula) : entendus le 2ème jour.
Mésange bleue (Cyanistes caeruleus) : entendue dans la forêt les 2 jours.
Mésange boréale (Poecile montanus) : entendue dans la forêt les 2 jours.
Mésange charbonnière (Parus major) : entendue le 2ème jour dans les bois.
Mésange huppée (Lophophanes cristatus) : entendue dans la forêt.
Pinson des arbres (Fringilla coelebs) : 2 que je photographie en allant à la faille, des vols et entendus dans les bois les 2 jours.
Roitelet huppé (Regulus regulus) : entendus dans la forêt les 2 jours.
Rougegorge familier (Erithacus rubecula) : 1 entendu dans la forêt le premier jour, un jeune sur le sentier le 2ème jour.
Sittelle torchepot (Sitta europaea) : entendues plusieurs le 2ème jour.
Tarin des aulnes (Spinus spinus) : entendus dans la forêt les 2 jours.

Il est temps pour nous de continuer notre route. On roule un moment et stoppons manger à Färnebofjärden.

Photo de Christophe

J’en profite pour faire quelques bestioles.

Ce bel opilion aux reflets bleus métallique sur le dos. C’est un Leiobunum gracile.

C’est une femelle, à l’abdomen ovale. Celui des mâles est plus carré, et ils sont aussi plus sombres sur le dessus.
Un diptère plus classique, Rhagio tringarius.

Puis un psoque sur un panneau, Psocus bipunctatus.

Avant de partir, on observe un balbuzard pêcheur au loin, au sommet d’un arbre. Nous roulons jusqu’à Hornborgasjön.

10 commentaires

  1. Superbes photos de mouches et autres insectes…et toutes commentées. Je suis impressionné par toute cette connaissance sur les bestioles.
    Bravo, je ne me lasse pas de ce blog.
    Bravo aussi à Christophe pour ses superbes clichés de paysage.

    Aimé par 1 personne

  2. Superbes photos. Belle complémentarité pour sublimer la nature, des insectes les plus petits aux paysages les plus grandioses ! Ma connaissance s’agrandit grâce aux commentaires éclairés de Jessica et quel émerveillement devant les photos de paysage de Christophe. Merci à tous les deux.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Merci c’est gentil ! Mon matériel pour la macro ? J’ai le 100mm macro de chez canon, version stabilisée. Et ce jour là il était monté sur le 5dmark2. Avec un flash, yongnuo yn24ex (qui m’a lâché il y a peu).

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s