Scandinavie 2018 : Ekkerøy 06 août

Ce matin, nous montons sur la falaise d’Ekkerøy. Nous levons pas mal de pipits en route.

Nous arrivons rapidement au début de la colonie, d’où nous photographions quelques Mouettes tridactyles (Rissa tridactyla).

Il y a quelques jeunes, mais je ne les trouve pas très nombreux.

Somnolence au bord de la falaise.

Les Grands corbeaux (Corvus corax) longent la falaise en vol, à la recherche de quelque chose à se mettre sous le bec.

Les Pygargues à queue blanche (Haliaeetus albicilla) sont également nombreux. Lorsqu’ils passent à proximité de la colonie, une vague de mouettes décolle.

Ces deux là se poursuivaient. Je n’ai réalisé ce que l’adulte avait dans les serres qu’en regardant les photos sur l’écran de l’appareil. C’est une jeune Mouette tridactyle…

L’instant d’après, le jeune Pygargue a tenté de dérober la proie de l’adulte, qui ne la lâchera pas.
Scène un peu dure quand même, ce ne sont pas des choses que je prends plaisir à photographier, même si les Pygargues sont des prédateurs naturels des Mouettes. Lorsqu’on est jeune tridac, il faut rester sur ses gardes. Elles sont aussi la cible des labbes parasites, qui ne les mangent pas certes, mais les poursuivent et les harcèlent jusqu’à ce qu’elles leur recrache le contenu de leur estomac.

Le jeune Pygargue viendra ensuite se poser sur un rocher.

Quelques paysages.

Je photographie une Bergeronnette grise (Motacilla alba) qui passait par là.

Deux autres Pygargues à queue blanche (Haliaeetus albicilla) passent en vol.

Nous continuons notre balade. Un oiseau vient vers nous en vol. C’est un Combattant varié (Philomachus pugnax). Il se pose juste devant nous, vraiment près ! On le suivra un moment, sans qu’il ne s’envole. Vraiment très cool celui là.

Nous en croisons un deuxième un peu plus loin, pas vraiment farouche, mais marchant d’un pas bien décidé à la recherche d’insectes et tout de même légèrement plus méfiant.
Au bout de la presqu’ile, nous voyons deux Labbes parasites (Stercorarius parasiticus). Ils gardent leurs distances et ne sont pas prompt à se laisser approcher.

Nous continuons le chemin de balade. Alors que nous marchons un groupe d’Eiders à duvet (Somateria mollissima) passe en vol.

Un peu plus loin se trouve une colonie de Sternes arctiques (Sterna paradisaea). Bien que restant sur le sentier, nous nous faisons attaquer par certains individus ! Nous ne nous attardons pas à proximité de la colonie, qui compte des jeunes déjà volants. Un peu plus loin, sur un rocher, quelques sternes isolées sont un peu plus conciliantes. En me retournant pour regarder en direction de la colonie, je vois une brebis et son agneau passer sur le sentier. Le petit s’est pris quelques coups de becs, ils ont continué leur chemin en trottinant !

Nous continuons le chemin d’où nous observons plusieurs limicoles. Des huitriers, barges rousses, courlis corlieu, tournepierre et bécasseau. On tente de se rapprocher de la berge. Un Huitrier pie (Haematopus ostralegus) nous surveille et nous emboite le pas, comme s’il voulait nous indiquer la sortie.

Nous essayons d’approcher quelques Bécasseaux variables (Calidris alpina) mais ils ne sont pas très coopératifs. Finalement, un individu solitaire se laissera approcher et photographier alors qu’il cherche à manger dans les algues et les flaques d’eau salée.

Nous continuons le chemin et croisons deux Chevaliers gambettes (Tringa totanus). Un adulte et un jeune. Nous ne nous attardons pas trop, l’adulte ne fait qu’alarmer pendant que le jeune insouciant ne se préoccupe même pas de notre présence et se balade dans les algues.

Nous bouclons la balade qui fait le tour de la presqu’ile et revenons au pied de la falaise. D’en bas, nous observons un Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) posé en compagnie d’un Grand corbeau (Corvus corax).

J’arrive enfin à photographier un Pipit maritime (Anthus petrosus) dans les rochers.

On refait une session de Mouettes tridactyles (Rissa tridactyla).

Quelques disputes.

Puis passage d’un Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla), c’est la panique..
Il ne fera que passer.

Un Grand corbeau (Corvus cornix) vient inspecter les nids et alentours.

En se cachant derrière les rochers, nous arrivons à photographier un petit groupe d’Eiders à duvet (Somateria mollissima). Ils se décaleront assez vite.

*Oiseaux observés*
Barge rousse (Limosa lapponica) : 1 en berge.
Bécasseau variable (Calidris alpina) : +/- 10 en berge.
Bergeronnette grise (Motacilla alba) : +/- 5 vadrouillant sur la falaise.
Chevalier gambette (Tringa totanus) : 2, un adulte et un jeune en berge.
Combattant varié (Philomachus pugnax) : 2 en haut.
Cormoran huppé (Phalacrocorax aristotelis) : 2 sur la falaise.
Courlis corlieu (Numenius phaeopus) : +/- 5 en berge.
Eider à duvet (Somateria mollissima) : une bonne 20aine entre ceux croisés en vol et ceux en berge.
Goéland argenté (Larus argentatus) : une 10aine en mer.
Goéland cendré (Larus canus) : +/- 5 en berge avec des jeunes.
Goéland marin (Larus marinus) : 1 passe en vol.
Grand corbeau (Corvus corax) : 5 longeant régulièrement la falaise.
Grand gravelot (Charadrius hiaticula) : +/- 5 en berge.
Guillemot à miroir (Cepphus grylle) : une 10aine en mer au loin.

Huitrier pie (Haematopus ostralegus) : 4 en berge (1 individu seul au pied de la colonie et 2 adultes en compagnie d’1 jeune au bout de la presqu’ile).
Labbe parasite (Stercorarius parasiticus) : 2 forme claire sur la presqu’ile.
Mouette tridactyle (Rissa tridactyla) : des milliers à la colonie et en mer.
Pipit farlouse (Anthus pratensis) : une 10aine levés en bas dans les herbes, 2 en haut.
Pipit maritime (Anthus petrosus) : 3 dans les cailloux au bord de l’eau.
Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) : +/- 6 longeant la falaise et en mer.
Sternes arctiques (Sterna paradisaea) : +/- 35 à la colonie, avec quelques jeunes volants.
Tournepierre à collier (Arenaria interpres) : +/- 7 en berge.

Nous prévoyons d’aller à Vardø le lendemain, nous commençons la route. En passant à Kiberg on emprunte un chemin qui passe sur les hauteurs, où nous photographierons un Lièvre variable (Lepus timidus). On verra aussi 7 Pluviers dorés farouches et des Grands gravelots. Il fait presque nuit.

Juste au bord de la route, d’abord tapis au sol.

Puis réalisant qu’il était repéré, s’éloigne et nous regarde avant de disparaitre derrière les rochers.
Nous arrivons finalement à Vardø, et juste avant de prendre le pont une Buse pattue passe juste devant le pare-brise. Elle ne s’arrêtera pas.

12 commentaires sur “Scandinavie 2018 : Ekkerøy 06 août”

      1. Non, pas de linotte à bec jaune (je n’en ai vu qu’une fois à Runde), faucon juste pèlerin et je pense émerillon (mais pas sur Ekkeroy) et les eiders que à duvet. Après je n’ai pas de longue vue, il y avait beaucoup de groupes sur l’eau que je n’ai pas pu déterminer car bien trop loin même aux jumelles :s La fois où j’ai vu le gerfaut, je crois que c’était vraiment un sacré coup de chance ^^

Laisser un commentaire