Domaine du Grand Castélou 28 janvier 2018

Après avoir passé un samedi sous la pluie, il est grand temps d’aller chercher un peu de soleil. Pour cela, direction le Domaine du Grand Castélou, près de Narbonne. Cet espace protégé des 160 hectares est la propriété du Conservatoire du Littoral depuis 1984. Ce site a été dans son ancienne vie salines, puis domaine viticole et enfin rizières. Un système hydraulique puisant dans le canal de la Robine permettait d’inonder volontairement les parcelles pour lutter contre la salinité du sol et rendre les terres exploitables. Aujourd’hui l’agriculture n’est plus dans une grande partie du site, et les roselières, prés salés et sansouires ont repris possession des lieux. Plus de 150 espèces d’oiseaux y ont été recensées, dont 36 nicheuses.
En hiver il est possible d’observer entre autres fauvettes mélanocéphale et pitchou, busard des roseaux et saint-martin, panures à moustaches, rémiz penduline, lusciniole à moustache, bruant des roseaux, divers canards (tadornes, chipeaux, colverts, sarcelles d’hiver), pipits farlouses et spioncelle, cochevis huppé, cigognes blanches et parfois noires.

En arrivant au parking, un faucon crécerelle se chauffe au soleil sur le bâtiment. Il se laisse photographier depuis la voiture (pour une fois !).

Direction les sentiers de promenade, en partie inondés (les bottes auraient été les bienvenues !). Et le bâtiment du domaine sur lequel était posé le faucon crécerelle (tout à droite, partie non visible ici).

De ce côté nous longeons la Robine. Deux cigognes sont sur leur nid.

Un plan montre le site ainsi que tout le système hydraulique.

En route maintenant pour l’observatoire qui donne sur une partie de la roselière. Le chemin longe un coup sansouires, un coup roselières. Autour du bâtiment se trouvent moineaux domestiques et étourneaux sansonnets. Puis ce sont des pipits qui sont au rendez-vous ainsi que des bruants des roseaux. Mais ils s’envolent dès que l’on s’approche un peu trop.
L’affût n’est plus très loin. Des panures à moustache se font entendre de loin, mais restent invisibles.

Voici quelques vues depuis l’observatoire. Il fait un temps superbe, et il n’y a pas beaucoup de vent (si si !). Bon la zone est un peu abritée, parce qu’en passant à Narbonne ça soufflait déjà.

Sur la droite de l’image, le domaine. Très joli bâtiment rénové servant aujourd’hui de centre d’accueil pour classes vertes et stages d’écologie, de ferme pédagogique, gestion des milieux naturels et agriculture respectueuse de l’environnement.


Au-dessus de la roselière, plusieurs busards patrouillent.

D’abord des busards des roseaux.

Puis des busards saint-martin. D’abord à grande distance. Puis en patientant, une femelle est arrivée de nulle part et est passée juste devant l’affût !

Elle fait du vol stationnaire à quelques endroits avant de continuer sa route.

Quelque temps plus tard, c’est un mâle de la même espèce qui passe juste devant ! Lui par contre n’a pas fait de tours et ne s’est pas éternisé.

Quelques bruants des roseaux faits depuis l’affût.

Sur l’eau se trouvent quelques colverts et ce groupe de canards chipeaux.
Nous sortons de l’affût.

La journée est bien entamée et les températures se sont réchauffées. Au bord du chemin, nous observons 4 rainettes méridionales !

Un joli groupe d’une quarantaine de cigognes blanches passe.

Nous quittons cette zone pour nous balader un peu plus loin. Le faucon crécerelle est sous la grange.
Dans l’autre zone, pas trop d’images, quelques observations de tadornes, flamants roses, goélands leucophées, mouettes rieuses, chevalier culblanc et canards colverts. Un pic épeichette volait d’arbre en arbre.

3 commentaires sur “Domaine du Grand Castélou 28 janvier 2018”

Laisser un commentaire