Scandinavie 2017 : Hornborgasjön 14 août

Ce matin, le soleil est au rendez-vous. On se dirige vers l’affût des balbuzards.

En chemin, je photographie cette bergeronnette grise.

On arrive dans l’affût, avec un vent frais de face (la veille il n’était pas de face mais bien de dos dans ce même affût, erreur d’écriture). Donc là il fait beau mais très froid quand même !

Cette fois comme il y a du soleil je peux photographier la petite famille de fuligule morillon, même de loin ça rend pas trop mal.
Un premier balbuzard arrive, il fait quelques tours, une descente mais sans plongeon et repars aussitôt. Un deuxième arrive, plonge puis repars avec un poisson.

Un deuxième arrive, tourne un peu, plonge lui aussi mais bien plus loin.

On fait un petit tour dehors pour se réchauffer au soleil et photographier une hirondelle rustique au passage.
De retour en affût, c’est reparti avec un autre balbu. Cette fois un peu plus proche.

Il tourne un moment.

Puis plonge !

Loupé. Notez le petit poisson qui s’enfuit au sautant hors de l’eau, et que je n’avait pas remarqué avant de sortir les photos.
Il se remet de suite en chasse.
Plonge rapidement.

Pêche réussie ! Il repars avec son poisson, de dos.
Ça se calme un peu, on observe d’autres balbus mais sur le grand lac, au loin. On décide d’aller dans l’affût d’en face, où on en verra deux autres mais de très loin aussi.

En retournant direction la voiture, un dernier tourne pas trop loin.

On reprend ensuite la route du sud, en passant par le parc où on avait vu tous les choucas. Là bas aussi, on verra un balbuzard pêcheur. Bon juste de passage, il n’a quand même pas pêché au bord du parc, faut pas pousser non plus ! Même si je suis sûre que cela peut parfois arriver.

Nous croisons rapidement des moineaux domestiques.

Et les choucas tant attendus sont bien là !

Des airs de marcheur blanc, pour ceux qui connaissent. Je précise que je n’ai pas retouché d’un poil le bleu !

On continue ensuite la route en direction de Getterön. Je mettrais la carte de l’endroit au prochain article. Il ne fait pas encore tout à fait nuit, on fait un petit tour. Il y a toujours autant d’oies, bernaches du Canada, nonnettes et oies cendrées. Il y a aussi énormément de grues, des vanneaux et autres limis. Tout ca dans les grands prés à perte de vue jusqu’à la mer ! Il y a également un grand dortoir d’étourneaux dans les haies. Sur le chemin du retour, je photographie ce canard chipeau.

Laisser un commentaire