Scandinavie 2017 : Ekkerøy 05 août

Nous prenons le sentier qui mène sur la falaise au petit matin.

On croise pas mal de traquets motteux en route. Les mouettes tridactyles volent un peu partout, elles sont bien là ! On est de suite dans l’ambiance avec leurs cris.

Il ne fait pas si mauvais que ça, quelques éclaircies pointent le bout de leur nez.

Il y a encore pas mal de jeunes sur les nids.
Certaines s’élancent dans les airs, poussant des cris toujours en tirant la langue et en plissant les yeux.
Il y a parfois quelques prises de bec !
J’ai coupé le haut de l’aile d’une des deux mouettes sur cette photo, dommage !

Petite sieste au bord du vide.

Ici avec un jeune. Les nids sont vraiment installés dans des endroits étroits, à l’abri des prédateurs.

Des goélands arpentent le bord de la falaise, scrutant la moindre chose qu’ils pourraient se mettre sous le bec. Plus bas nous en verrons manger un cadavre de mouette. Il y en a tellement concentrées ici, que les pertes sont inévitables. Ici un goéland argenté. 6 ou 7 grands corbeaux longent également la falaise, ainsi que quelques pygargues mais eux ne s’approchent jamais de nous.

Les falaises sont bien fleuries.

Les goélands continuent d’aller et venir, ici un goéland marin.
Paysage de la falaise.

Il y a parfois de grandes discussions entre les nicheurs voisins ! Même ceux de l’étage du dessus veulent se mêler à la conversation.

Tous les étages sont occupés.
Quelques jeunes s’entrainent au vol.
Celui-ci est encore bien trop petit !
D’autres prises de becs.

Il y a quand même plus de jeunes poussins que l’année dernière.
Un cormoran huppé est installé parmi les mouettes.

Très bien entouré !

Un adulte arrive pour le ravitaillement. Il y a un troisième cormoran que l’on aperçois sur la gauche, surement le jeune.

Il ne tarde pas à repartir à la pêche. Il rejoint la mer en compagnie de guillemots à miroir.
Un jeune passe en vol, reconnaissable à son œil sombre.

Les tridac’ continuent à se donner en spectacle ! Succès garanti.

Plus loin nous croisons un autre cormoran.
Nous arrivons finalement au bout de la presqu’île, fief des labbes parasites.

Il y a également quelques jeunes.

Celui-ci est un peu plus sombre.

On lève un lièvre variable, qui était parmi les rochers. Il disparait à vitesse grand V !Un groupe de harles bièvres passe en vol.

Un petit groupe de sternes arctiques vole au-dessus de la plage rocheuse. Elles viennent nous inspecter de près !

Un bécasseau variable fait la sieste sur cette plage. Ce n’est même pas la peine d’essayer de s’en approcher, les sternes gardent très bien la zone !

Ce goéland argenté qui passait par là en a fait les frais.
Plus loin nous tombons sur un autre couple de labbe parasite.

Un des deux adultes est de forme claire.

Tout d’un coup les deux s’envolent à toute allure. Ils ont repéré un grand labbe qui passait par là ! Ce dernier n’est pas resté longtemps dans les parages.

Nous faisons demi-tour, je ne peux m’empêcher de photographier les mouettes en chemin.

Les grands corbeaux ont fait plusieurs passages tout au long de la journée. Ils bifurquent dès qu’ils nous voient, mais celui-ci est passé devant.Dernière série de tridac’.

Deux jeunes poussins qui ont encore quelques restes de duvet.

Dans les fleurs.

Nourrissage des jeunes.

Atterrissage non sans bruit !

D’autres prises de bec.

Dernier regard depuis le haut de la falaise. C’est toujours aussi plaisant de revenir ici, on ne s’en lasse pas.

Pendant le déjeuner (on a un peu trainé là-haut, il est quand même 17h !) je regarde vers la mer. Je vois un souffle au loin ! Je m’approche le plus possible et scrute la mer. Il y a au moins deux baleines, qui viendront respirer régulièrement. C’est quand même très très loin. Ce sont certainement des petits rorquals, appelés aussi baleine de Minke ou rorqual à museau pointu. Il me semble que c’est une espèce très courante ici.


Nous nous dirigeons ensuite près du port, où nous avons vu pas mal de sternes arctiques. Elles se perchent sur les câbles et les lampadaires.

Sur les berges nous voyons deux hareldes boréales.

Pas très coopératives !Il y a également des eiders à duvet, ainsi que des huitriers pies et des grands gravelots.

Nous photographions quelques sternes, elles font des va et vient dans les algues et sur les rochers, se font des offrandes, font du sur place au-dessus de nos têtes pour nous analyser. Parfois le groupe entier s’en va en silence à toute allure au-dessus de l’eau, puis revient tranquillement.

Il y a quelques jeunes dans le groupe.

Sur la plage d’algues un groupe de goélands argentés se repose. L’un d’eux est bagué. Après quelques recherches sur le site Ringmerking, il semblerait que ce goéland ait été bagué à Ekkerøy en juillet 2010 alors qu’il était déjà adulte.

Deux poussins se cachent dans les algues un peu plus loin. Nous ne nous approchons pas trop pour ne pas les affoler. Vu les cris et les survols des goélands cendrés ainsi que la petite taille des jeunes, je pense qu’ils appartiennent à cette espèce.

On prend ensuite la route en direction de Vardø. Nous essaierons d’aller sur Hornøya demain ! Après s’être garés là où nous passerons la nuit, ce jeune traquet motteux est venu se percher sur un phare de la voiture ! La qualité est très moyenne, photo faite à la tablette, pas de lumière et à travers le pare-brise.

10 commentaires sur “Scandinavie 2017 : Ekkerøy 05 août”

Laisser un commentaire