Aller au contenu

Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo)

Publié le 10 juin 2015

Dernière mise à jour il y a 5 mois

Caloptéryx viergeIdentification : Le Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo) est le plus grand et le plus sombre des caloptéryx avec les ailes presque entièrement bleu cobalt chez le mâle, verdâtres à ivoire transparent chez la femelle. Les mâles sont bleus, les femelles vertes brunâtres. Les ailes de ces dernières sont généralement plus larges et plus brunes que celles des autres Caloptéryx. Les ailes de l’espèce, surtout les postérieures du mâle, sont plus grandes que chez les autres caloptéryx.

Taille : 45 à 49mm de long, 48 à 72 mm d’envergure.

Habitat : Il préfère les cours d’eau plus rapides et plus frais que les autres espèces, souvent de petite taille, plus ombragés ou plus élevés. Les ruisseaux boisés sont l’habitat typique.

Répartition géographique : Il est localement commun. Il atteint le Caucase à l’Est. Il est absent de vastes régions méridionales et de nombreuses îles.

Espèces semblables :
Le Caloptéryx éclatant (Calopteryx splendens) mâle a la moitié basale et l’apex des ailes hyalins. Seule une sous-espèce de Turquie (intermedia) peut lui ressembler avec la tache bleue des ailes qui atteint l’apex et démarre à mi-chemin entre la base de l’aile et le nodus. Dans ce cas, la couleur du catadioptre permet de trancher, celui de C.splendens est jaunâtre alors que celui de C.virgo est rougeâtre. Les femelles ont les ailes moins larges dans leur partie médiane, ces dernières sont presque transparentes, les cellules des ailes sont moins nombreuses, la nervation parait plus aérée.
Le Caloptéryx occitan (Calopteryx xanthostoma) a la moitié basale des ailes hyaline (la tache bleue s’étend rarement au-delà du nodus). Les femelles ont le ptérostigma placé plus près de l’apex de l’aile, les sutures inférieures du thorax sont généralement plus largement marquées de jaune.
Le Caloptéryx hémorroïdal (Calopteryx haemorrhoidalis) mâle est de couleur rouge sombre, la femelle se reconnaît à la bande sombre apicale des ailes postérieures et à leur fines bandes antéhumérales claires.

Sources :
Guide des libellules de France et d’Europe, Les guides du naturaliste
Libellules des Mauges et du monde (meslibellules.fr)

2022

2015

Laisser un commentaire