Aller au contenu

Adelphocoris quadripunctatus

Publié le 17 juillet 2022

Dernière mise à jour il y a 3 semaines

Fabricius, 1794

Cette punaise vivant sur les orties a le corps recouvert d’une fine pilosité noire

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Cimicomorpha
Super famille : Miroidea
Famille : Miridae
Sous-famille : Mirinae
Tribu : Mirini
Genre : Adelphocoris
Espèce : Adelphocoris quadripunctatus

Difficulté de détermination

Statut de conservation

Non évalué

Identification

Adelphocoris quadripunctatus a un corps allongé de couleur verdâtre, tirant plus ou moins sur le brun ou le gris, recouvert de poils noirs mêlés aux poils clairs. La tête et le thorax sont généralement d’un vert plus vif. Le pronotum est orné de 4 points noirs d’intensité variable, parfois seulement 2, parfois aucun. Les cories possèdent une ligne longitudinale brune plus ou moins large en leur centre. L’écusson est uniforme ou avec une unique ligne médiane longitudinale brune. Les antennes sont longues, les articles 3 et 4 aussi épais que l’article 2. Elles sont verdâtre à brunâtres, l’article 2 plus sombre à l’apex, les articles 3 et 4 pâles à la base. Les pattes sont longues, particulièrement la 3ème paire. Les fémurs sont tachetés de brun, et les tibias épineux, les épines aussi longues ou plus longues que la largeur du tibia. Les yeux sont grands. Le rostre est long, atteignant les coxa 3.
• La larve ressemble à l’adulte mais est plus verte, les hémélytres étant réduits et laissant apparaitre l’abdomen bien vert. Les poils noirs sont présents.
• Les yeux sont un peu plus rapprochés chez le mâle que chez la femelle (les chiffres sont : vertex 1 à 1,33 fois chez le mâle, 1,5 à 1,67 fois chez la femelle plus large que l’œil).

Plusieurs sous-espèces ont été décrites en fonction de l’étendue des anneaux pâles des articles 3 et 4 des antennes :
• La sous-espèce type, dont ces anneaux sont 2 fois plus longs que l’épaisseur des articles. On la trouve en Europe boréale et en Sibérie.
• La sous-espèce innotatus, qui est la seule présente en France, dont ces anneaux pâles sont aussi longs que l’épaisseur des articles. Cette sous-espèce peut être séparée en 3 formes de coloration : var. typica (pronotum sans taches noires), var. communis (pronotum avec 4 taches noires), var. despoliata (pronotum avec 2 taches noires).
• La sous-espèce uniannulatus ne possède pas ces anneaux pâles. On la trouve en Espagne.
• La sous-espèce hercynicus a ces anneaux pâles plus longs que l’épaisseur des articles (ne correspondrait-elle pas à la sous-espèce type ?).

Autres noms

Adelphocoris annulicornis.

Étymologie

• En grec, « adelphós » signifie « frère » et « koris » signifie « punaise ».
Quadripunctatus vient du latin « quatuor » qui signifie « quatre » et « punctum » qui signifie « point », en référence aux quatre points sur son pronotum.
• Son ancien nom d’espèce, annulicornis, vient du latin « annularis », « relatif à un anneau » et « cornis » qui signifie « corne, antenne », en référence à l’aspect annelé des antennes créé par la base claire des articles 3 et 4.

Taille

8,1 à 10,4mm pour le mâle, 7,4 à 9,8 mm pour la femelle.

Habitat

Prairies, jachères, bords de routes, clairières et lisières de forêts, de préférence dans des milieux plutôt humides, de 0 à 1200m.

Répartition géographique

Période d’observation

Une génération par an.

Hivernation

Œufs

Œufs

Ils sont pondus dans les tiges d’orties à l’aide de l’ovipositeur de la femelle.

Plantes hôtes

Orties (Urtica), peut parfois être trouvée sur d’autres plantes. Elle a été notée sur le Pois vivace (Lathyrus latifolius) et le Groseiller à grappes (Ribes rubrum). Se rencontre probablement sur d’autres Fabacées.

Réseau trophique

Ces punaises sont à l’état adulte des consommateurs primaires, se nourrissant des végétaux (=producteurs primaires). Elles assimilent la matière organique créée par les plantes, avant de la transmettre à leur insu à leurs prédateurs lorsqu’elles se font manger. Elles servent de nourriture à beaucoup d’autres insectes, aux araignées et aux oiseaux.
Les larves peuvent être prédatrices et se nourrir de pucerons, de psylles et autres petits invertébrés.

Régime

Les adultes sont phytophage, les larves se nourrissent aussi d’autres insectes comme les pucerons.

Espèces semblables

Les deux plus proches sont :
Adelphocoris lineolatus est la plus ressemblante. L’absence de pilosité noire sur le corps reste le meilleur critère pour l’éliminer. Le pronotum possède soit 2 taches noires, soit aucune. Lorsque le scutellum est orné d’une ligne sombre centrale, cette dernière est double.
Closterotomus norwegicus est assez similaire, car la coloration générale est semblable et elle possède également des poils noirs sur le corps. Chez elle, les articles 3 et 4 des antennes sont plus fins que l’article 2. Les épines du tibia 3 sont plus courtes que la largeur du tibia. Elle possède 2 taches noires sur le pronotum ou aucunes. Lorsqu’elles sont présentes, ces deux taches semblent plus rapprochées l’une de l’autre que chez A. quadripunctatus.
Closterotomus trivialis est plutôt de couleur brune ou grise, mais peut éventuellement être verdâtre. Elle a les mêmes caractéristiques que celles listées ci-dessus pour C. norwegicus, sauf qu’en plus elle ne possède pas de pilosité noire sur le corps.
• Certaines Calocoris peuvent être ressemblantes, mais elles sont d’un vert plus vif et plus uniforme, et leur corps a une forme un peu plus élancée.
• Les genres Lygocoris et Orthotylus sont également d’un vert assez uniforme et ne possèdent pas de poils noirs.
• Certaines femelles pâles de Stenotus binotatus peuvent lui ressembler un peu, mais ses articles antennaires 2, 3 et 4 sont plus fins et les taches noires de son pronotum, au nombre de 2, sont plus allongées longitudinalement.

En France, nous avons 7 espèces d’Adelphocoris. A. quadripunctatus est la seule à posséder cette pilosité noire mélangée aux poils clairs. Parfois, les autres peuvent avoir quelques poils brunâtres, mais rien à voir avec les poils noirs de A. quadripunctatus. Il faut varier les angles pour les voir, car selon l’incidence de la lumière ils sont plus ou moins visibles.
En ce qui concerne les autres espèces (voir plus haut pour A. lineolatus), qui n’ont pas vraiment le même type de coloration :
Adelphocoris detritus est de couleur générale brunâtre, avec des pattes plus sombres. Je ne trouve pas grand chose sur cette espèce.
Adelphocoris ticinensis est de couleur rouge brunâtre, plus rarement verdâtre à marques rouges. Ses antennes sont rougeâtres unicolores. On la trouve dans des milieux humides.
Adelphocoris vandalicus est de couleur plutôt beige à orangée ; la base du pronotum possède un anneau noir ; l’article 2 des antennes est un peu épaissi à l’apex, apex qui est noir ; les articles 3 et 4 des antennes sont noirs à base pâle.
Adelphocoris seticornis et Adelphocoris reicheli ont une coloration générale très sombre, en grande partie noirâtre.
Attention car d’autres espèces appartenant à d’autres genres peuvent ressembler aux Adelphocoris cités ci-dessus (je pense à ceux dont la coloration est bien différente de A. quadripunctatus).

Sources

Le Monde des insectes
Hétéroptères Miridae (faunedefrance.org)
British Bugs
Miridae.dk
Plant Parasites of Europe
Insektarium
Punaises dans la région de Ruhr
Naturbasen
INPN
GBIF

2022

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :