Aller au contenu

Chelifera sp

Dernière mise à jour il y a 2 semaines par tifaeris

Ces petits diptères des bords de rivières sont des prédateurs, ils se servent de leurs longues pattes avant pour saisir leurs proies. Les larves sont aquatiques et prédatrices également.

Ordre : Diptera
Sous-ordre : Brachycera
Infra-ordre : Asilomorpha
Super famille : Empidoidea
Famille : Empididae
Sous-famille : Hemerodromiinae
Tribu : Hemerodromiini
Genre : Chelifera
Espèce :

Difficulté de détermination du genre

Difficulté de détermination des espèces

Statut de conservation

Non évalué

Identification

Les diptères du genre Chelifera on un corps fin et allongé. Leur première paire de pattes à la coxa très allongé et le fémur élargi. La nervation est utile pour l’identification. La cellule discale est présente, le veine r4+5 bifurquée et la cellule anale est deux fois plus courte que la seconde cellule basale.
Les mâles ont l’extrémité de l’abdomen plutôt arrondie, avec plusieurs appendices dont la forme permet de différence les espèces.
Les femelles possèdent un ovipositeur pointu à l’apex de l’abdomen.

Les espèces sont très complexes à identifier, en particulier les femelles. Il existe une clé pour les espèces du Royaume-Uni (14 espèces). Dans cette clé, les spécimens noirs n’appartiennent qu’à deux espèces. Sinon, pour identifier les autres, tout ce qui peut être utile est : une vue rapprochée des côtés du thorax, le dessus du thorax également, une bonne vue des antennes, du dessus et du profil des appendices génitaux des mâles, du stigma de l’aile, du dessous du fémur 2. Pour les femelles, la coloration de l’abdomen peut aider (idéalement il faudrait une vue de dessus et de côté).

En France, nous avons 18 espèces (INPN). Il en existe 79 à travers le globe (YANG et AL. 2007, WANG et AL 2014), 89 selon Wikipédia. La plupart sont distribuée dans la zone Paléarctique.

Taille

3 à 6 mm de long.

Habitat

Près des ruisseaux et des rivières, principalement dans les régions montagneuses. On les observe souvent sur le feuillage et les pierres.

Répartition géographique

Incomplète

Larve

Elle est aquatique en eau douce et de forme allongée.

Régime

Les adultes sont prédateurs et se nourrissent d’autres petits insectes. Les larves sont elles aussi prédatrices et se nourrissent de larves de chironomes et de larves de simulies.

Genres semblables

J’ai photographié l’individu présenté ici en Norvège, la liste suivante est donc valable pour ce pays mais reste à vérifier/compléter pour les autres.
Les genres Phyllodromia, Metachela et Hemerodromia n’ont pas de cellule discale.
Le genre Chelipoda n’a pas la veine r4+5 bifurquée.
Le genre Bergenstammia a la cellule discale plus longue et la cellule anale est aussi longue que la seconde cellule basale.
Les autres n’ont pas la première paire de pattes aussi allongée.

Sources

Key Empididae genera Mike Hackston (2015)
Genus Chelifera
Fauna Europaea
A new species of Chelifera Macquart, with a key to the species from China (Diptera: Empididae)
• New records of the rare species Chelifera aperticauda Collin, 1927 (Diptera: Empididae: Hemerodromiinae) from Poland
(PDF) Two new species of Chelifera Macquart from China (Diptera: Empididae)
INPN
GBIF

2021

Pour cet individu qui est une femelle, j’ai essayé la clé des espèces du Royaume-Uni sans succès. D’après FE, il y aurait 6 espèces en Norvège, dont une (C. frigelii) ne figurant pas dans la clé. Cette femelle n’étant pas noire, l’identification est plus ardue. Je n’ai pas de très bonne vue des antennes et n’ai pas assez d’expérience pour apprécier les subtilités de la coloration abdominale, et en plus il y a cette C. frigelli dont je ne sais rien. Je m’arrête donc au genre.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :