Scandinavie 2018 : Lac Tåkern 29 juillet

Après deux jours de route, nous commençons à faire quelques images en Suède.
Tout d’abord petit déjeuner sur l’aire de repos de Mölletofta.

L’endroit est sympa, arboré et il y a quelques oiseaux. Plusieurs nichoirs sont installés sur les troncs d’arbres, pratique commune en Scandinavie. L’un d’eux est occupé par des frelons.
Une Sittelle torchepot (Sitta europaea) cherche des graines au sol et vadrouille d’arbre en arbre. Elle finit par trouver une grosse graine, de hêtre il me semble

Une Corneille mantelée (Corvus cornix) se balade entre et sur les tables pour voir si elle peut trouver quelque chose d’intéressant.
*Oiseaux observés sur l’aire*
Sittelle torchepot (Sitta europaea) : 2 en recherche de nourriture et vadrouillant dans les arbres.
Corneille mantelée (Corvus cornix) : 1
Pinson des arbres (Fringilla coelebs) : 2 sous les tables de pique-nique cherchant de la nourriture.

sange charbonnière (Parus major) : au moins deux vadrouillant sur l’aire.
Pouillot fitis (Phylloscopus trochilus) : au moins 1 qui chante.

Nous partons ensuite en direction du lac Tåkern, réserve naturelle depuis 1975 et faisant partie de la convention de Ramsar. Il est situé juste à l’est du lac Vättern et a une longueur de 12km pour une largeur de 8km et une profondeur moyenne de seulement 80 cm.

Nous nous dirigeons vers la maison de la nature. En chemin, nous photographions des Sympétrums sanguins (Sympetrum sanguineum). Il y en a vraiment partout, et nous en observerons toute la journée.

Des mâles.

Des femelles.

Puis cette vieille femelle rougissant.

Sur le parking, des nuées de Piérides du navet (Pieris napi) boivent au sol.

Une chenille d’aspect original arpente un tronc d’arbre. C’est une chenille de Psi (Acronicta psi). Vu son attitude, bien active et inspectant toutes les anfractuosités du tronc d’arbre, elle cherche un endroit pour se nymphoser.

Une autre espèce de libellule près du parking, l’Agrion porte coupe (Enallagma cyathigerum).

L’allée menant à la maison de la nature.

Où nous croisons un Merle noir (Turdus merula) qui se laisse photographier Il est bagué.

La maison de la nature est vraiment très chouette. A l’entrée, des dépliants sur les différentes réserves du coins (avec de superbes illustrations !), une belle aquarelle, toute une collection de timbres sur les oiseaux et une petite boutique avec de beaux livres et diverses figurines d’oiseaux en bois.

Derrière, une grande expo sur la faune et la flore de la réserve, avec un coin lecture et un coin observation, une longue vue est installée face à une baie vitrée donnant sur le lac. Beaucoup d’oies et de canards divers sont dessus.

Dans une vitrine, un grand nombre d’oiseaux de la réserve sont représentés en figurine de bois peintes. Certaines sont minuscule, un vrai travail d’artiste.

D’autres figurines plus grandes sont rangées dans des cases accrochées au mur. Le tout face à une console qui permet d’écouter le cri de chaque oiseau. En plus, lorsqu’une espèce chante, sa case s’éclaire. La classe !
Après cette petite visite (l’entrée est libre et gratuite) nous commençons un sentier de balade. Nous nous dirigeons d’abord vers une tour d’observation dans laquelle des hirondelles rustiques nichent. Un panneau sur la réserve est situé au pied de la tour.

Vue sur le lac et la roselière depuis la tour.

Toujours depuis la tour, avec la maison de la nature sur la droite.
Un premier court chemin en planches de bois amène juste au bord de l’eau. Il n’est pas accessible en période de nidification.

Le coin est bien vert et fleuri, je photographie quelques insectes.
Une Petite tortue (Aglais urticae).
Une Guêpe rousse (Vespula rufa), pour une fois un hyménoptère facile à identifier. La Guêpe norvégienne (Dolichovespula norwegica) lui ressemble mais les taches rousses des premiers segments abdominaux sont bien plus petites. Là, les segments sont bien roux, aucun doute sur l’identification. C’est une espèce avec un assez bon caractère pour une guêpe, elle se laisse facilement observer et photographier, et d’après ce que j’ai pu lire, même à grande proximité du nid elle n’attaque pas. Nid souterrain, généralement dans un ancien trou de micro-mammifère.
Nous prenons ensuite un autre chemin, toujours fait de planches de bois, menant à un observatoire dans la roselière.
Ces arbres ont pris une drôle de forme. Peut-être à cause du vent. En tout cas je trouve l’endroit très photogénique.
Nous passons un canal rejoignant une petite mare où se trouve une barque. Le perchoir idéal pour cette Corneille mantelée (Corvus cornix) !
Depuis l’observatoire, nous voyons pas mal de Busards des roseaux (Circus aeruginosus), ainsi que des oies cendrées et des bergeronnettes grises. Un peu loin pour la photo par contre.

Sur le retour, nous faisons une halte sur le chemin de bois. Ces forêts de bouleaux sont vraiment superbes. Et puis il fait beau ! Mieux vaut faire une cure de soleil avant la suite du voyage.
Dans l’herbe sur le côté, se trouve un mâle Leste fiancé (Lestes sponsa). Il ressemble beaucoup au Leste dryade (Lestes dryas), mais pour le mâle le fiancé a le deuxième segment abdominal entièrement pruineux (pas de pruine sur le tiers apical du même segment chez le dryade) et les cerques sont droits à pointe étroite (courbés l’un vers l’autre à extrémité élargie chez le dryade). Pour les cerques, cela ne se voit pas très bien mais on les voit bien fins sur toute la longueur sur une des images (plus une de Christophe bien en vue de dessus). Pour la pruine c’est moins évident, elle a déjà commencé à s’estomper, notamment à l’apex du 2ème segment. Mais c’est aussi le cas à la base de ce même segment, et sur l’apex on peut distinguer des restes de pruine. D’après la carte les deux espèces seraient présentes ici, mais le leste fiancé remonte plus vers le nord que le leste dryade qui ne serait pas présent au-dessus du lac Vättern (sauf à l’extrême ouest du pays où il remonte un peu plus).

Les ombellifères au bord du chemin attirent un grand nombre de grosses tachinaires. Ce sont des Tachina fera. Distinguable de Tachina magnicornis grâce au tarse 1 plutôt brun roux que noir et à la bande noire abdominale terminée en pointe et non élargie sur le tergite 5. Il existe aussi une autre espèce, Tachina praeceps, qui ne possède que 2 soies intra-alaires post suturales là où les deux autres espèces en ont 3 (voir la fiche espèce en cliquant sur le nom pour un peu plus de précisions sur l’emplacement de ces soies). Les larves de cette mouche sont endoparasites de chenilles de papillons, notamment de noctuelles.

Le chemin plait énormément aux Lézards vivipares (Zootoca vivipara) qui se chauffent sur les planches. C’est ma première rencontre avec cette espèce, ils sont très jolis.
Un jeune, plus sombre.
Puis des adultes à la jolie robe ocellée (tous les individus ne possèdent pas autant d’ocelles sur le dos).

De retour à la grande tour, nous observons plusieurs Bergeronnettes grises (Motacilla alba), dont une qui a attrapé un sympétrum.

*Oiseaux observés autour du lac Tåkern*
Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) : 1 passant avec un poisson dans les serres.
Bergeronnette grise (Motacilla alba) : Assez nombreuses (plusieurs dizaines) surtout aux alentours de la maison de la nature. Également une depuis l’observatoire situé dans la roselière.
Bernache du Canada (Branta canadensis) : 2 en passage en vol depuis la maison de la nature.
Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) : 5 environ dans la roselière.
Busard des roseaux (Circus aeruginosus) : Au moins 5 en vol au-dessus des roseaux, vus depuis l’observatoire mais aussi depuis la maison de la nature.
Choucas des tours (Corvus monedula) : Une bonne 40 aine sur le toit d’un hangar dans une ferme en bordure de réserve.
Corneille mantelée (Corvus cornix) : 1 sur la barque avant l’observatoire.
Cygne tuberculé (Cygnus olor) : Sur le lac Tåkern, je n’ai pas noté la quantité, de mémoire 4-5.
Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris) : Une 20aine dans la végétation autour de la mare de la corneille mantelée.
Foulque macroule (Fulica atra) : Une bonne 30aine en compagnie des oies cendrées sur le lac.
Hirondelle rustique (Hirundo rustica) : Plusieurs dizaines, adultes et jeunes, autour et dans la grande tour d’observation où elles nichent.
Merle noir (Turdus merula) : 1 mâle sur le chemin en allant du parking à la maison de la nature.
Oie cendrée (Anser anser) : Une bonne 50aine sur le lac.
Panure à moustache (Panurus biarmicus) : Seulement entendues dans les roseaux.
Pinson des arbres (Fringilla coelebs) : 1 autour des tables de pique-nique sur le parking, et d’autres entendus ça et là dans les bois.
Sterne caspienne (Hydroprogne caspia) : 1 pêchant sur le lac.

La journée a été bien remplie malgré le peu d’images d’oiseaux, quelques obs sympas et les insectes et les lézards nous ont bien occupés !

12 commentaires sur “Scandinavie 2018 : Lac Tåkern 29 juillet”

Laisser un commentaire