Canet-en-Roussillon 12 mai 2018

Entre deux articles du delta de l’Ebre, résumé de la sortie en mer d’hier.
C’est tôt le matin que nous partons en mer aujourd’hui. En effet, la météo se dégradant sérieusement en fin d’après-midi, le départ se fait à 7h30 au lieu de 9h. Le temps est brumeux et la mer très calme.

Nous ne tardons pas à rencontrer quelques macareux moines. Ils ne sont pas encore tous repartis en direction de leurs zones de reproduction.

Un petit groupe de grands dauphins est repéré. Ils sont 4, assez discrets.

Ils n’ont visiblement pas trop envie de jouer avec le bateau, on finit par continuer notre route en direction du canyon.
Nous croisons sur le chemin une tortue caouanne. Elle a plongé assez rapidement, je l’avais dans le viseur et attendais qu’elle respire pour faire la photo, ce qu’elle n’a pas fait. Dommage !
Les poissons-lunes, eux, sont plus sympas ! Il faut dire qu’ils sont aussi bien plus nombreux. C’est le plus lourd (mais pas le plus long) poisson osseux du monde (les raies et les requins étant des poissons cartilagineux).

Celui-ci fait la galette, on peut bien l’observer lorsqu’il est ainsi couché sur le côté. Quand il est dans cette position, il n’est pas rare de voir des goélands le picorer, non pas pour manger des bouts de ce poisson, mais plutôt les parasites qui sont sur sa peau.

Il finit par se redresser pour se remettre à nager.

Un rorqual commun est finalement repéré au loin. On s’en approche doucement.

Ici il est en train de sonder, courbant son corps en faisant presque sortir sa nageoire caudale hors de l’eau. Mais c’est assez rare de voir la queue des rorquals communs à la surface.

Nous avons pu l’observer un moment, on entendait très bien son souffle.

On voit bien sur cette photo les deux évents, caractéristique des Mysticètes ou baleines à fanons, là ou les Odontocètes ou baleines à dents n’en ont qu’un.

Un puffin certainement yelkouan vu le contraste entre le dessus et le dessous du corps passait par ici.

Nous finissons par laisser la baleine et continuons de naviguer. Un doublé de nageoires suspect est ensuite repéré. C’est un requin pèlerin ! Tout le monde retient son souffle alors que nous nous en approchons.

On voit bien la grande nageoire dorsale et le haut de la queue qui dépasse de l’eau.
De profil.

De plus en plus près…
On lui voit le bout du museau, signe qu’il est en train de filtrer l’eau pour se nourrir. En effet ce requin se nourrit de plancton. C’est une grande espèce, celui-ci mesurait dans les 6m, mais il peut atteindre 12m de long !

On voit bien la texture de la peau ici.
Sur cette image on voit que la dorsale est souple.

Il était déjà très proche, mais le voilà qui se tourne en direction du bateau ! On peut apercevoir l’intérieur de la bouche, blanc, par transparence.

Puis il fait demi-tour.

Et bien ça c’est de l’observation ! On en attendait pas tant, tout le monde est ravi ! Bon niveau photo, avec le 300 c’était assez limite pour le coup… Faut vraiment que je trouve un objectif plus polyvalent adapté à ce genre de situations.
Nous continuons de naviguer avec une météo qui change petit à petit. Le ciel se dégage, mais le vent se lève.

Nous continuons à croiser d’autres poissons lune, la surface de l’eau est différente avec le vent.

Et bien voilà une journée bien remplie ! Niveau oiseaux, nous avons vu océanite tempêtes, puffins yelkouans, des Baléraes, de Scopoli, des macareux moines, deux tadornes de belon, des hirondelles rustiques, des passereaux migrateurs (surement des pouillots), deux tourterelles des bois et des goélands leucophées.
Pour ceux qui veulent faire des croisières avec Découverte du vivant, c’est par ici : https://www.decouverteduvivant.org/
Personnellement, je conseille vivement, car en plus de voir des représentants du large que nous n’avons pas l’habitude d’observer, l’équipe est très sympa et pédagogue et nous en apprenons beaucoup sur tous ces animaux.

6 commentaires sur “Canet-en-Roussillon 12 mai 2018”

Laisser un commentaire