DDO 28 avril 2018

Petit compte-rendu de la sortie DDO de samedi. C’est très rapidement que je sors le macro car je croise ma première phalène picotée de l’année ! C’est un mâle, avec ses antennes plumeuses.

En affût je fais tout de même quelques oiseaux. Un couple d’échasses blanches est sur place, et ne tarde pas à s’accoupler !

Nous assistons au rituel classique, la femelle solicite le mâle en tendant son cou a ras de l’eau et en éclaboussant avec son bec, le mâle intéressé l’éclaboussera à son tour en se plaçant à côté d’elle. Il alternera les éclaboussures avec un lissage de plumes, plusieurs fois, en changeant de côté régulièrement.

On reconnait le mâle de la femelle grâce à la couleur des plumes du haut du dos, brunes chez la femelle et noires à reflets verdâtres chez le mâle.
Cela fait quelques temps que les sternes pierregarins sont arrivées au domaine. Mais je n’avais pas encore eu l’occasion de les photographier. C’est chose faite ! L’une d’entre elles s’est posée non loin de l’affût, pas très longtemps mais suffisamment.

Une bergeronnette grise prendra sa place un peu plus tard.
Dans les anfractuosités du mur du restaurant à côté du musée, les moineaux domestiques sont installés.
Passage définitif à la macro pour la suite de la journée.

Une jolie Micrommata ligurina sortie des toilettes publiques, et photographiée avant d’être remise dehors. La présence du point noir sur le céphalothorax permet d’éliminer sa cousine, Micrommata virescens. Cette araignée chasse à l’affût dans les plantes basses, un peu comme la pisaure.

En bordure de chemin, un argus vert appelé aussi thècle de la ronce.

Là aussi il existe une espèce très ressemblante, mais normalement absente d’Ariège. Le thècle de l’arbousier, présent dans les départements méditerranéens. Ce dernier a les yeux cerclés de roux et non de blanc.

Un coléoptère que j’aime bien, je trouve qu’il a bonne tête : le téléphore moine.
Un petit vert très commun en ce moment, Polydrusus prasinus.

Très commune également, la punaise nébuleuse.

Voici les insectes qui font les fameux crachats de coucou, les cercopes intermédiaires (tous les cercopes le font). En réalité cette substance ressemblant à de la salive bulleuse sert à protéger la larve des cercopes. Celui-ci se reconnait à ses genoux roux.

Très colorée mais en même temps très discrète sur fond vert, surtout en vue ventrale, une Araniella. Les espèces de ce genre sont très difficilement identifiables sans examen minutieux des pièces génitales.

Voici un drôle de petit insecte sauteur le centrote cornu, qui se nourrit de sève. En général lorsqu’on le photographie, il se met systématiquement de l’autre côté de la tige ou du brin d’herbe !
Jolie rencontre sur le chemin, un amas de jeunes épeires diadèmes. Les petits ne reste que peu de temps agglutinés ainsi, ils se dispersent assez rapidement.

Autre araignée commune, l’épeire de velours.

Une mouche que je trouve très jolie, la scatophage du fumier. C’est elle la vraie mouche à m… mais elle a tout de même une très jolie fourrure. Cette espèce se reconnait facilement des autres grâce à ses antennes noires (orangées chez ses cousines).
Pour terminer, un coléoptère que j’avais déjà croisé il y a peu. Le morime rugueux. Une femelle, les antennes du mâle sont bien plus longues. Les larves se nourrissent de bois mort.

4 commentaires sur “DDO 28 avril 2018”

  1. Merci de nous permettre de musarder avec vous dans la nature et de nous associer à vos intéressantes découvertes ! C’est un plaisir à chaque fois renouvelé de regarder vos jolies photos accompagnées d’aussi agréables et intructifs commentaires…

Laisser un commentaire