Aller au contenu

Phanéroptère commun (Phaneroptera falcata)

Publié le 5 octobre 2022

Dernière mise à jour il y a 4 mois

Poda, 1761

Cette espèce de sauterelle pond ses œufs dans l’épaisseur des feuilles d’arbustes. Son ovipositeur est un formidable outil pour inciser précisément l’épiderme végétal.

Ordre : Orthoptera
Sous-ordre : Ensifera
Infra-ordre :
Super famille : Tettigonioidea
Famille : Tettigoniidae
Sous-famille : Phaneropterinae
Tribu : Phaneropterini
Genre : Phaneroptera
Espèce : Phaneroptera falcata

Difficulté de détermination

Statut de conservation

Préoccupation mineure à l’échelle européenne et nationale, mais Quasi-Menacé en Poitou-Charentes.

Identification

Le Phanéroptère commun (Phaneroptera falcata) est une sauterelle au corps élancé avec des pattes fines et longues. Ses ailes sont très longues et dépassent nettement les élytres. Les lobes latéraux de son pronotum sont un peu moins hauts que longs. Ses antennes sont longues et fines. Il est de couleur verte finement ponctuée de sombre, avec une teinte brunâtre plus ou moins marquée au bord supérieur des élytres et des ailes, au bord postérieur du pronotum et parfois sur les pattes. Les sternites abdominaux sont verts, à nette bande blanchâtre sur les marges latérales. Les yeux sont bicolores, bruns en haut, verts en bas.
• Le mâle possède deux taches sombres sur l’appareil stridulatoire. Sa plaque sous génitale est élargie à l’extrémité en deux lobes divergents.
• La femelle ne possède pas de taches sombres à la base des élytres. Son oviscapte est anguleux à la base, à fine dentelure sur le bord supérieur, la base du bord inférieur est brune et la base de la lamelle a une sinuosité marquée.

Autres noms

Phanéroptère porte-faux, Phanéroptère en faux.

Étymologie

• « Phaneroptera » vient du grec « phanerós » qui signifie « apparent » et « pterón » qui signifie « aile », en référence à ses ailes dépassant nettement des élytres.
• « Falcata » signifie en latin courbé, en forme de faux.

Taille

12 à 17mm pour le mâle, 15 à 18mm pour la femelle.

Habitat

C’est une espèce thermophile qui apprécie les pelouses sèches buissonnantes bien exposées, les bords de chemins, les anciennes carrières, les bosquets, où on peut la trouver dans les buissons et les arbustes, jusqu’à 1620m.

Répartition géographique

Comportement

Grâce à ses longues ailes, il est capable de voler sur une distance de plusieurs mètres. On l’observe souvent se chauffant au soleil, pattes postérieures étendues.

Période d’observation

Hivernation

Œuf

Chant

Nocturne et crépusculaire, très faible, constitué de notes brèves, discrètes et irrégulières « tsb »

Cycle

Les œufs sont pondus à dans l’épaisseur des feuilles d’arbustes, notamment de prunellier, qui sont scarifiées à l’aide de l’oviscapte denté. Ils éclosent en juin l’année suivante. Les larves mueront 6 fois avant de devenir adultes.

Réseau trophique

Cette espèce est consommée par beaucoup d’autres animaux comme des oiseaux, des araignées et de petits mammifères.

Régime

Il se nourrit essentiellement de végétaux, mais peut également consommer de petits insectes.

Espèces semblables

• Le Phanéroptère méridional (Phaneroptera nana) et le Phanéroptère à larges cerques (Phaneroptera laticerca) sont très similaires. Leur allure générale est un peu plus trapue, avec les élytres un peu moins longs et un peu plus larges. Les fémurs postérieurs sont généralement moins longs à base plus élargie. Les lobes latéraux du pronotum sont aussi hauts que longs ou un peu plus hauts que longs. Les sternites abdominaux sont uniformément verdâtre clair. La plaque sous génitale du mâle est triangulaire, rétrécie et échancrée à l’apex. La femelle a l’oviscapte régulièrement courbé à la base, la base de la lamelle est droite, les dentelures du bord supérieur sont plus fortes et la base du bord inférieur est verte.
• Le Phanéroptère liliacé (Tylopsis lilifoliaa les antennes blanchâtres, les lobes latéraux du pronotum sont rectangulaires à carènes latérales blanches, ses élytres sont plus étroits et ses yeux rayés verticalement de brun plus ou moins sombre.
• La Grande sauterelle verte (Tettigonia viridissima) a des pattes plus épaisses et ses ailes ne dépassent pas des élytres.

Sources

• Cahier d’identification des orthoptères de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.
• Guide des sauterelles, grillons et criquets d’Europe occidentale, Les guides du naturaliste
Caractérisation acoustique des différentes espèces du genre Phaneroptera Audinet-Serville, 1831 en Europe occidentale, et description d’une nouvelle espèce cryptique en France et en Espagne
Les Phanéroptères – www.faune-alsace.org
Wikipédia
Quel est cet Animal ?
Shna-Ofab
European Lepidoptera and their ecology
Portail entomologique de Lorraine
BioAcoustica
Vogelwarte.ch
Orthoptera.ch
INPN
GBIF

2022

Laisser un commentaire