Aller au contenu

Dasycère d’Olivier (Dasycera oliviella)

Publié le 14 juillet 2022

Dernière mise à jour il y a 4 semaines

Fabricius, 1794

La chenille de ce papillon très coloré se nourrit de bois en décomposition

Ordre : Lepidoptera
Sous-ordre : Glossata
Infra-ordre : Heteroneura
Super famille : Gelechioidea
Famille : Oecophoridae
Sous-famille : Oecophorinae
Tribu : Oecophorini
Genre : Dasycera
Espèce : Dasycera oliviella

Difficulté de détermination

Statut de conservation

Non évalué

Menaces

Cette espèce a tendance à se raréfier, la chenille ayant besoin de bois mort pour se développer, en particulier de gros bois mort qui ne gèle pas à cœur en hiver. La sylviculture intensive ne laisse pas ou trop peu de place aux vieux arbres morts et sénescents. L’agriculture intensive demande beaucoup d’espace et le bocage disparait. L’urbanisation est aussi une menace.

Identification

La Dasycère d’Olivier (Dasycera oliviella) a les ailes antérieures noirâtres, à reflets pourpres et cuivrés variables. Elle possède une tache jaune triangulaire partant de la base de l’aile, suivie d’un trait transversal métallique. Il y a ensuite une bande transversale jaune complète, suivie elle aussi d’un petit trait métallique. La zone postmédiane de l’aile est parsemée d’écailles allongées jaunâtres à bleuâtres. Les ailes postérieures sont noires. Les antennes sont noires à bande blanche près de l’apex. Les palpes sont jaunes. Les pattes sont noires annelées de blanc.
Pour le sexe, je trouve deux versions et ne sais pas quelle est la bonne. Sur BritishLepidoptera, qui montre des individus disséqués, les antennes sont plus épaisses chez la femelle que chez le mâle. Dans Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, Volume 11, ils disent l’inverse. Les deux sites sont d’accord sur la forme de l’abdomen : terminé en pointe pour la femelle, terminé par une touffe de poil lui donnant un aspect large chez le mâle.

Autres noms

Esperia oliviella

Étymologie

Dasycera vient du grec « dasús » qui signifie « velu, poilu » et « ceros » qui signifie « corne, antenne ».
Oliviella est un hommage à Guillaume-Antoine Olivier, voyageur et entomologiste français (1756-1814).

Taille

6 à 8 mm LAA, 14 à 17 mm d’envergure.

Habitat

Clairières dans d’anciennes forêts de feuillus, vergers.

Répartition géographique

Période de vol

Juin-juillet.

Hivernation

Chenille

Plantes hôtes

Bois en décomposition des Chênes (Quercus), Noisetiers (Corylus), Poiriers (Pyrus), Épine noire (Prunus spinosa).

Chenille

Elle est gris sombre avec deux rangées de taches noires sur le dessus. Sa tête est brune.
Elle se développe sous l’écorce du bois en décomposition, en particulier le bois mort sur pied. Elle vit dans une légère toile de soie.

Réseau trophique

La chenille, avec son régime saproxylophage, participe à la transformation des arbres morts en humus, enrichissant le sol. Ce recyclage joue un rôle important dans la résilience des forêts. Elle sert de repas à d’autres larves d’insectes qui chassent dans le bois mort, et à certains oiseaux, en particulier les pics qui sont capables de creuser le bois pour trouver leur nourriture. L’adulte participe à la pollinisation et sert de nourriture à d’autres insectes comme par exemple les Asilidae, les odonates et les araignées.

Espèces semblables

La Dasycère soufrée (Esperia sulphurella) a la bande jaune postmédiane des ailes antérieures interrompue, formant deux triangles se faisant face. La tache basale jaune est plus étroite et plus longue.

Sources

• Field Guide to the Micro Moths of Great Britain and Ireland, Phil Sterling and Mark Parsons
INPN
Tout un monde dans mon jardin … et au delà
Lepiforum e.V.
Lepidoptera Mundi
Hants Moths
Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France – Jean Baptiste Godart – Google Livres
British Lepidoptera
UKMoths
Wikipedia
Suffolk Moths

2022

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :