Aller au contenu

Rayure montagnarde (Aplocera praeformata)

Dernière mise à jour il y a 4 semaines par tifaeris

Cette espèce d’altitude vit sur le millepertuis perforé et a un dessin très contrasté sur les ailes

Ordre : Lepidoptera
Sous-ordre : Glossata
Infra-ordre : Heteroneura
Super famille : Geometroidea
Famille : Geometridae
Sous-famille : Larentiinae
Tribu : Chesiadini
Genre Aplocera
Espèce Aplocera praeformata

Identification

La Rayure montagnarde (Aplocera praeformata) a une forme triangulaire au repos, sa coloration est contrastée. Ses ailes antérieures sont gris ardoisé, avec plusieurs lignes transversales sinueuses plus sombres. La ligne basale est très fine et forme une tache brune triangulaire près de la costa. La bande antémédiane est marquée de brun près de la costa. Elle y est aussi en forme de virgule étranglée, à tache en virgule brun orangé au-dessus. La bande postmédiane est également plus fortement brunie près de la côte. L’apex des ailes antérieures possède une strie brun orangé.

Autres noms

Triple raie montagnarde, Anaïte préformée.

Taille

34 à 40 mm d’envergure.

Habitat

Prairies montagneuses, de 500 à 2200m.

Répartition géographique

Période de vol

Juillet-août.

Hivernation

Chenille.

Plantes hôtes

Millepertuis perforé (Hypericum perforatum).

Chenille

Elle est de couleur beige à orangée, avec de fines lignes longitudinales plus sombres sur le dessus. Les flancs possèdent une bande sombre nettement délimitée, bordée en haut d’une ligne blanchâtre. Elle possède deux paires de fausses pattes à l’arrière du corps.

Espèces semblables

• La Rayure commune (Aplocera plagiata) et la Petite rayure (Aplocera efformata) lui ressemblent pas mal. Elles sont généralement moins contrastées et sont plus communes à basse altitude. La bande sombre antémédiane des ailes antérieures ne semble pas former une courbe aussi prononcée, elle est moins fortement étranglée, et ne semble pas posséder cette virgule fauve au-dessus d’elle.
• La Rayure corse (Aplocera corsalta) ne se rencontre qu’en Corse. Elle ne possède pas de teintes rougeâtres à l’apex des ailes antérieures.

Sources

Le Monde des insectes
• Guide des papillons nocturnes de France, Delachaux et Niestlé
• Papillons de nuit d’Europe vol 2, Géomètres, NAP éditions
INPN
GBIF
Le Grenha
Lepidoptera – Svenska fjärilar
Lepiforum e.V.

2021

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :