Aller au contenu

Cidarie de la myrtille (Dysstroma citrata)

Publié le 26 octobre 2022

Dernière mise à jour il y a 1 mois

Linnaeus, 1761

Ce papillon apprécie particulièrement les saules et les myrtilles. En France, on le rencontre surtout en montagne.

Ordre : Lepidoptera
Sous-ordre : Glossata
Infra-ordre : Heteroneura
Super famille : Geometroidea
Famille : Geometridae
Sous-famille : Larentiinae
Tribu : Cidariini
Genre : Dysstroma
Espèce : Dysstroma citrata

Difficulté de détermination

Statut de conservation

Non évalué

Identification

La Cidarie de la myrtille (Dysstroma citrata) est un papillon de teinte assez variable, mais la couleur générale varie du brun roux au brun gris. Les ailes antérieures possèdent une large bande médiane à bords ondulés souvent soulignés de blanc. Cette bande est généralement sombre, parfois blanche. Le bas de cette bande forme un coude anguleux côté costa et dessine une longue projection vers la marge de l’aile. L’aire au niveau du décrochement, entre la bande médiane et la ligne submarginale, est souvent nettement pâle. La bande basale de l’aile antérieure est nettement coudée vers la costa. Elle est plus ou moins rousse, ainsi que la bande qui se trouve sous l’aire médiane. Elle possède une ligne ondulée submarginale interrompue au milieu. Le dessus des ailes postérieures est gris. La ligne médiane de l’aile postérieure forme une saillie anguleuse et pointue en direction de la marge de l’aile. Cette ligne est visible sur le dessus et surtout le dessous de l’aile.

Autres noms

Chloroclysta citrata

Taille

26 à 31 mm d’envergure, jusqu’à 27mm pour la chenille.

Habitat

Sous-bois humides, vallons humides, rocailles près des cours d’eau, landes, de 0 à 2400m. En France, elle est surtout répandue en régions montagneuses.

Répartition géographique

Comportement

Le papillon vole surtout de nuit, mais il peut également voler en journée et est attiré par la lumière.

Période d’observation

Hivernation

Œuf

Plantes hôtes

Saule à oreillettes (Salix aurita), Saule marsault (Salix caprea), Bouleau verruqueux (Betula pendula), Myrtille (Vaccinium myrtillus), Myrtille des marais (Vaccinium uliginosum), Alchémille des Alpes (Alchemilla alpina), Bruyère commune (Calluna vulgaris), Épilobe en épi (Chamerion angustifolium), Reine-des-prés (Filipendula ulmaria), Fraisier cultivé (Fragaria ananassa), Fraisier des bois (Fragaria vesca), Chèvrefeuilles (Lonicera sp.), Oxalis petite oseille (Oxalis acetosella), Nerpruns (Rhamnus sp.), Framboisier (Rubus idaeus), Aster maritime (Tripolium pannonicum).

Cycle

En Europe du nord, les œufs sont pondus isolément sur les feuilles en août et éclosent l’année suivante, en mars. Les chenilles se développent jusqu’en juillet puis se nymphosent entre des feuilles rassemblées par de la soie. Le papillon éclot environ 1 mois plus tard.

Oeufs

Ovale et jaune pâle

Chenille

Au dernier stade, son corps est vert avec les zones intersegmentaires étroitement jaunes. Elle possède une double bande dorsale blanchâtre plus ou moins visible, ainsi qu’une ligne médio dorsale d’un vert plus sombre. Elle possède parfois une ligne latérale blanche au niveau des stigmates. La tête est verte. Le dernier segment abdominal présente deux petites excroissances allongées, dirigées vers l’arrière.

Chrysalide

Elle est de couleur vert clair à crémaster brun à poils crochus

Parasitoïde

Probablement plusieurs espèces d’Ichneumonidae, de Braconidae et de Tachinidae

Réseau trophique

Les chenilles sont une source de nourriture pour les oiseaux ainsi que pour d’autres arthropodes. Elles sont également probablement parasitée par divers invertébrés. Leurs crottes participent à la minéralisation des sols.
Les papillons peuvent participer à la pollinisation et sont également mangés par les oiseaux, les araignées et divers insectes chasseurs (libellules, mouches Asilidae…).

Régime

Les papillons se nourrissent de nectar, les chenilles de feuilles.

Espèces semblables

• La Cidarie roussâtre (Dysstroma truncata) a la partie postérieure de la bande médiane de l’aile antérieure formant une projection moins longue, plus large et à apex moins pointu. La bande médiane peut être rousse, ce qui est très rare chez D. citrata. Elle est plus large au niveau du bord interne des ailes que chez D. citrata. La tache claire sur la costa près de la bande médiane est généralement moins distincte lorsqu’elle est présente. Le point cellulaire est souvent plus gros et plus allongé. La bande basale est courbée de manière régulière. La ligne ondulée submarginale est généralement continue. Au niveau des ailes postérieures, on peut distinguer sur le dessus des traces de taches blanchâtres submarginales. La ligne médiane est plus arrondie, moins saillante (visible sur le dessus et surtout sur le dessous).
Dysstroma latefasciata (absent de France) possède une nette tache blanche sur le bord interne de l’aile antérieure, au niveau de la base de la bande médiane.

Sources

• Papillons de nuit d’Europe vol 2, Géomètres, NAP éditions
• Guide des papillons nocturnes de France, Delachaux et Niestlé
• Guide des chenilles d’Europe, Delachaux et Niestlé
Plant Parasites of Europe
Commanster.eu
Pieris.ch
Wikipedia
British Lepidoptera
Insectarium
De Vlinderstichting
Moth Photographers Group
WWW.NIC.FUNET.FI
lepinet.fr
INPN
GBIF
Lepiforum e.V.

2022

2021

Laisser un commentaire