Aller au contenu

Dipara petiolata

Publié le 14 janvier 2023

Dernière mise à jour il y a 2 semaines

Walker, 1833

Le mâle et la femelle de ce petit hyménoptère sont très différents. L’aspect de la femelle est unique.

Ordre : Hymenoptera
Sous-ordre : Apocrita
Infra-ordre :
Super famille : Chalcidoidea
Famille : Pteromalidae
Sous-famille : Diparinae
Tribu :
Genre : Dipara
Espèce Dipara petiolata

Difficulté de détermination de la femelle

Statut de conservation

Non évalué

Identification

Dipara petiolata est un petit hyménoptère avec un fort dimorphisme sexuel. Les deux sexes possèdent une paire de soies cerquales sur les côtés du dernier tergite.
• La femelle est aptère. Son corps est orange, avec une tache noire sur le thorax et une bande transversale noire sur l’abdomen. Le dernier tergite est très allongé et triangulaire, noir à base orange. Le scape est jaunâtre, le reste de l’antenne noirâtre.
• Le mâle est ailé, les ailes sont pubescentes et ciliées sur les bords. La tête, le thorax et l’abdomen sont noirs. Les pattes et le pétiole sont orangés, ce dernier très long. Les notauli sont entiers. Il possède de longues antennes velues à massue non différenciée, possédant 10 articles au funicule. Le scape est orangé, le reste de l’antenne est brun.

Étymologie

• « Petiolata » vient du latin « petiolus » qui signifie « petit pied, pétiole, pédoncule », en référence au long pétiole du mâle

Taille

2 mm environ

Habitat

Cette espèce a été trouvée en forêt, également sur les graminées en vergers de pommiers, jusqu’à 1400m

Répartition géographique

Période d’observation

Hôtes

La biologie de cette espèce est inconnue, mais elle est probablement parasite des larves de certaines espèces de Curculionidae se développant sur les racines des plantes. Anthonomus gemmicola serait l’hôte principal, mais cette espèce semble absente d’Europe. Est aussi noté Athesapeuta cyperi.

Réseau trophique

Cette petite guêpe joue un rôle de régulateur sur les populations de curculionidae. Elle sert de proie à d’autres arthropodes et parfois aux oiseaux.

Espèces semblables

A noter que ces hyménoptères sont méconnus et rarement piégés, il est donc possible qu’il reste des espèces à découvrir dans nos contrées.

Pour la femelle :
Nematocera setifera peut être brachyptère, mais sa tête est noire avec des reflets bronze ou métalliques.
Dipara claviger aurait les antennes élargies à l’apex et de petits yeux mais je ne trouve pas d’informations sur cette espèce (citée sur insecte.org).

Sources

Le Monde des insectes
Additions to the list of pteromalid wasps (Hymenoptera: Chalcidoidea, Pteromalidae) of Ojców National Park in Poland with records of seven species new to the Polish fauna
Encyclopedia of Life
Welcome to Species Observation System – Artportalen
Histoire naturelle des animaux articulés: Annelides, Crustacés, Arachnides …
Chalcidologické poznámky 1. Pteromalidae, Torymidae, Eurytomidae, Chalcididae (Hymenoptera) | Volume 29
PTEROMALIDAE (HYMENOPTERA: CHALCIDOIDEA) NEW TO ROMANIA (II)
A STUDY OF THE PTEROMALIDAE (HYMENOPTERA: CHALCIDOIDEA) FROM WESTERN AND NORTHWESTERN IRAN
New genera and species of Diparini with notes on the tribe (Hyrr., Chalcidoidea)
New records of the chalcid wasps of the family Pteromalidae (Hymenoptera: Chalcidoidea) from Russia
Revision of Netomocera Bouček (Hymenoptera: Chalcidoidea: Pteromalidae), excluding the Oriental species
Fauna Europaea
GBIF

2021

Laisser un commentaire