Aller au contenu

Alyde éperonné (Alydus calcaratus)

Publié le 8 novembre 2019

Dernière mise à jour il y a 4 semaines

Linnaeus, 1758

Cette punaise est très vive et sa façon de voler peut faire penser à celle d’une guêpe chasseuse d’araignées. Sa larve ressemble à une fourmi, ce qui l’aide probablement à pénétrer dans les fourmilières où elle passe l’hiver.

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Pentatomorpha
Super famille : Coreoidea
Famille : Alydidae
Sous-famille : Alydinae
Tribu :
Genre : Alydus 
Espèce Alydus calcaratus

Difficulté de détermination

Statut de conservation

Non évalué

Identification

L’Alyde éperonné (Alydus calcaratus) a un corps allongé de couleur brun sombre. Le dessus de l’abdomen est orange. La pointe du scutellum est blanchâtre. La couleur des pattes et des antennes variable, mais reste sombre dans l’ensemble. Le pronotum est trapézoïdal et à bords postérieurs émoussés. La tête est triangulaire et porte de petits yeux saillants sur les côtés. Les tibias 3 sont droits. Les fémurs 3 sont à peine épaissis et possèdent 3 à 4 dents sur le dessous.
• Le mâle est un peu plus petit que la femelle, avec un corps plus étroit et à bords plus parallèles. L’apex de l’abdomen est tronqué, avec des pièces copulatoires saillantes, en forme de pinces.
• La femelle est un peu plus grosse que le mâle, avec un corps plus large et un abdomen plus dilaté sur les côtés. Celui-ci se termine en pointe.
• La larve est myrmécomorphe. Elle est brun foncé, avec deux rectangles noirs ou rougeâtres sur le second segment abdominal. Le thorax, la base de l’abdomen et les hémélytres sont souvent rougeâtres.

Étymologie

• Le nom d’espèce « calcaratus » vient du latin « calcar » qui signifie « éperon, ergot », probablement en référence aux épines qu’il possède sur les fémurs. Je n’ai rien trouvé en ce qui concerne le nom de genre.

Taille

10,5 à 12 mm.

Habitat

Selon beaucoup de sources, on la trouverait dans des milieux chauds et secs. Mais certains auteurs la citent préférant les milieux humides et herbeux. On peut la rencontrer jusqu’à 2300m d’altitude, mais elle est plus fréquente en-dessous de 1000m.

Répartition géographique

Originaire de la région Paléarctique, introduite aux Etats-Unis et au Canada.

Comportement

Par temps ensoleillé, elle est très vive et s’envole facilement. Son vol vif et rapide ainsi que son abdomen orange sur le dessus la font ressembler à certaines guêpes de la famille des Pompilidae. Lorsqu’elle s’envole, elle ne se repose généralement pas très loin.

Période d’observation

Hivernation

Adultes et larves peuvent passer l’hiver, les jeunes souvent dans les fourmilières d’après plusieurs observations. Dans certaines zones, il a également été rapporté des hivernations d’œufs (notamment ceux issus de la seconde génération en Russie).

Plantes hôtes

C’est une espèce polyphage.
On la trouve surtout sur les Fabaceae comme Cytises (Cytisus), les Genêts (Genista), les Bugranes (Ononis), les Ajoncs (Ulex), la Luzerne (Medicago), l’Astragale réglisse (Astragalus glycyphyllos), le Sainfoin (Onobrychis), les Trèfles (Trifolium).
Mais elle a aussi été observée sur les Bruyères (Ericaceae) et les Euphorbes (Euphorbiaceae), les Armoises (Artemisia), la Salicorne glauque (Arthrocnemum macrostachyum), le Bidens bipenné (Bidens bipinnata), la Vergerette du Canada (Erigeron canadensis), le Panicaut champêtre (Eryngium campestre), l’Hélianthème (Helianthemum), l’Orge (Hordeum).

Biologie

Le cycle de développement de cette espèce n’est pas clairement connu. Comme pour son habitat, beaucoup de sources donnent des informations différentes. Il est probable que son mode de vie varie en fonction du milieu géographique dans lequel il évolue. Il pourrait y avoir une ou deux générations. La ponte a lieu en début d’été dans la litière ou sur les plantes, selon certaines observations jusqu’en septembre. Les œufs pondus en fin de saison pourraient hiverner, tandis que ceux pondus en début d’été éclosent au bout d’une 15aine de jours.

Régime

Elle se nourrit principalement de graines, mais également de sève et peut occasionnellement ponctionner des cadavres et des excréments.

Espèces semblables

• Le Camptope des genêts (Camptopus lateralis) est généralement plus clair et possède les tibias 3 fortement courbés. Les fémurs 3 sont plus élargis. Les côtés du corps sont ornés d’un fin liseré blanchâtre. La base du pronotum possède un petit point blanc aligné avec celui de la pointe du scutellum. Les larves sont également myrmécomorphes, mais les hémélytres et le thorax semblent toujours concolores avec le reste du corps (qui peut-être brun clair ou brun foncé). L’abdomen est orné d’une série de 3 points noirs sur chaque côté.


Alydus rupestris est une espèce endémique des Alpes, que l’on trouve à haute altitude (autour de 2000m). Les adultes ont l’apex des cories blanc. Je ne sais pas à quoi ressemblent les larves.
Megalotomus junceus a les angles postérieurs du pronotum pointus et saillants (mais ils restent très petits), ses pattes sont plus longues et plus fines. Pour lui aussi, je ne sais pas à quoi ressemblent les larves.

Sources

INPN
Wikipédia
Annotated topographic catalogue of the Heteroptera (Insecta, Heteroptera) of the Province of Sondrio (Lombardy, northern Italy) and surrounding areas
Egg diapause in Alydus calcaratus (L.) (Heteroptera : Alydidae)
Histoire naturelle: entomologie – Pierre André Latreille
Liste des Hémiptères Coreoidea de France
Pelouses calcaires, Lorry-Mardigny
Steven Falk | Flickr
NBN Atlas
Plant Parasites of Europe
British Bugs
Faune de France 81 : Hémiptère Coreoidea Euro-méditerranéens
GBIF

2022

2021

2019

6 commentaires sur “Alyde éperonné (Alydus calcaratus)”

  1. Bonjour Jessica 🙂 Je me lance dans le tri de mes punaises et en venant jeter un oeil à ton magnifique je tombe sur cette nouvelle fiche. Tu as changé de format ? Elle est super chouette celle-ci ! Tu ne vas quand même pas tout refaire ???!!! Merci encore pour ton ouvrage de référence et à bientôt sur le forum 🙂
    Max et son bonome.

    1. Salut Max ! J’espère que tu vas bien 😀
      Eh oui ça m’a pris, je fais des fiches un peu plus complète tant sur les descriptifs que sur les visuels. Mais du coup faire une fiche me prends beaucoup plus de temps qu’avant ! J’aimerais bien tout refaire mais tu t’en doutes, ça serait beaucoup beaucoup trop long, j’en ai trop ! Je pense en actualiser quelques unes par ci par là, entre deux nouvelles espèces.
      Merci d’apprécier en tout cas, et à bientôt sur le forum oui 🤗

  2. Bien sûr que j’apprécie ! Tu le sais bien ! Même si parfois tu n’as pas l’espèce que je cherche à identifier… Je ne sais pas comment tu trouves le temps de faire tout ça. Oulala ! N’empêche qu’elles sont drôlement bien tes nouvelles fiches. Si un jour je me lance vraiment dans la Faune de Max, je m’en inspirerai. Elles sont très complètes. Bon, je te laisse à ton travail. Bravo Jessica ! Bravo !

    1. Merciii ! Oui je me doute que tu ne trouves pas à chaque fois, j’ai l’impression d’en avoir plein mais à chaque balade j’en vois de nouvelles. N’hésites pas à t’inspirer pour ta faune de Max si tu te lances dedans !

Laisser un commentaire