Aller au contenu

Anisoplia villosa

Dernière mise à jour il y a 4 mois par tifaeris

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Scarabaeiformia
Super famille : Scarabaeoidea
Famille : Scarabaeidae
Sous-famille : Rutelinae
Tribu : Anisopliini
Genre Anisoplia
Espèce Anisoplia villosa

Identification : Anisoplia villosa a la tête, le thorax, les pattes et les antennes noirs. Les élytres sont bruns avec ou sans marques noires, plus rarement noirs. La tête et le pronotum possèdent une pilosité claire hirsute. La pubescence des élytres est aussi longue que celle du pronotum sur la moitié antérieure, puis diminue progressivement de longueur vers l’arrière. La pilosité de l’abdomen est dense et hirsute. Les côtés du pronotum sont rectilignes dans la moitié antérieure. Le clypéus est en forme de groin, fortement rétréci à la base.
Le mâle a une massue antennaire assez longue et les tarses antérieurs épaissis.
La femelle a une massue antennaire ovale et plus courte que celle du mâle, ses tarses antérieurs sont grêles et allongés.

Taille : 9 à 11 mm.

Habitat : Milieux ouverts, souvent vu sur les graminées.

Répartition géographique : Europe centrale et méridionale.

Période d’observation : Juin-juillet.

Larve : Elle est saproxylophage.

Espèces semblables :
Anisoplia bromicola est très semblable mais localisée dans les Alpes maritimes. Les côtés du pronotum sont régulièrement courbes dans la moitié antérieure. La pubescence de la moitié postérieure des élytres est nettement courte. Chez le mâle, le plus grand ongle des tarses antérieurs est épais et tronqué obliquement à l’apex.
Anisoplia remota a les soies des élytres très courts, sauf près du scutellum.
Anisoplia tempestiva a une pubescence rase, couchée et très peu dense sur la tête et le pronotum, la pubescence est couchée également sur l’abdomen.
Il faut être prudent avec les critères de pubescence, en particulier avec les individus frottés.
Chaetopteroplia segetum possède sur la côte des élytres des soies fortes ressemblant à des épines (ce n’est pas forcément facile à voir, d’autant plus que ces soies sont de couleur jaunâtre).
Les autres genres n’ont pas le clypéus en forme de groin.

Sources :
Le Monde des insectes
Clé de détermination illustrée des Anomalinae de France
INPN

2021

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :