Aller au contenu

Géranium des Pyrénées (Geranium pyrenaica)

Publié le 2 avril 2022

Dernière mise à jour il y a 10 mois

Ce géranium fait des fleurs rose violacé à pétales échancrés et nervurés de pourpre

Famille : Geraniaceae

Identification

Le Géranium des Pyrénées (Geranium pyrenaica) est une plante à tige dressée, à pilosité courte et régulière, glanduleuse en haut.
Les fleurs sont disposée par deux sur un long pédoncule. Elles sont rose violacé, à 5 pétales profondément échancrés et nervurés de sombre.
Les feuilles sont arrondies, velues, divisées en 5 à 7 lobes crénelés, la plus grande largeur des lobes vers leur extrémité. Celles de la base sont disposées en rosette et longuement pétiolée. Les feuilles caulinaires ont un court pétiole ou sont sessiles, les florales généralement disposées par paires.
Le fruit est un schizocarpe à cinq parties, à extrémité en bec, et à méricarpes poilus.

Étymologie

« Geranium » vient du grec « geranos » qui signifie « grue », en référence à la forme de ses fruit.
« Pyrenaica » fait référence aux Pyrénées, bien que cette espèce ne soit pas strictement pyrénéenne.

Taille

20 à 60 cm de haut, 12 à 18 mm de diamètre pour la fleur.

Type végétatif

Vivace.

Habitat

Champs, prés, bords des chemins et bois clairs jusqu’à 2200m. N’apprécie pas les milieux chauds et secs.

Répartition géographique

Floraison

De mars à septembre.

Hôtes

Acarien Eryophyidae : Aceria schlechtendali (?)
Coléoptères Curculionidae : Limobius borealis, Zacladus exiguus, Zacladus geranii
Hétéroptère Miridae : Dicyphus epilobii, Dicyphus flavoviridis
Homoptères Aphididae : Acyrthosiphon malvae malvae, Aphis fabae
Hyménoptère Tenthredinidae : Fenella minuta
Lépidoptères Lycaenidae : Aricia agestis, Cacyreus marshalli (?)
Lépidoptère Psychidae : Apterona helicoidella
Nématode : Meloidogyne hapla
Champignons : Erysiphe geraniacearum, Peronospora conglomerata, Podosphaera fugax, Puccinia polygoni-amphibii, Ramularia geranii, Uromyces geranii, Uromyces kabatianus

Espèces semblables

• Le Géranium mou (Geranium molle) est très ressemblant, mais il possède de longs poils souples placés irrégulièrement sur la tige, les pétioles et les sépales, ses feuilles florales sont majoritairement alternes, ses méricarpes sont glabres et ridés (attention car une ssp espagnole de G. pyrenaica a aussi les méricarpes glabres) et ses fleurs sont plus roses que violacées.
• Le Géranium divariqué (Geranium divaricatum) fait des fleurs un peu plus petites, la plus grande largeur des lobe de ses feuilles se situe vers le milieu de celles-ci.
• Le Géranium grêle (Geranium pusillum) fait de très petites fleurs roses (5 à 8 mm) dont les pétales sont à peine plus longs que les sépales.
• Le Géranium à feuilles rondes (Geranium rotundifolium) a des fleurs très petites, à pétales peu ou pas échancrés, les lobes des feuilles sont généralement encore moins profondément découpés.
Geranium x oxonianum est une espèce horticole naturalisée dans certains secteurs. Ses pétales semblent plus densément nervurés et ses feuilles, divisées aussi en 5 lobes, sont moins arrondies.
• Le Géranium des bois (Geranium sylvaticum) a les pétales pas ou peu échancrés et ses feuilles sont plus profondément découpées.

Sources

• Flora Gallica, Biotope éditions
FLOREALPES
Maflorefc
Wikipédia
Infoflora.ch
NatureGate
ANAB Association Nature Alsace Bossue
Plante Méditerranéenne
Fleurs sauvages de l’Yonne et d’ailleurs
Plant Parasites of Europe
INPN
GBIF
Tela Botanica

2021

Laisser un commentaire