Aller au contenu

Camarine noire (Empetrum nigrum)

Publié le 22 juillet 2022

Dernière mise à jour il y a 2 semaines

Linnaeus, 1753

Cette plante forme des tapis très denses au sol. Elle produit des baies rondes et noires.

Famille : Ericaceae

Difficulté de détermination

Statut de conservation

Espèce protégée

Préoccupation mineure à l’échelle nationale, mais Quasi menacé en Franche-Compté, Vulnérable en Auvergne, Alsace et Lorraine.

Identification

La Camarine noire (Empetrum nigrum) est un sous arbrisseau formant des tapis très dense sur le sol. Ses tiges sont couchées, se redressant par la suite. Elles sont densément recouvertes de nombreuses petites feuilles linéaires.
Les fleurs sont très petites, blanches ou roses. Elles poussent à l’aisselle des feuilles supérieures. Elles sont entourées de bractées et possèdent 3 pétales alternes avec les 3 sépales du calice. Il y a 3 étamines saillantes et le stigmate a 6 à 9 lobes rayonnants.
Le fruit est une drupe globuleuse, d’abord verte, puis rouge, enfin noire.

Il existe deux sous-espèces :
Empetrum nigrum subsp. nigrum, à fleurs unisexuées (les pieds mâles et femelles sont distincts).
Empetrum nigrum subsp. hermaphoditum, aussi appelée Camarine hermaphrodite, dont les fleurs sont hermaphrodites. Les étamines étant persistantes, on en trouve à la base des fruits chez cette ssp.

Étymologie

Empetrum vient du grec « en » qui signifie « dans, parmi », et « petra » qui signifie « pierre », car la plante peut pousser parmi les rochers.
Nigrum vient du latin « niger » qui signifie « noir », en référence à la couleur de ses fruits.

Type végétatif

Vivace

Taille

10 à 30cm de haut, 5 mm de diamètre pour la fleur, 6 à 8 mm de diamètre pour le fruit.

Habitat

Landes montagnardes, tourbières, toundra, de 800 à 2800m.

Répartition géographique

Période d’observation

Parasites

Acarien Eriophyidae : Aceria empetri
Coléoptère Chrysomelidae : Altica longicollis, Altica opacifrons
Hétéroptère Pentatomidae : Chlorochroa juniperina
Homoptère Aphididae : Ericaphis latifrons
Homoptère Diaspididae : Diaspidiotus bavaricus
Homoptère Eriococcidae : Acanthococcus baldonensis
Lépidoptère Coleophoridae : Coleophora sirella
Lépidoptères Gelechiidae : Aristotelia ericinella, Prolita sexpunctella
Lépidoptères Geometridae : Glacies coracina, Idaea contiguaria
Lépidoptère Lycaenidae : Plebejus idas, Callophrys rubi
Lépidoptère Noctuidae : Anarta trifolii, Lasionycta staudingeri
Lépidoptère Scythrididae : Scythris empetrella
Lépidoptère Yponomeutidae : Paraswammerdamia conspersella
Champignon : Chrysomyxa empetri

Utilisation

On se sert des baies pour faire de la confiture et de la garniture de tartes, en les mélangeant généralement à d’autres fruits.
Les baies ont également été utilisées comme teinture.
Les tiges servaient de combustible et de fouet.

Réseau trophique

Les baies sont mangées par les oiseaux qui participent ainsi à la dissémination des graines. Quelques insectes vivent sur cette plante, se nourrissant surtout des feuilles.

Espèces semblables

Avec le fruit :
• Les baies de Genévrier (Juniperus communis) ressemblent un peu aux baies des camarines mais c’est un arbuste à feuilles plus étroites et un peu plus allongées.

Sources

• Plantes de montagne, Biotope éditions
INPN
GBIF
Tela Botanica
Wikipédia
• Dictionnaire étymologique de la Flore Française, A. Gentil
Le Monde.fr
NatureGate
Plant Parasites of Europe

2021

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :