Aller au contenu

Linaigrette à feuilles étroites (Eriophorum angustifolium)

Publié le 19 octobre 2022

Dernière mise à jour il y a 3 mois

Honck., 1782

Les fleurs de cette linaigrette sont très discrètes, mais ses fruits protégés par des boules cotonneuses blanches ne passent pas inaperçu dans les tourbières

Famille : Cyperaceae

Difficulté de détermination

Statut de conservation

Espèce protégée

Préoccupation mineure à l’échelle mondiale, européenne et nationale, mais Quasi menacée en Aquitaine, Pays de la Loire et Champagne-Ardenne, Vulnérable en Ile de France, Picardie et Poitou-Charentes, En danger dans le Centre, la Haute-Normandie et le Nord-Pas-de-Calais.

Identification

La Linaigrette à feuilles étroites (Eriophorum angustifolium) a une tige cylindrique et dressé.
Ses fleurs sont regroupées en inflorescence de 2 à 7 épis brunâtres ovales à longues anthères jaunes. Ils deviennent ensuite cotonneux, blancs, à longues soies vite ébouriffées cachant les graines. Ils sont alors plus pendant. Les pédicelles portant les épis sont de longueur inégale, lisses (parfois scabres sur les angles).
Les feuilles poussent sur la moitié basale de la tige. Elles sont longues, étroites et canaliculées.
Le fruit akène pyriforme, brun noirâtre, surmonté d’un bec.

Autres noms

Linaigrette à épis nombreux

Étymologie

• « Eriophorum » vient du grec « erion » qui signifie « laine » et « phérô » qui signifie porter, en référence aux épis ressemblant à du coton après la floraison.
• « Angustifolium » vient du latin « angustus » qui signifie « étroit » et « folium » qui signifie « feuille », car ses feuilles sont étroites.
• Linaigrette vient également de l’apparence de ces touffes, « en forme d’aigrettes de fil de lin ».

Type végétatif

Vivace

Taille

20 à 60cm de haut, 10 à 15mm pour les épis, 3 à 4 cm pour les soies, 3mm pour le fruit

Habitat

Tourbières et marécages de 0 à 2800m.

Répartition géographique

Période d’observation

Êtres vivants associés

Acarien Eriophyidae : Epitrimerus eriophori
Acarien Phytoptidae : Novophytoptus rostratae
Coléoptère Chrysomelidae : Plateumaris discolor
Diptère Chloropidae : Pseudopachychaeta ruficeps
Homoptère Caliscelidae : Ommatidiotus dissimilis
Homoptères Cicadellidae : Cosmotettix panzeri, Macrosteles fieberi, Paraliburnia clypealis, Stroggylocephalus livens
Homoptères Delphacidae : Delphacodes capnodes, Javesella simillima, Kelisia vittipennis
Lépidoptères Elachistidae : Elachista albidella, Elachista eleochariella, Elachista leifi, Elachista serricornis
Lépidoptère Gelechiidae : Monochroa suffusella
Lépidoptère Glyphipterigidae : Glyphipterix haworthana
Lépidoptère Noctuidae : Celaena haworthii
Lépidoptères Nymphalidae : Coenonympha oedippus, Coenonympha tullia
Lépidoptère Tortricidae : Bactra lancealana
Champignons : Kriegeria eriophori, Puccinia eriophori

Utilisations

Les feuilles et les racines étaient prescrites (cuites ou crues) dans les pharmacopées amérindiennes pour traiter les troubles digestifs et les dysenteries.
Les soies étaient utilisées pour confectionner du papier, des mèches de bougies et de lanternes, des pansements, elles servaient de rembourrage pour les oreillers. Les tiges étaient tissées pour en faire des couvertures et des tapis.

Reproduction / Dissémination

La reproduction se fait grâce au transport du pollen par le vent, il en est de même pour la dispersion des graines.

Réseau trophique

Comme toutes les plantes, elle est autotrophe et donc à la base des chaines alimentaires. En Alaska, les oies des neiges consomment la base des tiges. Elle est l’hôte des espèces listées plus haut.

Espèces semblables

• La Linaigrette à larges feuilles (Eriophorum latifolium) lui ressemble beaucoup. Ses pédoncules floraux sont scabres (à toucher avec des doigts sensibles, sinon se ressent bien avec la langue). Ses feuilles sont planes et généralement plus larges. Les soies des plumeaux sont un peu moins longues mais ce n’est pas facile à apprécier.
• La Linaigrette grêle (Eriophorum gracile) a les pédoncules des épis floraux plus courts, les soies sont plus courtes également.

Sources

• Flora Gallica, Biotope éditions
• Guide expert des plantes de montagne, Biotope éditions
Champis.net
Maflorefc
FLOREALPES
Tela Botanica
Livret d’accompagnement des deux recueils de fiches « flore » et « végétations » caractéristiques des zones humides du bassin Seine-Normandie
Plante Méditerranéenne
Nature Midi-Pyrénées
Jardin ! l’Encyclopédie
LES LACS DE MONTAGNE
Plant Parasites of Europe
INPN
GBIF

2021

Laisser un commentaire