Aller au contenu

Œillet prolifère (Petrorhagia prolifera)

Publié le 22 janvier 2022

Dernière mise à jour il y a 1 an

« Cette plante délicate poussant dans les prairies sèches possède plusieurs petites fleurs enfermées dans une tunique de bractées »

Famille : Caryophyllaceae

Identification : L’Œillet prolifère (Petrorhagia prolifera) est une plante à tige unique et dressée, grêle, glabre, parfois avec des rameaux supplémentaires partant du collet.
Elle possède de très petites fleurs hermaphrodites roses, parfois pourpres, rarement blanches, réunies par 2 à 6 en tête serrée en haut de la tige. Une seule fleur voire deux sont ouvertes à la fois. Les pétales sont peu ou pas échancrés et pas ou à peine striés de pourpre au centre. Chaque fleur possède 10 étamines libres et un pistil surmonté de deux styles filiformes. Le groupe de fleurs est entouré de grandes bractées beiges.
Les feuilles sont linéaires, soudées à la base en une courte gaine.
Le fruit est une capsule ovale et glabre, terminée par 4 dents.
Les graines ne possèdent pas de tubercules et leur surface est réticulée.

Taille : 10 à 40 cm de haut, 6 à 8 mm de diamètre pour la fleur.

Habitat : Friches et pelouses sèches, sur calcaire, jusqu’à 1800m.

Répartition géographique :

Floraison : De mai à octobre.

Hôtes :
Acarien Eriophyidae : Aceria feketeistvani
Coléoptère Chrysomelidae : Cassida margaritacea
Coléoptère Curculionidae : Sibinia phalerata
Lépidoptère Coleophoridae : Coleophora adelogrammella
Lépidoptère Gelechiidae : Caryocolum vicinella, Caryocolum leucomelanella

Espèces semblables :
L’Œillet de Nanteuil (Petrorhagia nanteuilii) est assez ressemblant. Ses pétales sont généralement plus nettement striés de pourpre au centre, avec souvent une tache sombre à la base de la nervure médiane, souvent plus fortement échancrés aussi, ses graines possèdent des tubercules arrondis (au moins sur le dos), la gaine des feuilles médiane est souvent un peu plus longue, la tige légèrement velue. On le trouve en Vendée, en Gironde, en Charente-Maritime, les Côtes d’Armor, dans l’Ain, la Corse, le Var, l’Aude et l’Hérault.
L’Œillet douteux (Petrorhagia velutina) est lui aussi assez ressemblant. On le trouve en Corse, dans le Var et les Pyrénées-Orientales. Ses pétales sont généralement nettement veinés de pourpre au centre et plus nettement échancrés . La gaine des feuilles médianes est généralement plus longue (plus encore que P. nanteuilii).. Ses graines possèdent des tubercules hérissés, plus hauts que larges (au moins sur le dos). Sa tige est légèrement velue.
L’Œillet saxifrage (Petrorhagia saxifraga) a des inflorescences uniflores (et donc moins renflées). Ses pétales sont rose pâle ou blancs. Il possède de nombreuses tiges.

Sources :
Guide des fleurs de montagne, Delachaux et Niestlé
Guide des fleurs sauvages, Delachaux et Niestlé
Flora Gallica, Biotope éditions
Plant Parasites of Europe
Champis.net
Tela Botanica
FLOREALPES
Identification Assistée par Ordinateur
Erica n°19, 2005
Plante Méditerranéenne
INPN
iNaturalist
GBIF

2021

Laisser un commentaire