Aller au contenu

Campanule à feuilles rondes (Campanula rotundifolia)

Dernière mise à jour il y a 3 semaines par tifaeris

Le nom de cette campanule peut paraitre étrange, car les feuilles les plus visibles le long de la tiges sont plutôt linéaires. Ce sont les feuilles basales qu’il faut observer et ont cette forme arrondie. Le problème, c’est qu’elles fanent souvent au moment de la floraison.

Famille : Campanulaceae

Statut de conservation

Préoccupation mineure (faible risque de disparition) au niveau national, mais Vulnérable dans les Pays de la Loire et Quasi menacée dans le Nord-Pas-de-Calais et en Poitou-Charentes.

Identification

La Campanule à feuilles rondes (Campanula rotundifolia) est une plante à tige grêle.
Ses fleurs sont hermaphrodites et disposées en panicule lâche. Elles sont de couleur violette, rarement blanches, en forme de cloche. Elles sont érigées au début de la floraison puis penchées vers le bas. Elles sont portées par un pédicelle assez long. Le stigmate est trilobé, porté par un style violet. Les étamines, bien plus courtes que le style, sont au nombre de 5. Les boutons floraux sont dressée ou légèrement penchés (mais toujours au-dessus de l’horizontale). Les lobes du calice sont linéaires.
Les feuilles basales sont rondes ou en forme de cœur. Elles sont pétiolées et peuvent être dentées. Elles disparaissent souvent à la floraison. Les feuilles de la tige sont linéaires, celles du bas plus larges que celles du haut.
Le fruit est une capsule subglobuleuse, penchée, glabre à pores situés vers la base.

Étymologie

• Le nom de genre « Campanula » vient du latin « Campana » qui signifie « cloche », en raison de la forme de la corolle.
• Le nom de l’espèce « rotundifolia » vient du latin « rotundus » qui signifie « arrondi » et « folium » qui signifie « feuille », en référence à la forme arrondie des feuilles basales.

Type végétatif

Vivace.

Taille

15 à 60 cm de haut, 10 à 20 mm de long pour la corolle.

Habitat

Bois et prairies, bords de chemins, vieux murs, de 0 à 2200m. Plus commune en montagne.

Répartition géographique

Floraison

De mai à octobre.

Parasites

Acariens Eriophyidae : Aceria campanulae, Aceria chloranthes, Aculus schmardae
Coléoptères Curculionidae : Cleopomiarus graminis, Miarus ajugae, Miarus campanulae, Miarus monticola
Coléoptère Nitidulidae : Astylogethes subrugosus
Diptères Agromyzidae : Amauromyza gyrans, Liriomyza buhri, Liriomyza strigata, Ophiomyia campanularum, Ophiomyia heringi, Ophiomyia versera, Phytomyza campanulae, Phytomyza rapunculi
Diptères Cecidomyiidae : Contarinia campanulae, Dasineura campanulae, Dasineura thomasi, Geocrypta campanulae
Hétéroptères Miridae : Strongylocoris leucocephalus, Strongylocoris steganoides
Homoptères Aphididae : Aphis psammophila, Dysaphis brevirostris, Dysaphis sorbi, Myzus ascalonicus, Uroleucon campanulae
Lépidoptère Elachistidae : Orophia ferrugella
Lépidoptères Geometridae : Charissa obscurata, Eupithecia absinthiata, Eupithecia centaureata, Eupithecia denotata, Eupithecia denticulata, Eupithecia impurata, Eupithecia satyrata, Eupithecia subfuscata
Lépidoptère Lycaenidae : Callophrys rubi
Lépidoptères Noctuidae : Cucullia campanulae, Diarsia mendica, Lacanobia contigua, Noctua comes, Rhyacia lucipeta, Xestia ashworthii
Thysanoptère Thripidae : Thrips atratus
Champignons : Coleosporium campanulae, Golovinomyces orontii, Peronospora corollae, Puccinia campanulae

Espèces semblables

Il faut être méfiant car les campanules ne sont pas si faciles que ça à identifier. Il me semble que le critère des boutons floraux n’est pas systématiquement facile à appliquer. Pour le moment, celle que j’ai identifié a été photographiée en Suède, où C. scheuchzeri et C. cochleariifolia, qui sont les plus proches, ne sont pas présentes. La liste reste également à compléter (pour celles éliminées avec la répartition) car elle a été faite à la base lors d’une tentative d’identification d’une campanule photographiée des les Pyrénées qui n’a pas abouti.
• La Campanule de Scheuchzer (Campanula scheuchzeri) a des fleur souvent solitaires, ses feuilles caulinaires sont un peu plus larges et ses boutons floraux penchés.
• La Campanule fluette (Campanula cochleariifolia) a des corolles souvent un peu plus arrondies, ses boutons floraux sont penchés vers le bas. Attention elle a des feuilles basales cordiformes et dentées pouvant ressembler à celles de C. rotundifolia. Elle est plus petite (jusqu’à 15cm).
• La Campanule de Jaubert (Campanula jaubertiana) a la tige velue jusqu’au sommet et le calice velu.
• La Campanule à chapelet (Campanula precatoria) se trouve dans les Pyrénées-Orientales et a des feuilles un peu plus larges, plus densément réparties sur la tige et courtes.
• La Campanule à feuilles de pêcher (Campanula persicifolia) a des fleurs plus largement ouvertes et inclinées vers le haut.
• La Campanule de Bologne (Campanula bononiensis) et la Campanule fausse raiponce (Campanula rapunculoides) ont une inflorescence en épi.
• La Campanule rhomboïdale (Campanula rhomboidalis) a des feuilles plus larges, ovales. Elle est endémique des Alpes.
• La Campanule de Baumgartener (Campanula baumgartenii) a des fleurs dressées et ne se trouve que dans les Vosges.
• La Campanule de Fritsch (Campanula fritschii) est une espèce des Alpes.

Sources

Champis.net
• Flora Gallica, Biotope éditions
• Dictionnaire étymologique de la flore française, A. Gentil
FLOREALPES
Conservatoire botanique national du Bassin parisien, CBNBP
Fleurs sauvages de l’Yonne et d’ailleurs
Flore (orchid-nord.com)
INPN
GBIF
NatureGate
Plant Parasites of Europe

2021

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :