Aller au contenu

Zoropse à pattes épineuses (Zoropsis spinimana)

Publié le 6 novembre 2015

Dernière mise à jour il y a 3 mois

Dufour, 1820

Cette araignée est fréquemment trouvée dans les maisons en automne et en hiver. Elle chasse les autres arthropodes et ne construit pas de toile. Sa morsure, utilisée en derniers recours pour se défendre, est sans danger pour l’homme.

Ordre : Araneae
Sous-ordre : Araneomorphae
Infra-ordre :
Super famille : Lycosoidea
Famille : Zoropsidae
Sous-famille :
Tribu :
Genre Zoropsis
Espèce Zoropsis spinimana

Difficulté de détermination

Statut de conservation

Non évalué (son statut a seulement été évalué dans le Nord et Pas-de-Calais où elle est classée en préoccupation mineure).

Menaces

C’est une espèce en expansion. Elle a l’avantage de se plaire en ville et est donc moins sensible à l’urbanisation grandissante. Toutefois, elle a besoin d’autres arthropodes pour se nourrir, et est donc impactée par l’effondrement général du vivant.

Identification

La Zoropse à pattes épineuses (Zoropsis spinimana) est de teinte générale brune beigeâtre plus ou moins sombre. Son céphalothorax possède de deux bandes brunes latérales à bords crénelés, s’élargissant et entourant une petite tache claire vers l’avant. La partie médiane du céphalothorax, souvent plus pâle, est ornée de deux « V » sombres se faisant face. L’ensemble évoque pour certains un masque de Nosferatu, on peut aussi y voir un papillon à la base du céphalothorax. L’abdomen présente une tache cardiaque sombre souvent plus noire sur les bords, semblant résulter de la fusion de 3 taches. A la suite de la tache cardiaque se trouvent 3 à 4 tirets transversaux sombres, chacun avec une tache jaune ou grise à ses extrémités. Les soies des pattes sont plaquées contre celles-ci, les pattes 1 et 2 possédant de fortes épines ventrales latérales (plaquées également). Les pattes sont annelées et piquetées de sombre, les tibias, métatarses et tarses des pattes 1 et 2 étant souvent plus sombres. Les chélicères sont noirs à pilosité jaunâtre.
Les sexes sont semblables, mais le mâle est plus petit que la femelle, avec un abdomen souvent moins gros, des pattes un peu plus longues et il possède (comme toutes les araignées mâle) des bulbes copulateurs à l’apex des pédipalpes.

Étymologie

• « Zoropsis » vient de « Zora », un genre d’araignées de la famille des Miturgidae, et du Grec « opsis » qui signifie « apparence extérieure, ressemblance ». Elle était auparavant classée dans ce genre sous le nom de Zoropsis algeriensis. Il y a en effet une petite ressemblance entre les deux genres.
• « Spinimana » vient du latin « spina » qui signifie « épine » et « manus » qui signifie « main », en référence aux épines ventrales des pattes 1 et 2.

Taille

10 à 13mm pour le mâle, 10 à 19mm pour la femelle.

Longévité

Les femelles peuvent vivre jusqu’à 1an et demi.

Habitat

A l’origine, elle affectionne les zones ombragées des forêts de pins, maquis et garrigues (sous les pierres et les écorces). En Europe centrale et dans les régions où l’hiver est plus froid, on la trouve fréquemment dans les maisons et les garages, en particulier lorsque les températures baissent.

Ne craignez rien, elle est inoffensive et ne mord qu’en dernier recours (si vous essayez de l’attrapez à mains nues par exemple). Lorsqu’elle se sent en danger, elle préfère largement la fuite. Elle ne fera pas de toile dans votre maison car c’est une chasseuse active, qui mangera les autres arthropodes (y compris les autres araignées). La plupart du temps, vous ne la remarquerez même pas ! Personnellement, lorsque les températures sont trop basses dehors je les laisse dans la maison. Si vraiment vous ne voulez pas cohabiter, la vidéo ci-dessous vous indiquera une technique pour attraper une araignée (ou n’importe quoi d’autre d’ailleurs) sans qu’elle ne puisse s’enfuir ni vous monter sur la main !

Répartition géographique

Espèce d’origine méditerranéenne en expansion.

Période d’observation

Hivernation

Adultes

Comportement

Durant la journée, elle se tient sous des écorces ou des pierres. Elle part en chasse la nuit. La plupart du temps, elle se tient à l’affût, attendant qu’une proie passe à portée. Elle la saisit alors de ses pattes avant, s’aidant de ses épines qu’elle tient alors dressées, et inflige une morsure à la victime.

Cocon

La femelle le tisse au printemps et le surveille jusqu’à éclosion des œufs. Il est blanc et plat, placé sous une écorce décollée ou sous une pierre et recouvert d’une soie cribellée bleutée et luisante. Chaque cocon contient de 20 à 50 œufs qui éclosent au bout d’un mois et demi environ. Les jeunes seront matures en fin d’été. Il arrive que la femelle produise plusieurs cocons.

Réseau trophique

Les Zoropsis peuvent être les proies d’oiseaux, notamment de passereaux comme les mésanges, et lorsqu’elles sont jeunes d’autres araignées. Elles se nourrissent de nombreux arthropodes participant alors à l’équilibre naturel du vivant.

Régime

Autres araignées et insectes.

Espèces semblables

Pour la France :

Zoropsis media, présente en Italie, France (dans le quart sud du pays), Espagne, Portugal et Afrique du nord, est plus petite (12 mm maxi pour la femelle). Elle est en général de teinte plus pâle, les parties claires du corps souvent d’un beige sable. Les dessins sombres sont en principe moins contrastés. Les pattes ne sont pas plus sombres au-delà des tibias. Les chélicères sont rougeâtres (ils peuvent être rougeâtres à leur base chez Z. spinimana). En ce qui concerne la teinte générale, il peut y avoir des variations individuelles trompeuses. Il faut donc pouvoir confirmer l’identification avec la taille et la couleur des chélicères. A noter que chez les juvéniles de Z. spinimana, les chélicères ne sont pas noirs mais rougeâtres, la teinte sombre arrive au fur et à mesure de l’avancement de l’âge. L’épigyne des femelles adultes permet de trancher : elle est aussi longue que large chez Z. spinimana, plus large que longue chez Z. media (voir ici).

• Certaines Lycosidae peuvent lui ressembler, en particulier la Tarentule radiée (Hogna radiata). La disposition oculaire des araignées de cette famille est différente : chez les Lycosidae, tous les yeux antérieurs sont de la même taille (chez Zoropsis spinimana, les yeux antérieurs latéraux sont un peu plus gros que les yeux antérieurs médians) et surtout les yeux médians postérieurs sont très gros et plus espacés l’un de l’autre (plus petits et plus rapprochés chez Zoropsis spinimana). En ce qui concerne Hogna radiata, on peut rajouter qu’elle possède quelques épines dressées sur les pattes, la bande médiane claire du céphalothorax est plus étroite et régulière, les bandes latérales sombres sont par conséquent plus larges et marquées de rayons clairs.

• Certaines Agelenidae peuvent être semblables (notamment les genres Tegenaria ou Eratigena) mais leurs pattes sont plus longues et possèdent des soies et des épines dressées.
• Le genre Zora chez les Miturgidae peut être semblable mais il est bien plus petit (de 4 à 7 mm) et les bandes sombres du céphalothorax sont plus droites et plus nettement délimitées.

Il existe d’autres espèces de Zoropsis à travers l’Europe et l’Afrique du nord :
Z. albertisi et Z. bilineata présentes au Magreb
Z. beccarii et Z. thaleri présentes en Turquie
Z. lutea présente en Turquie, Chypre, Crête, Grèce, Bulgarie, Croatie et Ukraine
Z. oertzeni présente en Italie, Croatie, Albanie, Grèce et Turquie
Z. rufipes présente aux Canaries et à Madère

Sources

• Guide photo des araignées et arachnides d’Europe, Guide Delachaux
• Guide des araignées de France et d’Europe, Les guides du naturaliste
• Dictionnaire étymologique de la Flore française, A. GENTIL
• Dictionnaire des termes usités dans les sciences naturelles, A. J. L. Jourdan
Le Monde des insectes
Accueil – Arachnolook
Le Monde des Arthropodes
INPN
Wiki der Arachnologischen Gesellschaft e. V.
araneae – Home
Balades chez les Araignées (dipode-vie.net)
GBIF

2015

Laisser un commentaire