Criquet vert-échine (Chorthippus dorsatus dorsatus)

Ordre : Orthoptera
Sous-ordre : Caelifera
Infra-ordre : Acrididea
Super famille : Acridoidea
Famille : Acrididae
Sous-famille : Gomphocerinae
Tribu : Gomphocerini
Genre : Chorthippus
EspèceChorthippus dorsatus dorsatus

Identification : Le Criquet vert-échine (Chorthippus dorsatus dorsatus) est de couleur variable, brun ou vert olivâtre uniformes ou brun à bande dorsale vert vif. L’abdomen du mâle est souvent rougeâtre. Il possède des fovéoles temporales et ses antennes ne sont pas élargies à l’apex. Les carènes latérales du pronotum sont infléchies. Les élytres atteignent ou dépassent les genoux postérieurs et possèdent un lobe basal. Les champs médians et intercubital ne sont pas particulièrement élargis. Le champ radial est faiblement et règulièrement élargi, la nervure radiale est droite.

Taille : 14 à 18 mm pour le mâle, 19 à 25 mm pour la femelle.

Habitat : Large gamme de milieux herbacés, préférant les milieux humides comme les prairies en bordures de zone marécageuse, de 0 à 2500m.

Répartition géographique : Du nord de l’Espagne au sud de la Fennoscandie, jusqu’en Sibérie et au Kazakhstan à l’est. En France, il est présent presque partout sauf à l’extrême nord, plus rare voire absent en Bretagne.

Période d’observation : De juin à novembre, avec un pic entre juillet et septembre.

Espèces semblables :
Le Criquet marginé (Chorthippus albomarginatus albomarginatus) a les carènes latérales du pronotum un peu plus droites, le champ radial est brusquement élargi et la nervure radiale est sinueuse (moins net chez la femelle), il est généralement moins coloré, de couleur beige ou verte, l’abdomen du mâle n’est jamais rougeâtre.
Le Criquet des joncs (Chorhippus jucundus) a une répartition beaucoup plus restreinte sur le pourtour méditerranéen. Il est de couleur uniformément vert métallique avec les tibias postérieurs rouge-orangé.
Les Euchorthippus ont les carènes latérales du pronotum bien parallèles.
Les Pseudochorthippus ont en principe les élytres raccourcis, n’atteignant pas les genoux. Il faut se méfier des formes macroptères. La femelle macroptère de Pseudochorthippus parallelus a les nervures longitudinales des tegmina plus parallèles et plus rectilignes sur toute leur longueur.

Sources :
https://www.insecte.org/
Cahier d’identification des orthoptères de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.
Guide des sauterelles, grillons et criquets d’Europe occidentale, Les guides du naturaliste

2020