Aller au contenu

Hémiptère

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Pentatomorpha
Super famille : Lygaeoidea
Famille : Lygaeidae
Sous-famille : Rhyparochrominae
Tribu : Rhyparochromini
Genre Raglius
Espèce : Raglius confusus

Identification : Raglius confusus est de couleur générale beige et noire. Son noirs : la partie antérieure du pronotum, y compris les marges latérales, deux taches aux angles postérieurs du pronotum, le scutellum, l’angle anal des cories, les fémurs (parfois les tibias), le premier article antennaire (parfois les autres sombres) et la membrane. L’apex des cories est blanc. La membrane possède une tache ronde blanche à l’apex. Les pattes et les antennes sont longues. Les fémurs 3 possèdent une série de petites dents aigues.

Taille : 6,9 à 7,7 mm.

Habitat : Thermophile, on la trouve au sol et sur la végétation herbacée des collines et des montagnes bien exposées.

Répartition géographique : Ponto-méditerranéen, remonte en Europe moyenne. En France, plus commune dans le Midi, semble absente au nord de la Loire.

Période d’observation : Potentiellement toute l’année, plus active à partir de mai.

Hivernation : Adulte.

Larve : Elle a un corps fin et allongé. Elle est de couleur noire avec des marques blanches sur les côtés du pronotum (au stade 4 et 5), sur les élytres et une bande transversale sur l’abdomen. La base de ce dernier est orange (blanche au stade 1). La moitié basale des antennes est orange, le reste est noir.

Régime : Graines.

Espèces semblables :
Raglius pineti et Raglius tristis ont les marges latérales du pronotum claires sur toute leur longueur.
Raglius alboacuminatus a les parties claires des cories d’un orange brique, les deux derniers articles antennaires sont noirs, les pattes brun clair. Le forme funerea de cette espèce est très sombre, plus sombre que R. confusus.
Le genre Xanthochilus n’a pas la membrane aussi noire, elle est plutôt blanche avec une tache noire centrale plus ou moins grosse. L’apex des cories n’est pas aussi nettement blanc.
Beosus maritimus est de couleur moins contrastée, la base de ses tibias est orange, le scutellum possède de petites taches blanches.
Beosus quadripunctatus a les parties claires du corps plutôt orange rougeâtre, la base de ses fémurs est aussi orange.
Lasiocoris anomalus a la membrane liserée de blanc.

Sources :
Le Monde des insectes
Hémiptères Lygaeidae euro-méditerranéens, volume 3

2021

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Cimicomorpha
Super famille : Miroidea
Famille : Miridae
Sous-famille : Mirinae
Tribu : Stenodemini
Genre : Stenodema
Espèce : Stenodema holsata

Identification : Stenodema holsata a un corps relativement court et large (par rapport aux autres espèces du genre). Elle est de couleur jaune brun chez les femelles et brun foncé chez les mâles avant l’hivernage, les côtés du corps plus clairs. Au printemps, les deux sexes deviennent verts, mais le mâle reste plus foncé. Le scutellum et le pronotum sont ponctué (caractéristique du genre). Le premier article antennaire n’est pas plus long que la tête et possède des poils courts.

Taille : 5,5 à 7,5 mm.

Habitat : Forêts.

Répartition géographique : Partout en France, partout en Europe, en Asie occidentale et septentrionale.

Période d’observation : A partir du mois de mai.

Hivernation : Adultes.

Plantes hôtes : Graminées.

Espèces semblables :
Stenodema sericans et Stenodema algoviense ont le premier segment antennaire plus longet plus poilu que chez S. holsata (voir ici).
Stenodema trispinosa possède 3 épines sur le fémur postérieur
Stenodema calcarata possède 2 épines sur le fémur postérieur
Stenodema virens et Stenodema laevigata ont les fémurs postérieurs brusquement rétrécis à l’apex (attention ce n’est pas forcément évident à voir).
Le genre Notostira n’a pas de ponctuation sur le pronotum et le scutellum.
Le genre Leptopterna a les hémélytres d’un brun plus chaud, la ligne centrale du thorax est généralement plus épaisse (ainsi que sur le scutellum).

Sources :
Le Monde des insectes
(PDF) New data on the occurrence of terrestrial true bugs (Hemiptera: Heteroptera) in Pieniny Mountains
Wikipedia, the free encyclopedia
Hétéroptères Miridae (faunedefrance.org)
British Bugs
UK Wildlife Natural History

2020

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Pentatomomorpha
Super famille : Lygaeoidea
Famille : Lygaeidae
Sous-famille : Lygaeinae
Tribu :
Genre : Lygaeosoma
Espèce : Lygaeosoma sardeum

Identification : Lygaeosoma sardeum est de couleur générale brune. La tête et les antennes sont brun noir. Le pronotum est brun à deux lignes obliques luisantes en avant, à carène centrale plus pâle, souvent avec une tache claire au milieu de la base. Les angles postérieurs sont clairs. La pointe du scutellum est pâle. Le corps est recouvert d’une pubescence double, faite de soies courtes et couchées couplées à des soies dressées. La moitié postérieure des cories est ornée d’un réticule de nervures pâles. La membrane est noire avec deux taches blanches aux bords antérieurs, l’apex est clair à nervures sombres.

Taille : 3,5 à 4,8 mm.

Habitat : Milieux chauds et secs, dans les zones sableuses ou pierreuses à végétation basse.

Hivernation : Adulte dans la litière.

Oeufs : Ils sont pondus au sol, dans des microcavités. Ils sont courts, ovales, glabres et brillants. Ils mesurent 0,90mm de long, 0,58mm de diamètre.

Larves : Elles se développent de juillet à septembre. Elles onta un corps brun rougeâtre, l’abdomen plus clair, recouvert de poils pâles.

Espèces semblables :
Lygaeosoma anatolicum possède une pubescence courte et couchée et les cories ne possèdent pas de réticule de nervures.

Sources :
Faune de France 84a

2021

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Cimicomorpha
Super famille : Miroidea
Famille : Miridae
Sous-famille : Orthotylinae
Tribu : Orthotylini
Genre : Orthotylus
Espèce : 

Identification : Le genre Orthotylus comprend des punaises au corps oblong et velu. Les yeux sont grands. Les antennes sont longues et grêles, les pattes sont longues. C’est un genre complexe, toutes les espèces ne sont pas identifiables sur photo.

Genres semblables :
A compléter en fonction des individus rencontrés.
Aucun pour celui de 2020, vert à bandes jaunes sur les côtés.

Sources :
Le Monde des insectes
Hétéroptères Miridae (faunedefrance.org)

2020

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Pentatomorpha
Super famille : Lygaeoidea
Famille : Lygaeidae
Sous-famille : Rhyparochrominae
Tribu : Drymini
Genre Scolopostethus
Espèce : Scolopostethus decoratus

Identification : Scolopostethus decoratus est de couleur générale noire et brune. La tête est noire, le thorax noir en avant et brun en arrière. Les cories sont claires sauf en arrière, avec 2 taches noires vers le milieu. L’espèce est macroptère avec une pubescence dorsale quasi nulle. Les antennes sont soit entièrement sombres avec seulement la base des 2 premiers articles claire (forme typique), soit avec l’article 1 clair, le 2 clair plus ou moins sombre postérieurement, les 2 suivants sombres (forme brevis). Les fémurs 1 sont largement assombris, les autres avec un anneau noir. Le rostre n’atteint pas les metacoxae. Il ne possède pas de tubercule pointu sur les mésopleures.

Taille : 3,3 à 4,2 mm.

Habitat : Landes à calluna et Erica et biotopes sableux, litière des forêts de bouleaux en Finlande et en Ukraine.

Répartition géographique : Très largement répandue en Europe.

Hivernation : Adulte.

Régime : Granivore, parfois prédateur d’autre petits arthropodes.

Espèces semblables :
Attention a la forme brevis qui a une coloration antennaire un peu différente et que je n’ai jamais rencontrée.
S. thomsoni est semblable, mais ses articles antennaires 3 et 4 sont un peu plus épais par rapport au 1 et 2, le second article est plus largement jaune, noir à l’apex, et le premier est noir à la base et jaune à l’apex.
S. patruelis a les cories nettement sombres dans leur moitié postérieure avec une tache pâle près du bord externe. Les articles antennaires 1 et 2 sont jaunâtres, les 3 et 4 plus ou moins assombris. Les fémurs n’ont généralement pas d’anneaux sombres.
S. pictus a les antennes plus élancées, nettement plus longues que la moitié du corps, entièrement pâles ou parfois avec les 2 derniers articles assombris.
S. cognatus a l’article 4 antennaire pâle, sombre à la base. Les cories sont claires en avant, largement assombries dans leur moitié postérieure, avec une tache claire près du bord externe.
S. puberulus a le rostre qui atteint les metacoxae et les antennes nettement bicolores, avec l’article 1 et 2 pâles et le 3 et 4 noirs.
S. grandis et S. affinis ont les deux premiers articles antennaires jaunes, grandis a l’apex du 2 sombre, affinis la base du 3 pâle, ils possèdent un tubercule pointu sur les mésopleures (visible de profil).
S. pilosus a des soies longues (aussi longues que le diamètre d’un article antennaire) et dressées sur le dessus.

Sources :
Faune de France 84b

2020

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Cimicomorpha
Super famille : Cimicoidea
Famille : Anthocoridae
Sous-famille : Anthocorinae
Tribu : Anthocorini
Genre Anthocoris
Espèce : 

Identification : Les Anthocoris sont des punaises brunes de forme ovale. Les larves sont brunes avec le bout des hémélytres blanc. Il en existe 70 espèces dans le monde.

Habitat : Sur les plantes à feuilles larges.

Régime : Psylles et pucerons (ils sont d’ailleurs utilisés pour la lutte biologique contre ces insectes).

Genres semblables :
Pour les larves :
La taille aide à les identifier (les autres sont encore plus petites, moins de 3mm), et je n’en ai pas trouvé ayant le même type de coloration (mais elles ne sont pas forcément toutes connues au stade larvaire).

Sources :
Le Monde des insectes
(PDF) Description of a new species of Anthocoris (Hemiptera: Heteroptera: Anthocoridae) from southern India, associated with striped mealybug on purple orchid tree (researchgate.net)
Wikipédia, l’encyclopédie libre (wikipedia.org)

2020

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Cimicomorpha
Super famille : Miroidea
Famille : Miridae
Sous-famille : Mirinae
Tribu : Mirini
Genre : Calocoris
Espèce Calocoris affinis

Identification : Calocoris affinis est une punaise au corps ovale allongé de couleur vert vif et recouvert de pilosité noire. La pilosité du scutellum est couchée. La membrane est noirâtre à nervures jaunes ou vertes.

Taille : 6,5 à 8,5 mm.

Habitat : Hautes herbes dans les lieux ombragés.

Répartition géographique : Toute la France, Europe centrale et méridionale.

Période d’observation : Juillet et août.

Hivernation : Oeufs.

Espèces semblables :
Calocoris alpestris possède souvent un collier noir à l’arrière de la tête, sa membrane est un peu plus pâle, la pilosité de son scutellum est dressée.
Lygocoris pabulinus possède une pilosité claire sur le corps.
Les Apolygus n’ont pas le corps aussi long.
Certaines Closterotomus peuvent lui ressembler mais elles sont généralement d’un vert moins soutenu et un peu moins élancées.
Macrolytus solitarius a les antennes plus courtes, elle est d’un vert plus pâle et ses hémélytres sont moins rétrécis à l’apex.
Certaines Orthotylus peuvent être semblables mais elles sont plus petites, de coloration légèrement différente ou avec des soies claires sur le corps.

Sources :
Le Monde des insectes
Faune de France 67

2020

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Pentatomorpha
Super famille : Lygaeoidea
Famille : Lygaeidae
Sous-famille : Rhyparochrominae
Tribu : Rhyparochromini
Genre Rhyparochromus 
Espèce :

Identification : Je classerais ici les individus de ce genre que je n’ai pas pu identifier à l’espèce. Ce sera systématiquement le cas des larves, qui ne sont pas identifiables avec certitude sur photo. Elles sont de couleur brune assez sombre, avec la base de l’abdomen noire suivie de deux traits blancs longitudinaux puis de deux paires de taches blanches.

Genres semblables :
Pour les larves :
Les Beosus ont une bande sombre longitudinale sur l’abdomen.

Sources :
Le Monde des insectes

2020

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Cimicomorpha
Super famille : Miroidea
Famille : Miridae
Sous-famille : Mirinae
Tribu : Stenodemini
Genre : Notostira
Espèce : 

Identification : Le genre Notostira comprend deux espèces en France, Notostira elongata et Notostora erratica, qu’il n’est possible de différencier que par l’examen des pièces génitales mâle. Leur corps est étroit et allongé, les pattes et les antennes très longues. Le pronotum et le scutellum ne possèdent pas de ponctuation. Ils sont ochracé pour la génération automnale, verdâtres à jaunâtres pour la génération estivale. Le mâle possède des bandes longitudinales noires au centre du corps, souvent confluentes. Ces bandes sont plus claires, voire à peine visibles chez les femelles.

Taille : 6 à 9 mm.

Période d’observation : De juin à octobre en deux générations, potentiellement toute l’année.

Hivernation : Adulte.

Oeufs : Ils sont pondus sur les plantes hôtes.

Plantes hôtes : Graminées et blés.

Genres semblables :
Le genre Stenodema est semblable, mais le pronotum et l’écussons sont ponctués.
Le genre Leptopterna a les hémélytres d’un brun plus chaud, la ligne centrale du thorax est généralement plus épaisse (ainsi que sur le scutellum).

Sources :
Le Monde des insectes
Hétéroptères Miridae (faunedefrance.org)

2020

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Pentatomorpha
Super famille : Lygaeoidea
Famille : Lygaeidae
Sous-famille : Rhyparochrominae
Tribu : Drymini
Genre : Scolopostethus
Espèce : Scolopostethus thomsoni

Identification : Scolopostethus thomsoni est une petite punaise de couleur générale noire et brune. Sa tête est noire.  Les articles 3 et 4 des antennes sont noirs et épaissis, l’article 2 est noir à l’apex. Son thorax est noir en avant, brun en arrière. Les cories sont jaunes brunâtres avec 1 ou 2 taches noirâtres vers le milieu et avec l’apex largement noirâtre. Il existe une forme brachyptère et une forme macroptère, moins commune. La membrane est bien développée chez les formes macroptères, elle est blanchâtre à nervures brunes et atteint l’apex de l’abdomen. Chez les formes brachyptères elle est réduite à des lobes blanchâtres laissant apparaitre les 3 derniers segments de l’abdomen. Le dessus du corps est recouvert d’une pilosité claire courte, éparse et presque couchée. Les mésopleures ne possèdent pas de tubercule (visible en vue de profil).

Taille : 3,4 à 4,1 mm.

Habitat : Biotopes ouverts et assez humides. Parait lié à diverses plantes en particulier les Orties (Urtica) mais aussi les Menthes (Mentha), les Spirées (Spiraea), les Bruyères (Calluna), les Tanaisies (Tanacetum), Digitale pourpre (Digitalis purpurea), Sphaignes (Sphagnum).

Répartition géographique : Répandu et souvent commun en Europe moyenne et septentrionale. Commun partout en France.

Hivernation : Adultes et larves dans les derniers stades.

Oeufs : Ils sont pondus de mai à fin août et se développent en 2 ou 3 semaines.

Régime : Granivore.

Espèces semblables :
Je n’ai pas trouvé sur la galerie d’insecte.org de punaise lui ressemblant et ayant des hémélytres aussi courts.
Pour une identification plus pointue, il faut voir plusieurs critères comme la longueur du rostre et la présence ou l’absence d’un appendice saillant sur les mésopleures (visible en stricte vue de profil, dépassant sur le dessous de l’insecte). Mais en regardant ce document à la page 186, la coloration des antennes avec les deux derniers articles un peu élargis ainsi que leur longueur et la pilosité courte et claire orientent vers cette espèce. Il est dit dans ce même document qu’il est parfois confondu avec S. decoratus mais ce dernier a les antennes presque entièrement noires et moins épaissies sur les deux derniers articles.

Sources :
Le Monde des insectes
Faune de France 84b

2020

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Cimicomorpha
Super famille : Miroidea
Famille : Miridae
Sous-famille : Phylinae
Tribu : Phylini
Genre : Lepidargyrus
Espèce : Lepidargyrus ancorifer

Identification : Lepidargyrus ancorifer est une petite punaise de forme ovale. Son corps est sombre recouvert de soies argentées à dorées. Ses pattes 3 sont allongées et les tibias 3 possèdent des épines assez longues. Les tibias sont noirs ou brunâtres. Les cunéus sont unicolores, souvent rougeâtres, parfois noirs. Les antennes s’éclaircissent à partir de l’apex du second article.

Taille : 3-4 mm.

Habitat : Prairies, sur les herbes et différentes astéracées.

Répartition géographique : Partout en France. Espèce méditerranéenne.

Période d’observation : De juin à août.

Hivernation : Oeufs.

Espèces semblables :
Le genre Psallus a des taches noires sur les tibias au niveau de l’insertion des épines, le cunéus semble souvent bicolore.
Le genre Atractotomus a le second article des antennes élargi.
Criocoris crassicornis a les tibias blancs et l’article 2 des antennes assez fortement épaissi.
Heterocordylus tibialis se trouve sur les genêts.
Le genre Orthocephalus mâle a les côtés des élytres bien parallèles, les femelles ont une forme arrondie, les femelles macroptères peuvent être semblables mais les antennes ne sont pas progressivement éclaircies comme ça.
Phoenicocoris obscurellus n’a que le 1er article antennaire épaissi et se trouve sur les pins.
Polymerus nigrita a la pilosité du corps plutôt dorée. Les élytres s’affaissent un peu au niveau des cunéus.

Sources :
Insecte.org
Faune de France 67, Hétéroptères Miridae

2020

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Cimicomorpha
Super famille : Miroidea
Famille : Miridae
Sous-famille : Mirinae
Tribu : Mirini
Genre : Stenotus
Espèce : Stenotus binotatus

Identification : Stenotus binotatus a un corps étroit et allongé. C’est une espèce assez variable en coloration. Les deux sexes possèdent une nervure claire sur la membrane et leur coloration générale s’assombrit avec l’âge.
Le mâle est noir avec des marques jaunes sur la tête et le pronotum, le scutellum est jaune ainsi que les cunéus, la pointe du clavus et les bords des cories.
La femelle est jaune verdâtre avec des marques sombres très réduites, le pronotum présente souvent deux taches noires. Le scutellum est bordé de sombre sur les côtés. Le « nez » possède une tache noire.

Taille : 6 à 7 mm.

Habitat : Milieux ombragés et humides, mais aussi prairies sèches.

Répartition géographique : Partout en France.

Période d’observation : De juin à septembre.

Hivernation : Oeufs.

Régime : Se nourrit surtout sur les têtes fleuries des graminées.

Espèces semblables :
Pour le mâle :
Hadrodemus m-flavum est bien contrasté, avec des taches bien délimitées et placées légèrement différemment en regardant bien. Le thorax possède une bande médiane et deux latérales claires bien nettes (ces marques ne sont pas toujours nettes chez S. binotatus).
Le genre Grypocoris est plus contrasté, avec des taches bien délimitées, et ne possède pas cette nervure claire sur la membrane (elle est noire).
Les genres Notostira et Stenodema sont un peu plus fins, la tête est un peu plus allongée et les yeux moins saillants. Les individus contrastés sont souvent sombre avec juste les côtés du corps plus pâles.
Pour la femelle :
Le genre Adelphocoris est un peu plus ovale, les taches noires du pronotum sont généralement plus petites et situées plutôt vers la base de ce dernier et non à l’apex.
Mermitelocerus schmidtii possède plusieurs fines stries longitudinales sur les cories.

Sources :
Insecte.org
BritishBugs
Faune de France 67, Hétéroptères Miridae

2020

Ordre : Hemiptera
Sous-ordre : Heteroptera
Infra-ordre : Cimicomorpha
Super famille : Miroidea
Famille : Miridae
Sous-famille : Orthotylinae
Tribu : Orthotylini
Genre : Blepharidopterus
Espèce : Blepharidopterus angulatus

Identification : Blepharidopterus angulatus est une punaise au corps étroit et allongé de couleur vert vif. Elle possède des poils noirs semi-érigés sur le corps. Ses pattes et ses antennes sont longues et fines. L’article 1 antennaire est assez long, assombri à la base, avec l’apex clair précédé d’un anneau sombre. La base de l’article 2 est sombre. Les angles basaux du pronotum et la base des tibias sont noirs. Elle possède de légères taches sombres sur la membrane.

Taille : 5 à 6 mm.

Habitat : on rencontre cette espèce sur les arbres à feuillage caduc (aulnes, bouleaux, noisetiers).

Répartition géographique : Partout en France.

Période d’observation : De juin à octobre.

Hivernation : Oeufs.

Oeufs : Ils sont pondus dans du bois âgé d’1 à 2 ans, de préférence aulne ou bouleau.

Larves : Elles passent par 5 stades et émergent au début de l’été.

Régime : Pucerons et leur miellat, acariens, sève.

Espèces semblables :
Blepharidopterus diaphanus est plus vert, sans les angles basaux du pronotum noirs et les genoux noirs. Les antennes sont concolores.
Le genre Macrolophus a le premier article antennaire noir et une tache noire à la pointe des clavus.
Le genre Orthotylus a le premier article antennaire plus court (beaucoup ou un peu selon les espèces), la base du pronotum n’a pas ces marques noires.

Sources :
Insecte.org
Faune de France 67, Hétéroptères Miridae
InfluencialPoints

2020