Sténobothre commun (Stenobothrus lineatus)

Ordre : Orthoptera
Sous-ordre : Caelifera
Infra-ordre : Acrididea
Super famille : Acridoidea
Famille : Acrididae
Sous-famille : Gomphocerinae
Tribu : Gomphocerini
Genre : Stenobothrus
EspèceStenobothrus lineatus

Identification : Le Sténobothre commun (Stenobothrus lineatus) est de couleur généralement globalement verte, parfois brune ou rose violacé. Les élytres sont larges, avec le champ médian élargi et les nervures cubitales 1 et 2 fusionnées. Il possède un grand stigma blanc bien contrasté en forme de virgule à l’apex du champ médian. Il n’y a pas de lobe basal. Les antennes sont filiformes, non élargies à l’apex. Il possède des fovéoles temporales. Les carènes latérales du pronotum sont flexueuses.
Le mâle a généralement l’apex de l’abdomen et les tibias rouges, les élytres dépassent les genoux postérieurs.
La femelle a les élytres atteignant plus ou moins les genoux postérieurs, elle possède une bande blanchâtre le long du bord costal des élytres.

Étymologie :
« Steno » signifie « étroit », « limité » en Grec et « Borthros » signifie fossette toujours en Grec.
« Lineatus » signifie « rayé » en latin.
Il possède plusieurs noms français :
Le Sténobothre commun, car c’est l’espèce la plus commune du genre.
Le Sténobothre ligné, en référence à son nom d’espèce scientifique « lineatus« .
Le Criquet du Brachypode, « Brachypodium » étant un genre de plantes de la famille des Poaceae (graminées), peut-être en référence au lieu de ponte de l’insecte (parmi les racines des graminées).
Le Criquet de la Palène, la palène étant un des noms vernaculaires de Brachypodium pinnatum, une graminée.

Taille : 15 à 19 mm pour le mâle, 21 à 27 mm pour la femelle.

Habitat : Pelouses, pâturages, landes, alpages, jusqu’à 2890 m.

Répartition géographique : Presque partout en France, plus rare en Bretagne. En Europe, on le trouve dans tous les pays d’Europe occidentale.

Période d’observation : De mai à novembre, avec un pic entre juin et septembre.

Oeufs : Les oothèques sont déposées parmi les racines des graminées, pratiquement à fleur de sol.

Espèces semblables :
Attention au Criquet jacasseur (Stauroderus scalaris) qui possède un lobe basal, n’a généralement pas de stigma aussi marqué, la plaque sous génitale du mâle est moins saillante, les nervures cubitales 1 et 2 non fusionnées.
Le genre Arcyptera est plus trapu, ce n’est pas le champ médian mais le champ intercubital qui est élargi chez lui.
Le Sténobothre occitan (Stenobothrus festivus) et le Sténobothre splendide (Stenobothrus grammicus) ont les carènes latérales du pronotum plus anguleuses et plus divergentes à l’arrière qu’à l’avant, ce sont des espèces plus rares (à priori absentes d’Ariège).
Le Sténobothre hélicoptère (Stenobothrus rubicundulus) et le Sténobothre cottien (Stenobothrus cotticus) ne se rencontrent que dans les Alpes, les élytres des mâles sont un peu plus élargis.
Les autres du genre ont les élytres moins élargis et un peu plus courts.
Le Criquet ensanglanté (Stethophyma grossum) a une nervure intercalée dans le champ médian.

Sources :
Cahier d’identification des orthoptères de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.
Guide des sauterelles, grillons et criquets d’Europe occidentale.

2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s