Chiffre (Argynnis niobe)

Ordre : Lepidoptera
Sous-ordre : Glossata
Infra-ordre : Heteroneura
Super famille : Papilionoidea
Famille : Nymphalidae
Sous-famille : Heliconiinae
Tribu : Argynnini
Genre : Argynnis
EspèceArgynnis niobe

Identification : Le Chiffre (Argynnis niobe) a le dessus des ailes orange à taches noires. La marge externe de l’aile antérieure est droite ou convexe. Le dessous des ailes présente des taches postdiscales blanches/argentées cerclées de brun roux et des nervures noires. La base des ailes postérieures présente une petite tache blanche souvent avec un point noir en son centre. La ligne marginale sombre de dessous des ailes postérieures est bien marquée. Les taches pâles du dessous des ailes postérieures sont généralement assez nettement bordées de traits noir, la tache de l’espace 4 reste relativement grande et touche les nervures du dessus et du dessous.
Les bandes androconiales du mâle sont fines.
La femelle possède souvent une suffusion bleu vert à la base des ailes (dessus), le taches de l’apex des ailes (dessus) peuvent blanchir un peu.

Habitat : Prairies, pelouses, lisières et clairières de collines et montagnes jusqu’à 2500m.

Période de vol : De juin à août.

Hivernation : Oeuf.

Plantes hôtes : Violettes (Viola).

Oeufs : Ils sont pondus sur de la végétation morte près de la plante hôte.

Espèces semblables :
Celui dont le dessous est le pus ressemblant notamment avec ces taches argentées cerclées de roux est le Moyen nacré (Argynnis adippe). Il est légèrement plus grand, ne possède jamais le point noir dans la tache blanche à la base des AP sur le dessous (le point blanc peut même manquer), la ligne marginale sombre du dessous des AP est moins nette, les bordures sombres des taches pâles du dessous forment une ligne moins continue car la tache de l’espace 4 est assez petite et donc « coupe » cette ligne, la marge externe des ailes antérieures est légèrement concave. La femelle n’a jamais de suffusion bleu-vert à la base des ailes (dessus), les taches de l’apex des ailes (dessus) restent orange et ne s’éclaircissent pas. Les bandes androconiales sont assez épaisses chez le mâle.

Sources :
Lepiforum
Guide photo des papillons d’Europe (guides du naturaliste)
Papillons de France, Tristan Lafranchis

2020