Azuré des nerpruns (Celastrina argiolus)

Ordre : Lepidoptera
Sous-ordre : Glossata
Infra-ordre : Heteroneura
Super famille : Papilionoidea
Famille : Lycaenidae
Sous-famille : Polyommatinae
Tribu : Polyommatini
Genre : Celastrina
Espèce : Celastrina argiolus

Identification : L’Azuré des nerpruns (Celastrina argiolus) a le dessous des ailes blanc bleuté a petits ocelles noirs et à taches submarginales grises assez peu marquées. Il ne possède pas de point cellulaire et des points postdiscaux souvent ovales sous l’aile antérieure. La frange de l’aile antérieure est blanche coupée de traits noirs. Les deux sexes sont bleus dessus, la marge des ailes antérieures possède une fine bordure noire à l’apex, beaucoup plus épaisse chez la femelle.

Habitat : Bois, parcs et jardins jusqu’à 2000m mais rare en montagne.

Répartition géographique : Partout en France, presque partout en Europe jusqu’en Asie centrale sauf au nord des îles Britanniques et au nord de la Fennoscandie. Il est aussi présent en Afrique du nord, au Japon et en Amérique du nord.

Comportement : Cet azuré vole souvent en hauteur, au-dessus des buissons et autour des arbres.

Période de vol : De mars à septembre en deux générations.

Hivernation : Chrysalide.

Plantes hôtes : Nombreuses plantes comme le Lierre, le Cornouiller sanguin, le Houx et la Ronce. Il préfère tout de même le Houx au printemps et le Lierre en été.

Oeufs : Ils sont pondus sur le calice, le pédoncule du bourgeon floral ou sur les feuilles en formation.

Chenille : Elle peut atteindre 13 mm de long. Son corps est trapu, aminci à l’avant et à l’arrière. Elle est de couleur vert à vert jaunâtre, parfois teintée de rose. Elle possède une ligne longitudinale blanche sous les stigmates et souvent une rangée dorsale de dessins rosâtres. La tête est noire et rétractile.
Elle consomme surtout les boutons, les fleurs et les baies non mures. Elle est soignée par diverses espèces de fourmis.

Espèces semblables :
L’Argus frêle (Cupido minimus) a les taches du dessous des ailes antérieures plus souvent rondes et alignées en ligne droite. Les deux sexes sont bruns dessus. Les taches marginales et submarginales du dessous des ailes sont encore mois marquées, sauf parfois un point noir à l’aile postérieure. Il est aussi plus petit.
L’Azuré osiris (Cupido osiris) ressemble beaucoup à Cupido minimus (mais le mâle est bleu dessus).
L’Azuré du trèfle (Cupido argiades) et l’Azuré de la faucille (Cupido alcetas) possèdent une courte queue à l’aile postérieure.
L’Azuré du baguenaudier (Iolana iolas) est de plus grande taille, les ocelles d dessous de l’aile antérieure sont rondes, relativement grosses et alignées presque en ligne droite. On le trouve dans le sud est de la France.
L’Azuré de l’orobe (Polyommatus daphnis) a le dessous des ailes plutôt brunâtre que bleuâtre, son aile postérieure est indentée (plus visible chez la femelle, les taches submarginales et marginales du dessous des ailes sont un peu pus marquées bien que pâles.
Le Demi-argus (Polyommatus semiargus) ne possède pas de taches marginales ou submarginales sur le dessous des ailes.

Sources :
Guide photo des papillons d’Europe (guides du naturaliste)
Papillons de France, Tristan Lafranchis
Papillons d’Europe et d’Afrique du nord, Tom Tolman, Richard Lewington
Guide des chenilles d’Europe (guides du naturaliste)

2020